Nouvelles

Rassemblement des Premières Nations de tout le Canada pour l’Assemblée virtuelle extraordinaire des Chefs de l’APN

on décembre 1, 2021

(Ottawa, ON) – Des Chefs, des aînés, des gardiens du savoir, des femmes, des jeunes et des anciens combattants des Premières Nations d’un océan à l’autre se réuniront virtuellement la semaine prochaine pour des discussions et délibérations sur des priorités. L’Assemblée extraordinaire des Chefs (AEC) de l’Assemblée des Premières Nations (APN), dont les hôtes seront les Algonquins de la Première Nation de Pikwakanagan, se déroulera en ligne du 7 au 9 décembre pour les délégués inscrits.

Parmi les invités spéciaux qui se joindront à l’Assemblée pour s’adresser aux Chefs et répondre aux questions, citons le premier ministre Justin Trudeau et un certain nombre de ministres fédéraux.

L’AEC ne sera pas diffusée en direct. Les médias sont priés de se préinscrire avant le 6 décembre 2021 à meetings.afn.ca. L’inscription est gratuite pour les médias accrédités.

POINTS SAILLANTS DE L’ASSEMBLÉE :

Date Time (HNE) Détails
Mardi 7 décembre 2021 10 h 45 Grande entrée

Discours d’ouverture de la Cheffe nationale RoseAnne Archibald

15 h 45 Orateurs invités :

Ministre Marc Miller

Ministre David Lametti

Ministre Patty Hajdu

Mercredi 8 décembre 2021 16 h Orateurs invités : Chefs de partis fédéraux
Jeudi 9 décembre 2021 15 h 30 Allocution du premier ministre

Justin Trudeau

16 h 30 Discours de clôture de la Cheffe nationale RoseAnne Archibald

 

Un ordre du jour complet de l’Assemblée virtuelle extraordinaire des Chefs de l’APN est affiché à l’adresse suivante : 21-10-21-AEC-2021-Ordre du jour provisoire_fre.pdf (afn.ca)

Pour vous inscrire à l’Assemblée virtuelle extraordinaire des Chefs de l’APN, veuillez vous rendre sur le site Web de l’APN à l’adresse suivante : Assemblée extraordinaire des Chefs 2021 | Assemblée des Premières Nations (apn.ca)

L’APN est l’organisation nationale qui représente les peuples des Premières Nations au Canada. Suivez l’APN sur Twitter : @AFN_Updates.

―30―

 

Pour plus d’informations :

Jamie Monastyrski
Secrétaire de presse
Assemblée des Premières Nations
613-612-7229 (mobile)
[email protected] 

Lori Kittelberg
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
604-340-3117 (mobile)
[email protected]

Kelly Reid
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
613-292-0857 (mobile)
[email protected]

read more
Roy WhiteduckRassemblement des Premières Nations de tout le Canada pour l’Assemblée virtuelle extraordinaire des Chefs de l’APN

L’Assemblée des Premières Nations annonce le nom des délégués des Premières Nations qui se rendront dans la Cité du Vatican

on novembre 25, 2021

(Ottawa, ON) – L’Assemblée des Premières Nations (APN) dévoile aujourd’hui le nom et le titre des 13 délégués des Premières Nations qui se rendront dans la Cité du Vatican en décembre prochain pour rencontrer Sa Sainteté le pape François. Les délégués représentent des régions des Premières Nations d’un océan à l’autre. Le Chef régional des Territoires du Nord-Ouest (TNO), Norman Yakeleya, titulaire du portefeuille des gardiens du savoir, des pensionnats indiens et des anciens combattants des Premières Nations, est le Chef de la délégation. En plus d’inclure des survivants de pensionnats voués à l’assimilation et au génocide, la délégation comprend également deux représentants des jeunes.

« Notre rencontre au mois de décembre est la prochaine étape de la concrétisation de l’appel à l’action no 58 de la CVR », a déclaré le Chef régional Yakeleya. « Et bien que les excuses de Sa Sainteté soient si importantes, il est également important de réfléchir à ce qui se passe dans un monde post-excuses. C’est en partie la raison pour laquelle nous sommes honorés de compter sur deux jeunes délégués. Cette rencontre est l’occasion de façonner l’avenir de nos enfants et de leurs enfants. »

Les 13 délégués des Premières Nations représentant l’APN sont :

  • Norman Yakeleya, nation dénée, Chef régional de l’APN pour les T.N.-O., chef de la délégation
  • Dr Wilton Littlechild, Ermineskin Cree Nation, Alberta Representative
  • Fred Kelly, Première Nation ojibway d’Onigaming, conseiller spirituel
  • Phil Fontaine, Première Nation de Sagkeeng, représentant du Manitoba
  • John Bekale, nation dénée, représentant des Territoires du Nord-Ouest
  • Adeline Webber, Clan Kukhhiittan de la nation Teslin Tlingit, représentante du Yukon
  • Kukpi7 Cheffe Rosanne Casimir, Première Nation Tk’emlúps te Secwépemc, représentante de la Colombie-Britannique
  • Cheffe Marie-Anne Day Walker-Pelletier, Première Nation Okanese, représentante de la Saskatchewan
  • Marlene Cloud, Première Nation des Chippewas de Kettle et Stony Point, représentante de l’Ontario
  • Grande Cheffe Mandy Gull-Masty, Première Nation crie de Waswanipi, représentante du Québec
  • Rosalie LaBillois, Première Nation d’Eel River Bar, représentante du Nouveau-Brunswick
  • Marlene Thomas, Première Nation de Lennox Island, représentante de l’Île-du-Prince-Édouard
  • Phyllis Googoo, Première Nation de Waycobah, représentante de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve
  • Taylor Behn-Tsakoza, Première Nation de Fort Nelson, représentant des jeunes

