Nouvelles

LE CHEF RÉGIONAL PAUL PROSPER PRÉSENT À LA CÉRÉMONIE PUBLIQUE QUI MARQUERA LE LANCEMENT DU PROCESSUS INDÉPENDANT D’ÉLABORATION CONJOINTE DE RÈGLEMENT DES REVENDICATIONS PARTICULIÈRES

on novembre 2, 2022

(Ottawa, ON): Le Chef régional de l’Assemblée des Premières Nations (APN) pour la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve, Paul (PJ) Prosper, se joindra au ministre des Relations Couronne-Autochtones, Marc Miller, à Halifax (Nouvelle-Écosse), à l’occasion d’une cérémonie publique qui marquera le lancement de l’élaboration conjointe d’un processus indépendant de règlement des revendications particulières.

DATE :  3 novembre 2022       

HEURE :  13 h 45 à 14 h 45 (HAA)

ENDROIT : Inn on the Lake, Halifax (N.-É.)

(Les médias pourront suivre la cérémonie en ligne à l’adresse suivante : https://us06web.zoom.us/j/87859254388?
pwd=ZmhrSFJPUXpjbk1HWGtMcnJpSnFiZz09
)

Le Chef régional Prosper répondra aux questions des médias sur place après la cérémonie. Les revendications particulières portent sur les griefs des Premières Nations à l’égard de la Couronne et surviennent lorsque le Canada est réputé avoir manqué à ses obligations en vertu de traités ou d’autres accords, ou dans la façon dont il a géré les fonds et les biens des Premières Nations. Depuis plus de quarante ans, les Premières Nations réclament un processus de revendications particulières entièrement indépendant.

Les représentants des médias qui suivront la cérémonie au moyen d’un compte Zoom personnel devront indiquer leur nom et leur organe de presse pour pouvoir participer.

L’Assemblée des Premières Nations (APN) est une organisation nationale de défense des intérêts qui s’efforce de faire progresser les aspirations collectives des communautés des Premières Nations de tout le Canada et de leurs membres sur des questions de nature et de préoccupation nationales ou internationales. Suivez l’APN sur Twitter : @AFN_Updates.

-30-

Pour plus d’informations :
Corinne MacLellan
902-209-3234
[email protected]

Lori Kittelberg
Directrice des communications par intérim
Assemblée des Premières Nations
604-340-3117 (mobile)
[email protected]

read more
Celso CercadoLE CHEF RÉGIONAL PAUL PROSPER PRÉSENT À LA CÉRÉMONIE PUBLIQUE QUI MARQUERA LE LANCEMENT DU PROCESSUS INDÉPENDANT D’ÉLABORATION CONJOINTE DE RÈGLEMENT DES REVENDICATIONS PARTICULIÈRES

BULLETIN DE L’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS – Compte rendu sur la décision du Tribunal canadien des droits de la personne concernant l’accord final de règlement concernant l’indemnisation

on octobre 25, 2022

RÉSUMÉ :

  • Le 25 octobre 2022, le Tribunal canadien des droits de la personne (TCDP) a publié une lettre de décision, un résumé des motifs de sa décision, confirmant qu’il n’approuverait pas l’accord final de règlement (AFR) sur l’indemnisation.
  • Le TCDP a statué que l’AFR satisfaisait en grande partie, mais pas complètement, à ses ordonnances relatives à l’indemnisation de certains groupes de personnes.
  • Dans les prochains jours, le conseiller juridique de l’APN discutera avec l’avocat du gouvernement du Canada quant à sa position concernant la décision du TCDP, ainsi que de la possibilité de répondre aux préoccupations du TCDP ou d’envisager d’autres éventuels recours juridiques.
  • L’équipe juridique de l’APN procédera à une analyse approfondie de la décision du TCDP et soumettra en temps voulu au Comité exécutif des recommandations, à la suite de ses discussions avec le Canada.
  • L’APN s’engage à continuer de lutter pour que les enfants et les familles des Premières Nations qui ont été victimes de la profonde discrimination constatée par le Tribunal reçoivent une indemnisation.

Accord final de règlement

Le 25 octobre 2022, le Tribunal canadien des droits de la personne (TCDP) a rendu sa lettre de décision concernant l’Accord final de règlement (AFR) visant à indemniser les enfants et les familles des Premières Nations lésés par le sous-financement discriminatoire du Programme des services à l’enfance et à la famille des Premières Nations (SEFPN) et l’application étroite du principe de Jordan par le gouvernement fédéral. La lettre de décision indique que le TCDP n’approuvera pas l’AFR. Le TCDP a statué que, bien que l’AFR satisfasse « en grande partie » à ses ordonnances concernant l’indemnisation, selon lui il n’y satisfait pas « pleinement ».

