Nouvelles

Le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, presse les gouvernements d’examiner une étude récente et impartiale sur la manière de financer adéquatement les services à l’enfance et à la famille des Premières Nations

on septembre 10, 2020

(Ottawa, ON) – Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, se félicite de la publication aujourd’hui d’une étude de l’Institut des finances publiques et de la démocratie (IFPD) qui décrit une approche ascendante efficace et équitable pour le financement des services à l’enfance et à la famille des Premières Nations.

« Le mode de financement des services à l’enfance et à la famille des Premières Nations aura un effet direct sur la promesse du Canada de remédier à la tragédie à laquelle sont confrontés des dizaines de milliers d’enfants des Premières Nations pris en charge par le gouvernement, ainsi que leurs familles. Ce rapport de l’Institut des finances publiques et de la démocratie décrit une approche ascendante pour comprendre les besoins des enfants et des familles des Premières nations, et comment financer les services qui les soutiennent, en mettant le mieux-être de l’enfant au premier plan », a déclaré le Chef national Bellegarde. « C’est sur cette étude que s’appuiera le plaidoyer de l’APN auprès des ministres lorsqu’il s’agira d’améliorer le mieux-être des enfants et des familles et de revendiquer l’autorité des Premières Nations sur les programmes sociaux qui soutiennent leurs familles. »

L’une des exigences de la Loi sur les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuits et des Métis (la Loi) est de déterminer des alternatives de financement dans une optique de résultats positifs à long terme et d’égalité réelle pour les enfants et les familles des Premières nations. Tel que le stipule la Loi, le nouveau modèle de l’IFPD encourage également les organismes de services à l’enfance et à la famille des Premières Nations à mettre l’accent sur des services d’intervention précoce et de prévention.

L’APN et la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations ont demandé à l’IFPD, en tant qu’expert en matière de financement et de politiques gouvernementales, de définir une nouvelle approche de financement et un plan de mise en œuvre concernant les services à l’enfance et à la famille des Premières Nations. L’IFPD a publié en 2019 la 1ère phase de sa recherche, qui cerne les besoins réels des agences de services à l’enfance et à la famille des Premières Nations et analyse les coûts pour y répondre.

Les recherches de l’IFPD soulignent qu’un soutien accru aux services de prévention permettra non seulement de réduire le nombre d’enfants des Premières Nations pris en charge aujourd’hui, mais aussi de favoriser des résultats positifs à long terme en ce qui concerne les conditions de vie des Premières nations, notamment en améliorant les résultats en matière d’éducation et d’emploi. Le modèle de l’IFPD mesure ce dont les enfants, les familles et les communautés des Premières Nations ont besoin pour s’épanouir, notamment le lien avec la culture, l’engagement communautaire et l’éducation. Il s’agit d’un changement marqué par rapport à la pratique actuelle fondée sur le nombre d’enfants pris en charge, qui incite au placement des enfants.

Le Chef régional de l’APN pour le Manitoba, Kevin Hart, a déclaré que l’approche de financement proposée constitue également une réponse aux ordonnances du Tribunal canadien des droits de la personne concernant une réforme à long terme et la nécessité d’un modèle de financement pour remplacer les pratiques de financement discriminatoires de Services aux Autochtones Canada (SAC).

« Le rapport d’aujourd’hui est le point culminant de décennies d’efforts de la part d’aînés, d’experts et de dirigeants des Premières Nations qui ont plaidé pour un meilleur avenir pour nos enfants », a déclaré le Chef régional du Manitoba, Kevin Hart, titulaire du portefeuille du développement social au sein de l’APN. « Les enfants des Premières Nations ont été soumis à un système de services à l’enfance et à la famille discriminatoire pendant des générations. Je me réjouis de présenter ce rapport au Canada comme la voie à suivre pour aider les enfants et les familles des Premières Nations à s’épanouir. »

L’APN est l’organisation nationale qui représente les citoyens des Premières Nations au Canada. Suivez l’APN sur Twitter : @AFN_Updates.

Pour de plus amples informations :

Michael Hutchinson
Directeur des communications par intérim
Assemblée des Premières Nations
613-859-6831 (cell.)
[email protected]

Karen Joyner
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
613-292-0857 (cell.)
[email protected]

Celso CercadoLe Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, presse les gouvernements d’examiner une étude récente et impartiale sur la manière de financer adéquatement les services à l’enfance et à la famille des Premières Nations