Les délégués des Premières Nations partiront pour Rome le 14 décembre 2021 avant de rencontrer le Saint-Père le 20 décembre 2021. Des délégations semblables représentant l’Inuit Tapiriit Kanatami (ITK) et le Ralliement national des Métis (RNM) se joindront à la délégation de l’APN.

De plus amples informations sur la délégation continueront d’être affichées sur les sites Internet de l’APN et de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC).

L’APN est l’organisation nationale qui représente les peuples des Premières Nations au Canada. Suivez l’APN sur Twitter : @AFN_Updates.

Pour plus d’informations :

Jamie Monastyrski
Secrétaire de presse
Assemblée des Premières Nations
613-612-7229 (mobile)
[email protected]

Lori Kittelberg
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
604-340-3117 (mobile)
[email protected]

Kelly Reid
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
613-292-0857 (mobile)
[email protected]

read more
Celso CercadoL’Assemblée des Premières Nations annonce le nom des délégués des Premières Nations qui se rendront dans la Cité du Vatican

L’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS ANNONCERA LES DÉLÉGUÉS QUI RENCONTRERONT LE PAPE FRANÇOIS

on novembre 25, 2021

(Ottawa, ON) : L’Assemblée des Premières Nations (APN) tiendra une conférence de presse virtuelle avec les 13 délégués des Premières Nations qui rencontreront Sa Sainteté le pape François en décembre prochain. Cette rencontre avec le Saint-Père, à laquelle se joindront des délégués de l’Inuit Tapiriit Kanatami et du Ralliement national des Métis, marque une étape importante et s’appuie sur l’appel à l’action no 58 de la Commission de vérité et réconciliation.

Les participants à la conférence de presse virtuelle seront les suivants :

  • Norman Yakeleya, Chef régional de l’Assemblée des Premières Nations dans les T.N.-O., chef de la délégation
  • Cindy Woodhouse, Cheffe régionale du Manitoba
  • Dr Wilton Littlechild, porte-parole de la délégation
  • Fred Kelly, conseiller spirituel
  • Phil Fontaine, gardien du savoir
  • Kukpi7 Chef Rosanne Casimir, Première Nation Tk’emlúps te Secwépemc
  • Rosalie LaBillois, représentante des jeunes de l’APN au Nouveau-Brunswick
  • Taylor Tsakoza-Behn, représentant des jeunes de l’APN-C.-B.

Les noms et titres des 13 délégués seront communiqués après la conférence de presse.

DATE :  Jeudi 25 novembre 2021

HEURE :  2:00 pm E.T.

ENDROIT :  Lien Web de réunion Zoom

En sus de ces délégués représentants l’APN, un conseiller technique sera présent pour répondre aux questions relatives au contexte, à la logistique et à d’autres détails. Veuillez noter que les représentants des médias qui assisteront à la conférence par le biais d’un compte Zoom personnel doivent s’assurer que les informations les concernant reflètent leur nom et l’organe de presse qu’ils représentent.

L’APN est l’organisation nationale qui représente les peuples des Premières Nations au Canada. Suivez l’APN sur Twitter : @AFN_Updates.

Pour plus d’informations :

Jamie Monastyrski
Secrétaire de presse
Bureau de la Cheffe national
613-612-7229 (mobile)
[email protected]

Lori Kittelberg
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
604-340-3117 (mobile)
[email protected]

Kelly Reid
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
613-292-0857 (mobile)
[email protected]

read more
Celso CercadoL’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS ANNONCERA LES DÉLÉGUÉS QUI RENCONTRERONT LE PAPE FRANÇOIS

LA CHEFFE NATIONALE DE L’APN, ROSEANNE ARCHIBALD, DÉCLARE QUE LE DISCOURS DU TRÔNE EST VAGUE À PROPOS D’UNE VÉRITABLE VOIE VERS LE CHEMIN DE LA GUÉRISON

on novembre 24, 2021

(Ottawa, ON) – La Chef nationale de l’Assemblée des Premières Nations (APN), RoseAnne Archibald, affirme que le discours du Trône d’aujourd’hui, le premier de la Gouverneure générale Mary Simon, manque d’actions concrètes et d’un engagement suffisamment fort pour tracer un véritable chemin de guérison pour les Premières Nations et tous les Canadiens.