Le 30 juin 2022, l’APN et le Canada ont ratifié un AFR de 20 milliards de dollars pour indemniser les membres des Premières Nations victimes de la profonde discrimination dont a fait preuve le Canada dans le cadre du Programme des SEFPN et du principe de Jordan. Une des conditions de l’AFR était son approbation par le TCDP et la Cour fédérale du Canada.

Le TCDP publiera sa décision complète à une date ultérieure; toutefois, dans sa lettre de décision qui est un résumé de ses motifs, le TCDP a noté ce qui suit :

  • qu’il avait rendu des ordonnances concernant les personnes ayant droit à une indemnisation, et n’était pas prêt à revenir sur ces ordonnances;
  • qu’il n’est pas légalement autorisé à modifier ses ordonnances de manière à supprimer le droit à une indemnisation à des victimes dont lesdits droits ont déjà été accordés par le TCDP, y compris à des enfants dont la prise en charge n’a pas été financée par le Canada, ou à indemniser dans une moindre mesure des personnes ayant droit à une indemnisation en vertu de ses ordonnances existantes;
  • qu’il s’est inquiété de ce que l’APN n’a pas produit de résolution des Premières Nations-en-assemblée soutenant l’AFR, malgré les efforts déployés dans les mémoires de l’APN pour clarifier l’autorité déléguée et le rôle du Comité exécutif en tant qu’organe dirigeant des Premières Nations membres de l’APN;
  • qu’il aurait vraisemblablement approuvé l’AFR s’il avait été négocié avant les ordonnances de indemnisation du TCDP.

Le TCDP a suggéré que le gouvernement du Canada verse 20 milliards de dollars dans une fiducie afin de générer des intérêts en vue d’indemniser les personnes visées par ses ordonnances d’indemnisation, mais qui ne sont pas visées par l’AFR du recours collectif, ou qu’il rende distincte l’approbation du TCDP concernant le recours collectif et, en fait, crée deux volets d’indemnisation. Dans les deux cas, le TCDP conserverait la compétence de veiller à l’exécution de ses ordonnances d’indemnisation.

Dans un cas comme dans l’autre, le gouvernement du Canada devrait accepter de verser une somme beaucoup plus élevée à titre d’indemnisation.

Contexte

Les conseillers juridiques de l’APN, du recours collectif Moushoom (Moushoom) et du Canada ont négocié le règlement du recours collectif et les ordonnances d’indemnisation du TCDP depuis décembre 2020. En décembre 2021, les parties ont conclu une entente de principe sur l’indemnisation, qui a été acceptée par le Comité exécutif de l’APN.

Le 30 juin 2022, les parties ont ratifié l’accord sur l’indemnisation qui règle les questions d’indemnisation individuelle pour la catégorie des enfants pris en charge et leurs familles, ainsi que pour les catégories des enfants lésés dans le cadre du principe de Jordan, des recours Trout, et de leurs familles. Le montant total de l’indemnisation est évalué à 20 milliards de dollars.

L’AFR a étendu de manière significative l’indemnisation aux personnes ayant subi des préjudices de la part du Canada depuis 1991. Les ordonnances du TCDP ne couvraient que les personnes ayant subi un préjudice à partir de 2006 dans le cas des enfants pris en charge, ou de 2007 à 2017 dans le cas des enfants victimes de lacunes, de retards ou de refus liés au principe de Jordan. L’AFR prévoit également une indemnisation plus importante pour la catégorie des enfants pris en charge et pour les personnes ayant subi des préjudices importants en raison de refus, de retards ou de lacunes liés au principe de Jordan. Certains compromis de principe ont été faits en ce qui concerne les successions de parents/grands-parents décédés, le principe de Jordan et le cas de plusieurs enfants pris en charge afin d’accorder la priorité à l’indemnisation des survivants victimes de discrimination de la part du Canada pendant leur enfance et de soutenir un processus d’indemnisation tenant compte des traumatismes.

L’APN, avec l’appui du Canada, a demandé au TCDP de conclure que l’AFR est conforme à ses ordonnances d’indemnisation, ce qui permettrait aux parties de le soumettre à la Cour fédérale à des fins d’approbation et d’accélérer le paiement des indemnités aux victimes de la discrimination dont a fait preuve le Canada.

Les parties ont demandé au TCDP de rendre une décision « dès que possible », afin de pouvoir commencer à recevoir des demandes d’indemnisation au début de 2023, après l’approbation attendue de l’Accord par la Cour fédérale.

Prochaines étapes

Le conseiller juridique de l’APN doit maintenant déterminer s’il est possible de modifier ou d’adapter l’AFR de manière à satisfaire aux ordonnances du TCDP ou de chercher un autre recours juridique.

À cette fin, le conseiller juridique de l’APN se penchera sur cette question avec son homologue du gouvernement du Canada dans les prochains jours. Le conseiller juridique de l’APN soumettra de futurs comptes rendus au Comité exécutif de l’APN en vue d’obtenir des directives sur le plan d’action recommandé, après avoir eu la possibilité de procéder à une analyse juridique approfondie de la décision du TCDP et d’en discuter avec le Canada.

