Nouvelles

MMIWG

Action immédiate et concertée nécessaire pour éradiquer la violence à l’endroit des femmes et des filles autochtones, et des plus vulnérables – Déclaration du Chef national de l’APN :

on Juin 4, 2019

(Ottawa, ON) – Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, a déclaré qu’une action immédiate et soutenue, de concert avec les Premières Nations, est essentielle pour mettre pleinement en œuvre les recommandations et les appels à la justice du rapport final de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (ci-après, l’Enquête) déposé ce matin, à Gatineau.

« Le rapport final de l’Enquête nationale confirme ce que disent les Premières Nations et les familles depuis de nombreuses années : nous avons besoin de prendre des mesures immédiates, soutenues et concertées pour nous attaquer aux causes systémiques, et de longue date, de la violence faite aux femmes et aux filles autochtones, et aux plus vulnérables, a affirmé le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde. Des vies sont en jeu et nous ne pouvons pas attendre plus longtemps des résultats concrets pour assurer le respect et la sécurité de l’ensemble des Premières Nations exposées à ces risques. Des efforts doivent être faits en collaboration avec les victimes et leurs familles. Je salue les victimes, les membres de leurs familles, et toutes celles et tous ceux qui ont témoigné, et je les remercie pour la force et le courage dont ils ont fait preuve pendant ce processus visant à révéler la vérité. Nous continuerons de vous soutenir tout au long de votre guérison. »

Le rapport final de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées a été officiellement présenté aujourd’hui aux représentants du gouvernement fédéral au cours de la cérémonie de fermeture qui avait lieu au Musée canadien de l’histoire. Les 2 volumes comprennent 11 chapitres, 4 constatations principales et plus de 200 recommandations.

« Nous devons agir maintenant, et l’APN travaille déjà dans plusieurs domaines pour lesquels des mesures sont requises, notamment le contrôle par les Premières Nations de la protection de l’enfance, la revitalisation des langues autochtones, et une nouvelle relation financière pour bâtir des Premières Nations plus saines et plus sécuritaires », a ajouté Perry Bellegarde.

L’APN, en collaboration avec les Premières Nations, les familles et les organismes autochtones, a constamment réclamé la prise de mesures immédiates avant et pendant l’Enquête, et a mis en évidence les secteurs particuliers où il fallait s’attaquer et mettre fin à la violence.

« J’appuie la demande pour une approche axée sur les forces qui reconnaît l’amour profond et constant que nous portons à nos femmes et à nos filles, a précisé RoseAnne Archibald, Chef régionale de l’Ontario et responsable du dossier du Conseil des femmes de l’APN. Nous ne parlons pas de chiffres et de statistiques, mais d’êtres humains : des mères, des filles, des sœurs, les enfants et les membres de nos familles que nous aimons. Je presse les gouvernements d’investir dans de nouveaux programmes et services novateurs qui créeront une véritable égalité pour soutenir les femmes autochtones et leur permettre de vivre leur vie en toute sécurité. »

« Nous pouvons agir tout de suite, pendant que l’on travaille sur le plan coordonné de mise en œuvre des recommandations de l’Enquête, a confirmé le Chef régional de l’APN de la C.-B., Terry Teegee, responsable du portefeuille de la justice de l’APN. Pour les femmes, les filles et les personnes LGBTQ2E victimes de violences fondées sur le sexe et de toute forme d’abus, nous pouvons établir des endroits sécuritaires et des refuges, favoriser l’accès aux transports sécuritaires, aux garderies et au soutien en santé mentale, améliorer l’application des lois en matière de traite de personnes, et apporter le soutien adéquat à celles qui sont dans le commerce du sexe et qui en sortent »

L’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées a été lancée en décembre 2015, et son mandat consistait à examiner les causes systémiques de toutes les formes de violence à l’égard des femmes et des filles autochtones, y compris la violence à caractère sexuel, afin d’établir un rapport. Le processus de collecte de la vérité a pris fin à la mi-décembre 2018. L’APN était une des parties ayant qualité pour agir dans cette Enquête nationale et a soumis sa présentation définitive à Calgary, en novembre 2018.

 

L’APN est l’organisme national qui représente les citoyens des Premières Nations du Canada. Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

 

― 30 ―

 

Demandes des médias ou renseignements :

Jenna Young Castro, conseillère principale en communications, Assemblée des Premières Nations
613 241-6789, poste 201, 613 314-8157 (cellulaire) ou[email protected]

Monica Poirier, agente de communications bilingue, Assemblée des Premières Nations
613 241-6789, poste 382, 613 292-0857 ou [email protected]

Roy WhiteduckAction immédiate et concertée nécessaire pour éradiquer la violence à l’endroit des femmes et des filles autochtones, et des plus vulnérables – Déclaration du Chef national de l’APN :
Assembly of First Nations
    ×