« Bien que ce discours du Trône comporte des commentaires sur un certain nombre de domaines prioritaires pour les Premières Nations, il contient peu d’actions concrètes », a déclaré la Cheffe nationale de l’APN, RoseAnne Archibald. « Les Premières Nations sont à l’aube d’un changement transformateur et, alors que toutes et tous s’efforcent de se rétablir de la pandémie en cours, le discours du Trône d’aujourd’hui devait paver une voie vers la guérison pour les Premières Nations et tous les Canadiens, et il en a été loin aujourd’hui. »

Le discours du Trône, intitulé Bâtir une économie résiliente : un avenir plus propre et plus sain pour nos enfants, a été prononcé aujourd’hui à la Chambre des communes, ouvrant ainsi la première session du 44e Parlement.

« Le gouvernement du Canada a donné la priorité au logement et aux services de garde d’enfants, mais de nombreuses Premières Nations ont surtout besoin de logements sociaux et beaucoup n’ont même pas de garderies offrant des services de garde à 10 $ par jour. Nous demanderons des engagements plus fermes et des plans d’action particuliers dans ces domaines. Nous saluons les promesses faites pour lutter contre le changement climatique et la perte de biodiversité, ainsi que la reconnaissance du rôle des connaissances traditionnelles autochtones. Parallèlement, il est raisonnable et juste de s’attendre à ce que les engagements relatifs à la violence sexiste et à l’élaboration d’une stratégie de lutte contre le racisme bénéficient de la participation et des points de vue des Premières Nations. En fin de compte, nous sommes impatients de travailler avec le gouvernement fédéral à l’élaboration conjointe de plans d’action en ce qui concerne les priorités des Premières Nations. »

Les engagements énoncés dans le discours du Trône d’aujourd’hui comprennent également :

  • Créer d’une Agence Canadienne de l’eau du Canada pour préserver les ressources hydriques;
  • Élaborer une stratégie nationale d’adaptation pour faire face aux urgences environnementales;
  • Accroître la collaboration avec les partenaires autochtones pour mettre fin à la violence à l’encontre des femmes, des filles et des personnes 2ELGBTQQIA+ autochtones disparues et assassinées.
  • Veiller à ce que les communautés autochtones disposent du soutien dont elles ont besoin pour que les familles demeurent unies et offrir une compensation juste et équitable aux personnes lésées par le programme de services à l’enfance et à la famille des Premières Nations.

Lors des récentes élections fédérales générales, l’APN a lancé la plateforme Le chemin de la guérison : Priorités fédérales de 2021 pour renforcer et reconstruire les Premières Nations, qui détaille les domaines prioritaires pour le renforcement, la reconstruction et la guérison des Premières Nations. Cette plateforme peut être consultée à l’adresse suivante : Le chemin de la guérison – Assemblée des Premières Nations (afn.ca)

L’APN est l’organisation nationale qui représente les peuples des Premières Nations au Canada. Suivez l’APN sur Twitter : @AFN_Updates.

 

―30―

Pour plus d’informations : 

Jamie Monastyrski
Secrétaire de presse
Assemblée des Premières Nations
613-612-7229 (mobile)
[email protected] 

Lori Kittelberg
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
604-340-3117 (mobile)
[email protected]

Kelly Reid
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
613-292-0857 (mobile)
[email protected]

read more
Roy WhiteduckLA CHEFFE NATIONALE DE L’APN, ROSEANNE ARCHIBALD, DÉCLARE QUE LE DISCOURS DU TRÔNE EST VAGUE À PROPOS D’UNE VÉRITABLE VOIE VERS LE CHEMIN DE LA GUÉRISON

L’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS RÉCLAME DES SERVICES D’URGENCE RAPIDES POUR LES PREMIÈRES NATIONS TOUCHÉES PAR DES INONDATIONS ET DES GLISSEMENTS DE TERRAIN EN COLOMBIE-BRITANNIQUE

on novembre 19, 2021

(Ottawa, ON) – L’Assemblée des Premières Nations (APN) demande au gouvernement du Canada d’envoyer directement des fonds d’urgence à la First Nations Emergency Services Society (FNESS) en Colombie-Britannique afin de porter rapidement assistance aux Premières Nations touchées par les inondations et les glissements de terrain catastrophiques qui ont entraîné l’évacuation de nombre d’entre elles.

« Il est impératif que les préoccupations des Premières Nations soient prises en compte sans délai par Emergency Management BC (EMBC), le programme provincial chargé de fournir des services d’urgence aux Premières Nations. Nous avons vu la dévastation causée par la priorité accordée aux urgences municipales plutôt qu’aux Premières Nations lors des incendies de forêt de l’été. La vie de chacun compte. Les Premières Nations demandent raisonnablement à être traitées de façon égale et équitable », a déclaré la Cheffe nationale de l’APN, RoseAnne Archibald.

La province de la Colombie-Britannique a signé en 2018 un accord de 29 millions de dollars en matière de services d’urgence avec Services aux Autochtones Canada en vue de fournir des services d’urgence aux Premières Nations de la Colombie-Britannique par l’intermédiaire de l’EMBC. Cet accord prévoyait 28 postes de coordonnateur en gestion des urgences pour les Premières Nations, postes qui n’ont pas encore été pourvus. EMBC a passé un contrat avec la FNESS pour dispenser une formation en gestion des urgences concernant les feux de forêt (FireSmart) et élaborer des plans d’urgence pour les Premières Nations. Le fait de fournir un financement directement à la FNESS permettra de faire en sorte que les Premières Nations reçoivent l’aide dont elles ont besoin sans délai.