L’APN continuera de lutter pour que les enfants et les familles des Premières Nations soient indemnisés, en étant consciente des répercussions de ces retards sur les membres des Premières Nations victimes de la discrimination dont a fait preuve le Canada, qui doivent maintenant attendre plus longtemps pour être indemnisés.

L’APN continuera de fournir des comptes rendus sur le site fnchildindemnisation.ca dès qu’elles seront disponibles. L’APN a également mis en place un bureau d’information qui peut être joint au 1-888-718-6496 ou à l’adresse [email protected].

L’APN poursuivra ses mises à jour. Nous sommes conscients que ce processus peut susciter de fortes réactions émotionnelles; le soutien de la ligne d’écoute téléphonique Espoir pour le mieux-être est disponible dès maintenant au 1-855-242-3310.

 

read more
Celso CercadoBULLETIN DE L’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS – Compte rendu sur la décision du Tribunal canadien des droits de la personne concernant l’accord final de règlement concernant l’indemnisation

DÉCLARATION DE LA CHEFFE RÉGIONALE DE L’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS, CINDY WOODHOUSE, À LA SUITE DE LA DÉCISION DU TRIBUNAL CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE

on octobre 25, 2022

(Winnipeg, MB) : Aujourd’hui, le Tribunal canadien des droits de la personne rendra une décision concernant l’Accord final de règlement définitif (AFR) sur l’indemnisation, qui a été conclu plus tôt cette année entre l’Assemblée des Premières Nations (APN), les avocats du recours Mooshum et le gouvernement du Canada. En tant que négociatrice principale de l’APN avec le Canada, la Cheffe régionale de l’APN au Manitoba, Cindy Woodhouse, fera une déclaration et répondra aux questions des médias concernant cette décision.

DATE :
25 octobre 2022

HEURE :
14 h, heure locale (15 h, heure de l’Est)

ENDROIT :
Salle Akobiwag (rez-de-chaussée, côté nord de l’hôtel)
Wyndham Garden Winnipeg Airport
460, rue Madison
Réserve de Long Plain Madison
Winnipeg (Manitoba)

L’Assemblée des Premières Nations (APN) est une organisation nationale de défense des intérêts qui s’efforce de faire avancer les aspirations collectives des membres des communautés des Premières Nations de tout le Canada sur des questions de nature et de préoccupation nationales ou internationales. Suivez l’APN sur Twitter : @AFN_Updates.

-30-

Pour plus d’informations :

Kelly Reid
Agente des communications                             
Assemblée des Premières Nations                                
613-292-0857 (mobile)                         
[email protected]

read more
Roy WhiteduckDÉCLARATION DE LA CHEFFE RÉGIONALE DE L’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS, CINDY WOODHOUSE, À LA SUITE DE LA DÉCISION DU TRIBUNAL CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE

BULLETIN DE L’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS – Avis de 60 jours concernant les résolutions relatives à la Charte

on octobre 7, 2022

Lettre à toutes les Premières Nations

Conformément à l’article 27 de la Charte, j’ai le plaisir de vous fournir un avis écrit de 60 jours concernant une proposition de modification de la Charte qui sera présentée lors de l’Assemblée extraordinaire des Chefs du 6 au 8 décembre 2022, pour être examinée par les Premières Nations-en-Assemblée.

L’amendement proposé est le suivant :

  1. Représentation de Terre-Neuve au sein du Comité exécutif

Le projet de résolution est joint pour votre examen.

Sincèrement,

Janice Ciavaglia,
Directrice générale

read more
Celso CercadoBULLETIN DE L’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS – Avis de 60 jours concernant les résolutions relatives à la Charte

BULLETIN DE L’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS – Mise à jour sur l’indemnisation dans le cadre des services à l’enfance et à la famille des Premières Nations et le principe de Jordan

on septembre 22, 2022
RÉSUMÉ :
  • L’APN a comparu devant le Tribunal canadien des droits de la personne (TCDP) les 15 et 16 septembre 2022 pour solliciter son approbation en regard de l’Accord final de règlement de 20 milliards de dollars en vue d’indemniser les enfants et les familles des Premières Nations victimes du sous-financement discriminatoire du Programme des services à l’enfance et à la famille des Premières Nations et de l’application étroite du principe de Jordan par le gouvernement fédéral.
  • Le TCDP a réservé sa décision sur la requête de l’APN visant l’approbation de l’Accord final de règlement. L’APN s’attend à une décision favorable du TCDP dans les prochaines semaines.
  • La Cour fédérale du Canada a reporté son audience sur l’approbation de l’indemnisation, qui était prévue du 20 au 23 septembre 2022, en indiquant qu’elle préfère attendre une décision du TCDP avant d’entamer sa propre enquête à des fins d’approbation.
  • L’APN espère toujours que le Tribunal canadien des droits de la personne rendra une décision approuvant l’accord sur l’indemnisation dans les plus brefs délais. La Cour fédérale du Canada a retenu les dates du 21 au 24 novembre 2022 et du 5 au 9 décembre 2022 comme dates provisoires pour l’audience sur l’approbation de l’indemnisation.

Accord final de règlement

Le 30 juin 2022, l’APN et le Canada ont signé un accord de règlement définitif de 20 milliards de dollars pour indemniser les enfants et les familles des Premières Nations victimes du sous-financement discriminatoire du Programme des services à l’enfance et à la famille des Premières Nations (SEFPN) et de l’application étroite du principe de Jordan par le gouvernement fédéral. Une condition de l’Accord final de règlement sur l’indemnisation exige qu’il soit approuvé par le Tribunal canadien des droits de la personne (TCDP) et la Cour fédérale du Canada.

L’APN a comparu devant le TCDP les 15 et 16 septembre 2022 pour solliciter son approbation en regard de l’Accord final de règlement. Le TCDP a réservé sa décision sur la requête de l’APN visant l’approbation de l’Accord. Par conséquent, la Cour fédérale du Canada a reporté son audience sur l’approbation de l’indemnisation, en indiquant qu’elle préfère attendre une décision du TCDP avant d’entamer sa propre enquête à des fins d’approbation.

L’APN prévoit une décision favorable du TCDP dans les semaines à venir. Une fois que le TCDP aura rendu une décision approuvant l’Accord final de règlement, l’APN pourra passer aux étapes suivantes du processus d’approbation devant la Cour fédérale. La Cour fédérale du Canada a retenu les dates du 21 au 24 novembre 2022 et du 5 au 9 décembre 2022 comme dates provisoires pour l’audience sur l’approbation de l’indemnisation.

L’APN continue de s’efforcer de respecter les délais fixés dans l’Accord final de règlement et est consciente du fait que les survivants et les familles attendent une décision finale sur l’indemnisation en regard de la discrimination dont ils ont été victimes. À l’heure actuelle, l’APN et l’avocat du groupe Moushoom élaborent un protocole de distribution, qui précisera qui sera admissible à l’indemnisation et comment en faire la demande. L’APN communiquera des informations aux régions pour expliquer le protocole de distribution avant de solliciter l’approbation de la Cour fédérale lors d’une audience prévue le 20 décembre 2022.

Une fois le protocole de distribution approuvé, les demandeurs pourront enfin remplir et soumettre des demandes et la distribution des indemnités suivra. L’APN garde espoir que toutes les approbations de l’Accord final de règlement seront finalisées en décembre 2022 et que les paiements d’indemnisation débuteront au début de 2023.

Contexte

Depuis 1998, l’APN a plaidé auprès du Canada afin de remédier aux lacunes et aux inégalités importantes inhérentes au financement du programme des SEFPN par le gouvernement du Canada, ainsi qu’aux répercussions négatives sur les enfants et les familles des Premières Nations participant à ce programme. L’APN a également plaidé en faveur de l’application complète et adéquate du principe de Jordan, afin de garantir que tous les enfants des Premières Nations aient accès aux soutiens et aux services dont ils ont besoin, quel que soit leur lieu de résidence.

L’APN et la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations du Canada (Société de soutien) ont déposé une plainte en matière de droits de la personne auprès du TCDP en 2007. La plainte a été jugée fondée par le TCDP en 2016 et le Canada a reçu l’ordre de réformer le programme des SEFPN et de mettre pleinement en œuvre le principe de Jordan pour éliminer ses pratiques discriminatoires.

L’APN était la seule partie au litige devant le TCDP à demander que l’indemnisation soit versée directement aux survivants. Le TCDP a convenu avec l’APN qu’une indemnisation était nécessaire et a finalement accordé 40 000 $, soit le montant maximal pour la douleur et la souffrance en vertu de la Loi canadienne sur les droits de la personne (LCDP), aux membres des Premières Nations victimes de discrimination en raison du sous-financement du programme des SEFPN et de l’application étroite du principe de Jordan par le Canada. Le gouvernement du Canada a interjeté appel de l’ordonnance de compensation du TCDP, qui demeure applicable.

Le 28 janvier 2020, l’APN et des représentants des plaignants, dont Ashley Dawn Louise Bach, Karen Osachoff, Melissa Walterson, Noah Buffalo-Jackson, Carolyn Buffalo et Dick Eugene Jackson, ont déposé une proposition de recours collectif, remontant à 1991 (« recours collectif de l’APN »). Le recours collectif de l’APN visait à obtenir une indemnisation pour les enfants et les membres des familles des Premières Nations victime de la discrimination exercée par le Canada dans le cadre du programme des SEFPN et par l’application étroite du principe de Jordan. L’APN, les avocats du recours collectif Moushoom et le Canada ont engagé des négociations au cours des deux dernières années.