« La compétence des Premières Nations doit être reconnue dans tous les domaines, y compris en matière de gestion des urgences. Nous sommes les plus vulnérables lors de ces événements climatiques catastrophiques, qui ne sont malheureusement plus des incidents isolés, mais des répercussions permanentes du changement climatique », a déclaré le Chef régional de l’Assemblée des Premières Nations de la Colombie-Britannique, Terry Teegee. La province de la Colombie-Britannique a déclaré l’état d’urgence le 17 novembre 2021, le lendemain d’une demande en ce sens formulée par le Chef régional Teegee et d’autres Chefs des Premières Nations de la Colombie-Britannique.

Les Premières Nations sont 18 fois plus susceptibles d’être évacuées en raison de situations d’urgence que les communautés non autochtones, et elles doivent encore lutter contre la COVID-19 en sus des inondations, des conséquences des incendies de forêt et des dommages aux infrastructures à l’approche de la saison hivernale.

« Les Premières Nations, surtout celles qui sont éloignées, sont souvent les premières à ressentir directement les effets du changement climatique. Une planification durable pour l’avenir nécessite des investissements immédiats et équitables pour faire face à notre climat en constante évolution. Notre relation unique avec la terre et l’eau exige que nos voix guident la prise de décision nécessaire pour répondre à cette urgence mondiale », a déclaré Kluane Adamek, Cheffe régionale de l’APN au Yukon.

L’APN est l’organisation nationale qui représente les citoyens des Premières Nations au Canada. Suivez l’APN sur Twitter : @AFN_Updates.

Pour plus d’informations :

 Jamie Monastyrski
Secrétaire de presse
Assemblée des Premières Nations
613-612-7229 (mobile)
[email protected]

Lori Kittelberg
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
604-340-3117 (mobile)
[email protected]

Kelly Reid
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
613-292-0857 (mobile)
[email protected]

read more
Celso CercadoL’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS RÉCLAME DES SERVICES D’URGENCE RAPIDES POUR LES PREMIÈRES NATIONS TOUCHÉES PAR DES INONDATIONS ET DES GLISSEMENTS DE TERRAIN EN COLOMBIE-BRITANNIQUE

BULLETIN DE L’APN – BULLETIN DE L’APN Le 17 novembre 2021 L’APN demande une action urgente et une participation plus équitable des peuples autochtones à la suite de la COP26 : Conférence des Nations Unies sur le changement climatique

on novembre 17, 2021

RÉSUMÉ :

L’APN a envoyé une petite délégation à la 26e Conférence des Parties (COP26) de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) qui s’est tenue à Glasgow, en Écosse, du 31 octobre 2021 au 12 novembre 2021.

L’APN a participé à de nombreuses discussions mettant en avant le leadership des Premières Nations en matière de climat, notamment par le biais d’une discussion modérée, Turtle Island Climate Action : Declaring Indigenous climate emergencies, diffusée en direct du Pavillon des peuples autochtones le 4 novembre 2021.

L’APN continue de demander au gouvernement du Canada d’inclure la gouvernance, les lois et les priorités des Premières Nations dans son plan climatique.

L’APN exhorte toutes les parties à la CCNUCC à faire pression pour une participation pleine et effective des peuples autochtones à toutes les sessions futures, y compris à la COP 27 en Égypte.

Les Premières Nations occupent une position unique pour diriger les efforts de protection, de conservation et de gestion durable de l’environnement. Elles sont les premières à subir les effets du changement climatique et peuvent être les premières à réagir à cette urgence mondiale.

La COP26 a été une occasion importante de faire progresser le leadership des Premières Nations dans la lutte contre la crise climatique mondiale, conformément à la récente résolution : Déclarer une urgence climatique pour les Premières Nations (AGA 2019), et en accord avec les conclusions du dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).


L’Assemblée des Premières Nations (APN) a envoyé une petite délégation à la 26e Conférence des Parties (COP26) de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) qui a eu lieu à Glasgow, en Écosse, du 31 octobre 2021 au 12 novembre 2021. L’APN participe aux négociations internationales sur le climat depuis plusieurs années, notamment dans le cadre de l’Accord de Paris de 2015.

Alors que nous sortons de la pandémie de COVID-19, il faut que la communauté internationale se penche à nouveau en priorité sur le changement climatique, la perte de biodiversité et ses facteurs structurels, afin de rééquilibrer la relation avec l’ensemble de la Création. Avec des vagues de chaleur, des incendies de forêt et des inondations record dans le monde entier, il n’y a pas de question plus urgente pour l’ensemble de l’humanité.

L’APN continue de demander au gouvernement du Canada d’inclure la gouvernance, les lois et les priorités des Premières Nations dans son plan climatique. Les Premières Nations sont particulièrement bien placées pour diriger les efforts de protection, de conservation et de gestion durable de l’environnement en raison de leur relation réciproque de longue date avec l’ensemble de la Création. La COP26 a été une occasion importante de faire progresser le leadership des Premières Nations dans la lutte contre la crise climatique mondiale, conformément à la récente résolution : Déclarer une urgence climatique pour les Premières Nations (AGA 2019), et en accord avec les conclusions du dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

À mesure que nous progressons dans notre travail à l’échelle nationale, l’APN exhorte également toutes les parties à la CCNUCC à prendre des mesures urgentes et transformatrices en matière de climat, et à faire pression pour que les peuples autochtones participent pleinement et effectivement. Le Canada est l’un des rares pays à offrir des badges de délégation à des organisations extérieures au gouvernement fédéral comme l’APN. Même avec des badges, la participation aux réunions de négociation est difficile, exacerbée par la pandémie.