Bien que les ordonnances relatives à l’indemnisation du TCDP aient été substantielles, le montant maximal de la compensation en vertu de la LCDP est limité à 40 000 $. L’APN a cherché à augmenter à la fois le nombre de survivants admissibles à une indemnisation et le montant qu’ils peuvent recevoir, et elle y est parvenue en élargissant les ordonnances relatives à l’indemnisation du TCDP de plusieurs façons.

Tout d’abord, le TCDP a imposé une date limite à partir de laquelle un enfant doit avoir été pris en charge pour être admissible à une indemnisation, soit le 1er janvier 2006. La période d’admissibilité en vertu du recours collectif débute à la date à laquelle le système de financement discriminatoire a été mis en œuvre par le Canada : le 1er avril 1991. Il fixe également la date d’admissibilité des plaignants dans le cadre du principe de Jordan à la même date, en reconnaissance des lacunes persistantes et de longue date dans les services et les soutiens offerts aux enfants des Premières Nations. Cela prolonge la période d’indemnisation de 15 ans supplémentaires.

La deuxième extension concerne la question de savoir si un enfant a été placé à l’extérieur de sa communauté. L’ordonnance relative à l’indemnisation du TCDP exigeait qu’un enfant devait avoir été « placé hors de son foyer, de sa famille et de sa communauté » pour être admissible à une indemnisation. L’Accord final de règlement inclut tous les enfants des Premières Nations pris en charge en vertu du Programme des SEFPN, qu’ils aient été placés à l’intérieur ou à l’extérieur de leur communauté.

La troisième extension est l’inclusion de facteurs d’augmentation pour s’assurer que les personnes qui ont subi le plus grand préjudice en raison de la discrimination du Canada reçoivent une indemnisation supplémentaire. En vertu de l’Accord final règlement, les survivants auront droit à un paiement de base de 40 000 $ et à des montants supplémentaires fondés sur leur situation personnelle, notamment

  • l’âge auquel une personne a été enlevée à son foyer
  • l’âge auquel ils ont quitté le programme
  • la durée de la prise en charge d’une personne
  • le nombre de fois qu’une personne a été pris en charge
  • si une personne a été prise en charge pour recevoir un service essentiel
  • si une personne a été soustraite à une communauté nordique ou éloignée
  • si une personne a fait l’objet d’un retard, d’un refus ou d’une absence de service qui a entraîné un préjudice important.

Enfin, l’APN a plaidé en faveur de soutiens supplémentaires pour les survivants qui ne sont pas visés par l’ordonnance relative à l’indemnisation du TCDP, notamment des soutiens pour le mieux-être mental des survivants, l’éducation et l’encadrement financier, des soutiens pour l’unification des familles et des communautés, et plus encore. L’Accord final de règlement est le premier de ce type, car finalisé sous l’impulsion des Premières Nations, qui superviseront sa mise en œuvre.

L’APN continuera de fournir des mises à jour sur le site fnchildcompensation.ca. L’APN a également mis en place un bureau d’information qui peut être joint au 1-888-718-6496 ou à l’adresse [email protected].

Nous reconnaissons que ce processus peut susciter de fortes réactions émotionnelles; le soutien du service d’écoute téléphonique Espoir pour le mieux-être est disponible dès maintenant au 1-855-242-3310.

read more
Sid LeeBULLETIN DE L’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS – Mise à jour sur l’indemnisation dans le cadre des services à l’enfance et à la famille des Premières Nations et le principe de Jordan

LES DIRIGEANTS DES ORGANISATIONS NATIONALES AUTOCHTONES PRÉSENTS AUX FUNÉRAILLES D’ÉTAT DE SA MAJESTÉ LA REINE ELIZABETH II

on septembre 18, 2022

LONDRES, R.-U. – Les dirigeants des trois organisations nationales autochtones du Canada assisteront demain aux funérailles d’État de Sa Majesté la reine Elizabeth II en tant que membres de la délégation canadienne. La Cheffe nationale de l’Assemblée des Premières Nations (APN), RoseAnne Archibald, le président de l’Inuit Tapiriit Kanatami (ITK), Natan Obed, et la présidente du Ralliement national des Métis (RNM), Cassidy Caron, sont attendus à l’abbaye de Westminster entre 9 h 20 et 9 h 30 (heure locale).

La Cheffe nationale Archibald de l’APN répondra ensuite aux questions des médias au Corinthia London à 14 h (heure locale). Elle sera accompagnée du Chef Sheldon Kent de la Première Nation de Black River et de la Cheffe Theresa Nelson d’Animbiigoo Zaagi igan Anishinaabek.

L’Assemblée des Premières Nations (APN) est une organisation nationale de défense des intérêts qui s’efforce de faire avancer les aspirations collectives des individus et des communautés des Premières Nations de tout le Canada sur des questions de nature et de préoccupation nationales ou internationales. Suivez l’APN sur Twitter : @AFN_Updates.

Pour plus d’informations :

Andrew St. Germain
Bureau de la Cheffe nationale
416-543-1690 (mobile)
[email protected]

Steven Sutherland
Directeur des communications
Ralliement national des Métis
[email protected]

Patricia D’Souza
Directrice des communications
Inuit Tapiriit Kanatami
[email protected]
613-292-4482 (mobile)

read more
Sid LeeLES DIRIGEANTS DES ORGANISATIONS NATIONALES AUTOCHTONES PRÉSENTS AUX FUNÉRAILLES D’ÉTAT DE SA MAJESTÉ LA REINE ELIZABETH II

LA CHEFFE NATIONALE DE L’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS, ROSEANNE ARCHIBALD, PRÉSENTE AUX FUNÉRAILLES D’ÉTAT DE LA REINE ELIZABETH II

on septembre 16, 2022

(Ottawa, ON) – La Cheffe nationale de l’Assemblée des Premières Nations (APN), RoseAnne Archibald, arrive aujourd’hui à Londres, au Royaume-Uni, pour assister aux funérailles d’État de la reine Elizabeth II qui auront lieu lundi à l’Abbaye de Westminster.

« J’assisterai aux funérailles de Sa Majesté pour témoigner que, malgré la colonisation et le génocide, les peuples des Premières Nations sont toujours là », a déclaré la Cheffe nationale Archibald. « Nous sommes inlassables et avons été renforcés par les défis auxquels nous sommes tous confrontés. De plus, nous passons du statut de peuple survivant à celui de peuple prospère. Nous continuons à revitaliser nos langues, notre culture et nos traditions. Plus important encore, malgré les efforts déployés pour nous éradiquer, nous sommes demeurés fidèles à nos sept enseignements sacrés qui comprennent notamment le respect, le courage et l’amour. »

Le Premier ministre Justin Trudeau a offert aux dirigeants des trois organisations autochtones nationales, dont l’APN, de voyager dès vendredi matin et de revenir lundi après les funérailles. La Cheffe nationale a pris la décision d’y assister après en avoir discuté avec plusieurs Chefs.

« Nous avons un traité avec la Couronne et une présence de l’APN rappelle à la Couronne que nous existons toujours », a déclaré David Monias, Chef de la nation crie de Pimicikamak. « Tant que nos traités existent, notre souveraineté est reconnue car seules les nations signent de véritables traités. »

« Alors que le Canada observera un Jour de deuil national le 19 septembre, je revêtirai une couleur orange pour témoigner de la fin d’un règne colonial au Canada et de l’aube d’une nouvelle ère fondée sur la vérité et la réconciliation », a déclaré la Kúkpi7 Judy Wilson de la bande indienne de Neskonlith. « Nous espérons que le dialogue que le roi Charles et la Cheffe nationale Archibald ont entamé sur la vérité et la réconciliation – y compris une demande d’excuses pour le rôle de l’Église anglicane dans la dévastation de nos communautés par des pensionnats inhumains – non seulement se poursuivra, mais mènera à un plus grand respect et à une meilleure compréhension. Je me joins à de nombreux dirigeants de tout le pays qui continueront à demander que le premier acte officiel du roi Charles III soit la renonciation à la doctrine de la découverte. À cette fin, nous cherchons à présenter le documentaire The Doctrine of Recovery à Londres pour que le roi Charles y assiste. La Cheffe nationale Archibald décrit le film comme « une étape cruciale sur notre chemin de guérison ». Dans ce film, le roi entendra quatre générations de femmes des Premières nations exposer avec force les séquelles et l’héritage du colonialisme qu’il faut aborder pour parvenir à une véritable réconciliation. »

« Dans le cadre du chemin de la guérison, la prochaine étape des relations de l’APN avec la Couronne est d’assister aux funérailles de la défunte reine, de rendre hommage à l’accession du nouveau roi et de répondre à l’appel à l’action n° 45 de la Commission de vérité et réconciliation, tout en consacrant du temps au deuil, au respect, à la diplomatie, à la responsabilité et la vérité », a déclaré la Cheffe nationale Archibald. L’appel à l’action n° 45 demande que la Couronne émette une proclamation royale et un pacte de réconciliation.

Les funérailles d’État de Sa Majesté la reine Elizabeth II auront lieu à l’abbaye de Westminster le lundi 19 septembre à 11 heures (heure locale).

L’Assemblée des Premières Nations (APN) est une organisation nationale de défense des intérêts qui s’efforce de faire avancer les aspirations collectives des individus et des communautés des Premières Nations de tout le Canada sur des questions de nature et de préoccupation nationales ou internationales. Suivez l’APN sur Twitter : @AFN_Updates.