L’APN était représentée à la COP26 par le Chef régional de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve, Paul Prosper, la secrétaire-trésorière de l’Union des Chefs indiens de la Colombie-Britannique (UBCIC), Kukpi7 Judy Wilson, l’analyste des politiques de l’UBCIC en matière de climat, Josh Kioke, et le conseiller principal en politiques de l’APN pour la Direction de l’environnement, des terres et de l’eau, Graeme Reed.

Les points saillants étaient les suivants :

  • Participer au Caucus des peuples autochtones, y compris aux réunions préparatoires, en vue de confirmer un plan de travail triennal actualisé lors de la négociation de la plate-forme des peuples autochtones.
  • Participer à l’événement Indigenous Clean Energy sur le leadership des peuples autochtones en matière d’énergie renouvelable, avec le Chef régional Prosper qui s’est exprimé l’importance d’une optique climatique des Premières Nations.
  • Animer une discussion modérée, Turtle Island Climate Action : Declaring Indigenous climate emergencies, diffusée en direct du Pavillon des peuples autochtones le 4 novembre 2021. Le Chef régional Prosper a été rejoint par le directeur exécutif des United Tribes of Michigan, Frank Ettawageshik, et la présidente du National Congress of American Indians, Fawn Sharp, lors de cette discussion animée par Graeme Reed.
  • Assister au tout premier rassemblement annuel des gardiens du savoir, en appui à 28 gardiens du savoir issus des sept régions socioculturelles autochtones des Nations Unies, qui se sont adressés aux États parties.

Alors que l’APN élabore une stratégie nationale sur le climat, la COP26 a été l’occasion de demander au ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Steven Guilbeault, de veiller à ce que la gouvernance, les lois et les priorités des Premières Nations donnent vie au plan climatique du gouvernement du Canada en s’engageant à « faire du leadership autochtone en matière de climat la pierre angulaire d’un plan climatique renforcé ». « La COP26 a également été l’occasion pour le Chef régional Prosper de rencontrer le ministre Guilbeault, de lui faire part de nos priorités et d’obtenir un engagement de poursuivre un dialogue constructif à l’échelle nationale et internationale.

Priorités à la COP26

L’APN continue de faire progresser plusieurs priorités liées au leadership des Premières Nations en matière de climat, ancrées dans notre résolution : Déclarer une urgence climatique pour les Premières Nations (AGA 2019).

Nos priorités lors de la COP26 étaient les suivantes :

  • Amplifier la voix des Premières Nations et des autres peuples autochtones ainsi que leur leadership en matière de climat sur la scène internationale, tout en soutenant les efforts pour une participation pleine et effective des peuples autochtones à la CCNUCC (Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques);
  • Exhorter le Canada à s’engager à nouveau dans une action climatique urgente et transformatrice, conformément à la résolution des Chefs-en-assemblée de 2019, et à faire progresser ces priorités dans le cadre international;
  • Promouvoir l’utilité d’une optique climatique des Premières Nations pour aider à reconceptualiser les causes profondes du changement climatique et proposer des solutions réimaginées par les Autochtones.

Pour plus d’informations :

Lori Kittelberg
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
604-340-3117 (mobile)
[email protected]

read more
Roy WhiteduckBULLETIN DE L’APN – BULLETIN DE L’APN Le 17 novembre 2021 L’APN demande une action urgente et une participation plus équitable des peuples autochtones à la suite de la COP26 : Conférence des Nations Unies sur le changement climatique

L’Assemblée des Premières Nations finalise les préparatifs de la délégation qui rencontrera le pape François au Vatican en décembre 2021

on novembre 12, 2021

(Ottawa, ON) – L’Assemblée des Premières Nations (APN) dévoile aujourd’hui les détails de sa délégation qui se rendra prochainement à la Cité du Vatican en appui à l’appel à l’action no 58 de la Commission de vérité et réconciliation. En collaboration avec la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), l’APN a confirmé qu’il est prévu que 13 délégués se réunissent avec le Saint-Père le 20 décembre 2021. Ces derniers auront l’occasion de s’adresser au Saint-Père avant de se joindre à tous les délégués autochtones pour entendre la réponse de Sa Sainteté.

« Nous avons demandé à Sa Sainteté de présenter des excuses aux survivants sur nos terres ancestrales », a déclaré Norman Yakeleya, Chef régional des T.-N.-O. et titulaire du portefeuille des gardiens du savoir, des pensionnats indiens et des anciens combattants des Premières Nations, qui dirigera la délégation. « Il est encourageant de constater que le Saint-Siège s’est engagé en ce sens au mois d’octobre. Dès maintenant, notre délégation peut entamer un dialogue quant à la forme que prendront ces excuses. Notre rencontre en décembre est la prochaine étape de la concrétisation de l’appel à l’action n° 58 de la CVR. »

Les membres de la délégation des Premières Nations, soit 13 représentants de tout le Canada, seront annoncés sous peu.