-30-

Pour plus d’informations :
Andrew St. Germain
Bureau de la Cheffe nationale
416-543-1690 (mobile)
[email protected]

Paige Hanson
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
613-402-4349 (mobile)
[email protected]

read more

Celso CercadoLA CHEFFE NATIONALE DE L’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS, ROSEANNE ARCHIBALD, PRÉSENTE AUX FUNÉRAILLES D’ÉTAT DE LA REINE ELIZABETH II

LA CHEFFE NATIONALE DE L’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS PRÉSENTE SES CONDOLÉANCES À LA SUITE DU DÉCÈS DE LA REINE ELIZABETH II

on septembre 8, 2022

(Ottawa, ON) – La Cheffe nationale de l’Assemblée des Premières Nations (APN), RoseAnne Archibald, a fait la déclaration suivante à l’occasion du décès de Sa Majesté la reine Elizabeth II :

« Ainsi que pour de nombreuses personnes, la reine Elizabeth II est le seul monarque britannique que j’ai connu de mon vivant », a déclaré aujourd’hui RoseAnne Archibald, Cheffe nationale de l’APN. « Tout au long de son règne, elle a été un modèle influent pour des générations de femmes et on se souviendra d’elle pour avoir normalisé et fait évoluer la perception d’un leadership féminin fort. Je présente mes condoléances au roi Charles III et à tous les membres de la famille royale britannique qui pleurent la perte de leur matriarche, la reine Elizabeth II », a ajouté la Cheffe nationale.

L’APN est l’organisation nationale qui représente les membres des Premières Nations au Canada.  Suivez l’APN sur Twitter : @AFN_Updates.

-30-

Pour plus d’informations :

Andrew St. Germain
Bureau de la Cheffe nationale
416-543-1690 (mobile)
[email protected]

Kelly Reid
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
613-292-0857 (mobile)
[email protected]

Paige Hanson
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
613-402-4349 (mobile)
[email protected]

read more
Celso CercadoLA CHEFFE NATIONALE DE L’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS PRÉSENTE SES CONDOLÉANCES À LA SUITE DU DÉCÈS DE LA REINE ELIZABETH II

RÉFLEXIONS DE LA CHEFFE NATIONALE DE L’APN ARCHIBALD ET DU CHEF RÉGIONAL ANTOINE SUR LA VISITE DU PAPE AU CANADA

on août 2, 2022

OTTAWA, ON – Alors que Sa Sainteté le pape François prépare son audience de mercredi depuis la place Saint-Pierre pour faire le bilan de son « pèlerinage de pénitence » d’une semaine à travers le Canada, la Cheffe nationale de l’Assemblée des Premières Nations (APN), RoseAnne Archibald, et le Chef régional de l’APN pour les Territoires du Nord-Ouest, Gerald Antoine, expriment leur déception face aux lacunes de la visite de la semaine dernière, mais réaffirment leur amour profond et sincère pour les survivants.

Le Chef régional Antoine, en tant que chef de la délégation de l’APN, a participé à de nombreux événements de la visite du pape François, notamment aux excuses officielles de lundi à Maskwacis, à la rencontre de mercredi à la Citadelle et à l’audience privée de vendredi à Québec.

La Cheffe nationale Archibald a elle aussi assisté aux excuses à Maskwacis et a tenu sa promesse d’accueillir le pape à son arrivée sur nos terres traditionnelles. Ce faisant, elle lui a demandé personnellement de révoquer officiellement la doctrine de la découverte.

Renoncer et révoquer formellement la doctrine de la découverte « Inter Caetera » de 1493 constitue une étape essentielle pour promouvoir la réconciliation et le chemin de la guérison. Il en va de même pour les appels à restituer immédiatement les terres du diocèse aux Premières Nations et à rendre les objets sacrés actuellement entreposés et exposés au Vatican.

À Maskwacis, à Québec et à Iqaluit, le pape François a prononcé des discours de pénitence devant les Premières Nations, les Inuits et les Métis, mais il n’a pas dénoncé le rôle de l’Église catholique dans la création de systèmes qui ont abusé spirituellement, culturellement, émotionnellement et physiquement des enfants des Premières Nations, des Inuits et des Métis et qui les ont tués. Il n’a pas non plus répondu aux appels à l’action mentionnés précédemment.

« Nous demandons des excuses de la part du pape depuis des décennies et nous avons été clairs sur ce qu’il devait aborder, a déclaré la Cheffe nationale de l’APN Archibald. Le fait que le Vatican n’ait pas traité de ces questions de manière appropriée dans le discours du pape représente une réelle indication que le Vatican n’est pas à l’écoute des préoccupations des Premières Nations. Pour moi, c’est l’image à retenir de l’ensemble de cette visite. »

« Du point de vue du traumatisme, l’omission de corriger le malentendu initial et la caractérisation préjudiciable des peuples premiers d’Amérique du Nord, notre famille sur l’île de la Tortue, constitue un acte très blessant pour ceux qui ont été victimes de pratiques génocidaires, a déclaré le Chef régional Antoine. On pourrait dire qu’en omettant d’aborder cette question, les excuses perdent de leur valeur. »

L’APN n’avait aucun contrôle sur le processus de planification de la visite du pape et a exprimé sa déception face à la prise de décision unilatérale concernant le choix des sites et autres détails logistiques.