Le Chef Wilton Littlechild, porte-parole officiel de la délégation, Fred Kelly, conseiller spirituel, et Phil Fontaine, gardien du savoir, seront également présents.

« Je demande à l’Église d’offrir un certain nombre de réparations aux Premières Nations et à tous les survivants », a déclaré la Chef nationale de l’APN, RoseAnne Archibald. « La délégation a pour mission d’engager Sa Sainteté dans un dialogue constructif afin de garantir ces réparations, notamment en révoquant la bulle papale de 1493 sur la doctrine de la découverte. J’attends avec impatience les résultats de cette rencontre et la détermination des prochaines étapes. »

De plus amples informations sur la délégation seront prochainement affichées sur les sites Internet de l’APN et de la CECC.

 

L’APN est l’organisation nationale qui représente les citoyens des Premières Nations au Canada.  Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

 

―30―

 

Renseignements :

Jamie Monastyrski
Secrétaire de presse
Assemblée des Premières Nations
613-612-7229 (mobile)
[email protected]

Lori Kittelberg
Agente des communication
Assemblée des Premières Nations
604-340-3117 (mobile)
[email protected]

Kelly Reid
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
613-292-0857 (mobile)
[email protected]

read more
Roy WhiteduckL’Assemblée des Premières Nations finalise les préparatifs de la délégation qui rencontrera le pape François au Vatican en décembre 2021

UNE ÉTUDE COLLABORATIVE EXHORTE LES DÉCIDEURS À SE PENCHER IMMÉDIATEMENT SUR LES PRÉOCCUPATIONS DES PREMIÈRES NATIONS EN MATIÈRE D’INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET DE SOUVERAINETÉ

on octobre 21, 2021

(Ottawa, ON) – L’Assemblée des Premières Nations (APN) a le plaisir d’annoncer la publication des Principales conclusions et recommandations à l’intention des décideurs issues de l’Étude sur l’alimentation, la nutrition et l’environnement chez les Premières Nations (EANEPN). L’étude, d’une durée de 10 ans, a été menée par des responsables de la recherche et des chercheurs de l’APN, de l’Université d’Ottawa et de l’Université de Montréal.

Fruit d’une recherche collaborative parmi 92 Premières Nations de tout le pays, l’EANEPN souligne que les aliments traditionnels demeurent essentiels à la santé et au bien-être des Premières Nations, et que la qualité des aliments traditionnels est supérieure à celle des aliments achetés en magasin. Cependant, en raison de la dégradation de l’environnement et d’obstacles socioéconomiques, systémiques et réglementaires, de nombreuses Premières Nations sont confrontées à un taux d’insécurité alimentaire de trois à cinq fois supérieur à celui de l’ensemble de la population canadienne. Les familles avec enfants sont encore plus touchées.

Les partenaires de l’EANEPN invitent les décideurs à s’inspirer des principales conclusions et recommandations, publiées la semaine suivant la Journée mondiale de l’alimentation, en vue d’influencer les politiques et les programmes visant à lutter contre l’insécurité alimentaire et la souveraineté des Premières Nations. Les six principales recommandations sont les suivantes :

  1. Soutenir les initiatives visant à promouvoir les droits, la souveraineté, l’autodétermination, les valeurs et la culture des Premières Nations.
  2. Donner la priorité à la protection de l’environnement, des terres, des eaux et des territoires des Premières Nations.
  3. Renforcer les capacités afin d’éliminer les obstacles à une saine nutrition, en réduisant l’insécurité alimentaire.
  4. Améliorer les partenariats, la collaboration et la communication entre les Premières Nations et tous les ordres de gouvernement, ainsi que les partenariats entre les Premières Nations pour favoriser le partage d’informations sur l’alimentation, la nutrition et l’environnement.
  5. Soutenir la recherche continue, l’éducation et la sensibilisation du public.
  6. Créer un groupe de travail national conjoint dirigé par les Premières Nations, ou un comité, pour planifier la mise en œuvre de ces recommandations.

« Pour les Premières Nations, l’alimentation traditionnelle représente bien plus que la nutrition, et joue un rôle important sur les plans culturel, spirituel et cérémoniel. Il est urgent de s’attaquer aux problèmes et aux obstacles systémiques liés aux systèmes alimentaires, à la sécurité et à la souveraineté des Premières Nations d’une manière qui honore les connaissances, le leadership et les droits des Premières Nations. Il faut créer de nouveaux programmes, de nouvelles politiques et de nouvelles lois pour protéger l’environnement de toute dégradation supplémentaire et faire en sorte que les Premières Nations aient accès à une alimentation saine, y compris à des aliments traditionnels », déclare Tonio Sadik, directeur principal de l’environnement, des terres et de l’eau à l’APN et l’un des responsables principaux de la recherche dans le cadre de l’EANEPN.

« Cette étude, la première du genre, n’a pu être réalisée que dans le cadre d’un solide partenariat entre l’APN, des représentants du gouvernement et des chercheurs universitaires. En particulier, nous sommes rendons hommage à la sagesse collective de près de 7 000 participants et membres d’équipes de 92 collectivités dans tout le pays au cours des 10 dernières années. Nous espérons sincèrement que les résultats de l’EANEPN contribueront à améliorer la qualité nutritionnelle des aliments et la santé des Premières Nations pour les générations à venir », déclare Laurie Chan, responsable principale de la recherche dans le cadre de l’EANEPN, professeur à l’Université d’Ottawa et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en toxicologie et en santé environnementale.

« Cette recherche participative a été possible parce qu’elle émanait d’un besoin exprimé par les Premières Nations de faire la lumière sur la situation nutritionnelle et environnementale de leurs communautés. Les Premières Nations font face à des défis disproportionnés sur le plan de l’accès à une alimentation saine et culturellement pertinente. L’EANEPN met en évidence la nécessité de garantir un meilleur accès aux aliments traditionnels, qui peuvent jouer un rôle dans la lutte contre l’augmentation des maladies chroniques et l’insécurité alimentaire », explique Malek Batal, responsable principal de la recherche dans le cadre de l’EANEPN, professeur au Département de nutrition de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en nutrition et inégalités en matière de santé.

Des études comme l’EANEPN peuvent aider les Premières Nations à prendre des décisions éclairées en matière de nutrition, d’environnement et de gestion de l’environnement, mener à d’autres recherches et à des activités de défense des droits et des compétences des Premières Nations, et servir de référence pour mesurer les changements environnementaux.

Maintenant terminée, l’EANEPN a déterminé les domaines nécessitant des recherches plus approfondies. Ses principaux partenaires collaborent à un autre projet de recherche pluriannuel appelé Étude sur l’alimentation, l’environnement, la santé et la nutrition des enfants et des jeunes des Premières Nations (EAESNEJPN). Tout comme la EANEPN, cette nouvelle étude est financée par la Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuits de Services aux Autochtones Canada.

Consultez les éléments suivants sur le site web de l’EANEPN :

L’APN est l’organisation nationale qui représente les citoyens des Premières Nations au Canada. Suivez l’APN sur Twitter : @AFN_Updates.

―30―

Pour plus d’informations :

APN

Lori Kittelberg
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
604-340-3117 (mobile)
[email protected]

Université d’Ottawa
Laurie Chan
Responsable principale de la recherche dans le cadre de l’EANEPN
Professeur et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en toxicologie et en santé environnementale
613-562-5800, poste 7116
[email protected]

Université de Montréal / Informations en anglais ou en français
Malek Batal
Responsable principal de la recherche dans le cadre de l’EANEPN
Chaire de recherche du Canada sur la nutrition et les inégalités en matière de santé (CIENS), professeur et directeur du Centre collaborateur de l’OMS sur la transition nutritionnelle et le développement (TRANSNUT)
Département nutrition
514-343-6111, poste 35177
[email protected]

read more
Roy WhiteduckUNE ÉTUDE COLLABORATIVE EXHORTE LES DÉCIDEURS À SE PENCHER IMMÉDIATEMENT SUR LES PRÉOCCUPATIONS DES PREMIÈRES NATIONS EN MATIÈRE D’INSÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET DE SOUVERAINETÉ

VICTOIRE MAJEURE POUR LES ENFANTS ET LES FAMILLES DES PREMIÈRES NATIONS

on septembre 30, 2021

(Ottawa, ON) – La Cheffe nationale de l’Assemblée des Premières Nations (APN), RoseAnne Archibald, se félicite de la victoire remportée par les enfants et les familles en vertu de la décision de la Cour fédérale du Canada de confirmer l’indemnité accordée par le Tribunal canadien des droits de la personne (TCDP) aux enfants des Premières Nations pris en charge dans le cadre du programme des services à l’enfance et à la famille des Premières Nations, ainsi qu’à leurs familles. La Cour fédérale a également confirmé la décision du TCDP concernant l’application du principe de Jordan à tous les enfants des Premières Nations reconnus comme citoyens par leur nation, peu importe leur statut en vertu de la Loi sur les Indiens ou leur lieu de résidence. Cette décision est le résultat d’un litige de longue date entre le Canada, l’APN et la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations.

« C’est la justice en action pour les enfants et les familles des Premières Nations. Cependant, rien ne peut remplacer l’enfance, les liens avec les langues et les terres, ainsi que les êtres chers volés par les pratiques discriminatoires du Canada. Nous avons demandé à plusieurs reprises, de manière raisonnable et juste, que le Canada cesse de combattre nos enfants devant les tribunaux, non seulement dans l’intérêt de la vérité et de la réconciliation, mais aussi pour le chemin de la guérison devant nous », a déclaré la Cheffe nationale RoseAnne Archibald.

En 2007, l’APN et la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations ont déposé une plainte auprès du TCDP alléguant des pratiques discriminatoires à l’égard des enfants et des familles des Premières Nations concernant la prestation par le Canada des services à l’enfance et à la famille des Premières Nations (SEFPN) et son application du principe de Jordan. En janvier 2016, le TCDP a statué que le Canada faisait effectivement preuve de discrimination à l’égard des enfants et des familles des Premières Nations dans sa prestation et son financement du programme des SEFPN ainsi que dans son application étroite du principe de Jordan, et ordonné au Canada de réformer complètement son programme des SEFPN et de mettre pleinement en œuvre le principe de Jordan.