« Cette visite laisse un goût d’inachevé, a déclaré la Cheffe nationale de l’APN, RoseAnne Archibald. On a l’impression que des considérations d’ordre juridique ont empêché le pape de présenter des excuses plus complètes. Le Vatican se doit d’expliquer la raison pour laquelle la visite du pape a échoué sur tant de fronts. »

« Malgré nos efforts incessants auprès de son équipe sur le terrain pour qu’elle suive notre expertise en vue de poursuivre sur la lancée de notre précédente visite, ils ne nous ont pas écoutés au cours de leurs préparatifs, a déclaré le Chef régional Antoine. Remercions le Créateur que nous ne soyons qu’au milieu de l’été. Il y a un changement de saison aujourd’hui. Demain, nous nous réunirons à nouveau en tant que famille, sachant qu’il reste encore du travail à faire. En travaillant tous ensemble en tant que famille, nous pouvons nous aider les uns les autres et y parvenir. En fin de compte, c’est ce qui est important pour nous toutes et tous. »

L’APN a pour priorité de veiller à ce que les besoins des Premières Nations, en particulier ceux des survivants, soient satisfaits. « Chaque jour de cette visite, j’ai gardé à l’esprit et dans mon cœur les familles et les survivants de l’île de la Tortue et je continue de le faire, a déclaré la Cheffe nationale Archibald. »

Nous vous rappelons que si la visite du pape au Canada vous cause, à vous ou à l’un de vos proches, un sentiment de malaise, la ligne d’écoute téléphonique sur les pensionnats indiens est un service de soutien national gratuit, accessible 24 heures sur 24, géré par des conseillers autochtones qualifiés. Pour parler à quelqu’un, veuillez composer le 1-866-925-4419.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la délégation de l’APN, veuillez consulter Visite papale | Assemblée des Premières Nations (afn.ca).

 

-30-

 

Pour plus d’informations :

Andrew St. Germain
Bureau de la Cheffe nationale
[email protected]

Leanne Goose
Bureau du Chef régional Antoine
[email protected]

read more
Roy WhiteduckRÉFLEXIONS DE LA CHEFFE NATIONALE DE L’APN ARCHIBALD ET DU CHEF RÉGIONAL ANTOINE SUR LA VISITE DU PAPE AU CANADA

LA CHEFFE NATIONALE ROSEANNE ARCHIBALD SERA PRÉSENTE À LA VISITE PAPALE EN ALBERTA

on juillet 23, 2022

(Ottawa, ON) :  La Cheffe nationale de l’Assemblée des Premières Nations (APN), RoseAnne Archibald, sera présente en Alberta pour l’accueil officiel de Sa Sainteté le pape François sur l’île de la Tortue et assistera à la rencontre avec les Premières Nations, les Inuits et les Métis à l’ancienne institution d’assimilation et de génocide située à Maskwacis, en prévision des excuses papales attendues de longue date.

DATE : Les 24 et 25 juillet 2022         

HEURE :  11 h 20 (HAR), 10 h (HAR)

LIEU : Aéroport international d’Edmonton
Edmonton (Alberta)

Ancienne institution résidentielle d’Ermineskin
Maskwacis (Alberta)

L’APN a plaidé en faveur de mesures urgentes pour répondre à chacun des 94 appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation depuis leur publication en 2015, y compris à l’appel à l’action n°58 sur la nécessité que des excuses soient présentées par le pape. Au cours des sept dernières années, l’APN a fait pression sur le gouvernement fédéral, la Conférence des évêques catholiques du Canada et le Saint-Siège pour qu’ils collaborent avec les Premières Nations sur la meilleure façon d’offrir ces excuses tant attendues sur leurs terres natales de l’île de la Tortue. La Cheffe nationale et le Comité exécutif de l’APN demeurent optimistes et espèrent que, au cours de son séjour, le pape François reconnaîtra le rôle de l’Église catholique romaine dans les abus spirituels, culturels, émotionnels, physiques et sexuels dont ont été victimes les enfants inuits, métis et des Premières Nations dans les institutions catholiques d’assimilation et de génocide, et qu’il présentera ses excuses.

L’Assemblée des Premières Nations (APN) est une organisation nationale de défense des intérêts qui s’efforce de faire avancer les aspirations collectives des communautés et des membres des Premières Nations de tout le Canada sur des questions et des préoccupations de nature nationale ou internationale. Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

-30-

Pour plus d’informations :

Andrew St. Germain
Coordonnateur des communications
Bureau de la Cheffe nationale
[email protected]

Paige Hanson
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
613-402-4349 (cell.)
[email protected]

read more
Celso CercadoLA CHEFFE NATIONALE ROSEANNE ARCHIBALD SERA PRÉSENTE À LA VISITE PAPALE EN ALBERTA