En septembre 2019, le TCDP a ordonné au Canada de verser une indemnité aux enfants des Premières Nations admissibles et à leurs parents et(ou) grands-parents affectés par les pratiques discriminatoires du Canada. En octobre 2019, le Canada a déposé une demande de révision judiciaire de cette ordonnance. Puis, en juillet 2020, le TCDP a rendu une décision clarifiant l’admissibilité au principe de Jordan, une décision confirmée en novembre 2020. Le Canada a déposé une demande de révision judiciaire de cette décision en décembre 2020. L’honorable juge Paul Favel a entendu les arguments des parties devant le TCDP concernant l’ordonnance d’indemnisation et l’admissibilité au principe de Jordan en juin 2021.

Cette décision reconnaît le préjudice causé par les pratiques discriminatoires du Canada et confirme que les enfants et les familles des Premières Nations méritent justice. Cette décision monumentale a été rendue la veille de la Journée du chandail orange, désormais également désignée Journée nationale de la vérité et de la réconciliation.

L’APN est l’organisation nationale qui représente les citoyens des Premières Nations au Canada. Suivez l’APN sur Twitter : @AFN_Updates.

 

―30―

Jamie Monastyrski
Attaché de presse
Assemblée des Premières Nations
613-612-7229 (mobile)
[email protected]

Lori Kittelberg
Agente des communication
Assemblée des Premières Nations
604-340-3117 (mobile)
[email protected]

Kelly Reid
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
613-292-0857 (mobile)
[email protected]

read more
Roy WhiteduckVICTOIRE MAJEURE POUR LES ENFANTS ET LES FAMILLES DES PREMIÈRES NATIONS

LA CHEFFE NATIONALE DE L’APN, ROSEANNE ARCHIBALD, SOULIGNE LA JOURNÉE NATIONALE DE LA VÉRITÉ ET DE LA RÉCONCILIATION

on septembre 30, 2021

(Ottawa, ON) – Aujourd’hui, la Cheffe nationale de l’Assemblée des Premières Nations (APN), RoseAnne Archibald, souligne l’importance de la Journée du chandail orange et invite tous les Canadiens, en cette journée du 30 septembre, à réfléchir à la façon de contribuer à la guérison des préjudices causés par des établissements voués à l’assimilation et coupables de génocide. La Journée du chandail orange, récemment déclarée Journée nationale de la vérité et de la réconciliation par le gouvernement fédéral, rend hommage aux enfants autochtones et des Premières Nations qui ont été forcés de fréquenter ces institutions, dans lesquelles des milliers d’enfants ont trouvé la mort.

« Aujourd’hui, comme chaque jour, je me tiens aux côtés des survivants et des victimes de traumatismes intergénérationnels », a déclaré la Cheffe nationale Archibald. « Je commémore le 30 septembre comme un jour de souvenir et de deuil, et je rends hommage à Phyllis Webstad. Phyllis était une jeune fille des Premières Nations à qui l’on a retiré son chandail orange tout neuf et tout brillant à son arrivée au pensionnat de la Mission St-Joseph. Elle a survécu dans cet établissement, a raconté son histoire et, en 2013, la campagne du chandail orange pour commémorer tous les survivants a été lancée à Williams Lake. Aujourd’hui et chaque jour, ayons une vision d’enfants heureux et en bonne santé, entourés de l’amour et des soins de leur famille dans des communautés sûres et dynamiques. Chaque enfant compte, et nos jeunes enfants jouissent du droit inhérent à la sécurité, à l’amour et au bonheur. Je me réjouis également de la désignation de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation pour rappeler à tous les Canadiens les préjudices subis par nos jeunes enfants. »

Au mois d’août cette année, le gouvernement fédéral a déclaré le 30 septembre Journée nationale de la vérité et de la réconciliation. La promulgation de ce jour férié répond à l’appel à l’action no 80 de la Commission de vérité et réconciliation : « Nous demandons au gouvernement fédéral d’établir comme jour férié, en collaboration avec les peuples autochtones, une journée nationale de la vérité et de la réconciliation pour honorer les survivants, leurs familles et leurs collectivités et s’assurer que la commémoration de l’histoire et des séquelles des pensionnats demeure un élément essentiel du processus de réconciliation. » »

Une ligne d’écoute téléphonique nationale est à la disposition des survivants des pensionnats 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Le numéro est le suivant : 1-866-925-4419.

L’APN est l’organisation nationale qui représente les citoyens des Premières Nations au Canada. Suivez l’APN sur Twitter : @AFN_Updates.

 

―30―

 

Pour plus d’informations :

Jamie Monastyrski
Attaché de presse
Assemblée des Premières Nations
613-612-7229 (mobile)
[email protected]

Lori Kittelberg
Agente des communication
Assemblée des Premières Nations
604-340-3117 (mobile)
[email protected]

Kelly Reid
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
613-292-0857 (mobile)
[email protected]

read more
Roy WhiteduckLA CHEFFE NATIONALE DE L’APN, ROSEANNE ARCHIBALD, SOULIGNE LA JOURNÉE NATIONALE DE LA VÉRITÉ ET DE LA RÉCONCILIATION