Gestion des enjeux d’urgence

Gestion des urgences dans les communautés des Premières Nations situées dans les réserves

Au Canada, la gestion des urgences concernant les Premières Nations est fondée sur une approche englobant tous les risques, c’est-à-dire tant les risques naturels et ceux inhérents à l’activité humaine que les désastres. L’activité la plus urgente est la préparation d’une « stratégie de gestion des urgences à l’intention des citoyens autochtones au Canada ». Ce document sera consacré aux « ententes de services » en tant qu’éléments de base pour l’offre de services et de moyens de soutien en gestion des urgences aux communautés des Premières Nations.

Une approche nationale en matière d’ententes de services de gestion des urgences aidera à normaliser les activités d’atténuation, de préparation, d’intervention et de rétablissement requises pour les situations d’urgence au Canada. Le groupe de travail des hauts fonctionnaires responsables de la gestion des urgences (HFRGU) qui concernent les Premières nations, les Inuits et les résidants du Nord élaborera des lignes directrices visant à garantir une cohérence nationale entre les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux dans les ententes de services de gestion des urgences. Les ententes de services aident aussi à garantir une prestation de services identique parmi toutes les Premières Nations au Canada.

La version préliminaire d’un document, intitulé « Lignes directrices nationales ou élaboration d’ententes de services entre AINC et les provinces sur la gestion des urgences dans les communautés des Premières Nations situées dans les réserves », est prête. Ce document a pour objectif de fournir des lignes directrices nationales servant à promouvoir une approche nationale en matière de gestion des urgences dans les communautés des Premières Nations.

Après en avoir été invitée, l’APN s’est jointe récemment au groupe de travail des HFRGU. À ce jour, un travail considérable a été effectué sans la participation des Premières Nations.

Évaluation du Programme d'aide à la gestion des urgences

L’évaluation du Programme d’aide à la gestion des urgences de 2010 recommande qu'AINC précise ses rôles et responsabilités en matière de gestion des urgences. Ce processus doit tenir compte du contexte actuel de la gestion des urgences, plus particulièrement des répercussions de la Loi sur la gestion des urgences de 2007. Pour cela, le ministère doit définir les relations avec tous les intervenants externes et mettre en place des structures de gouvernance et des accords appropriés pour s'assurer de l'exercice des responsabilités liées à la gestion des urgences. Tous les aspects de la gestion des urgences doivent être pris en considération dans ce processus et l'accent doit être mis sur les points suivants :

a) Le rôle précis du ministère dans la gestion des urgences des trois territoires du Nord.

b) Le rôle précis du ministère dans les urgences dont la responsabilité incombe à un autre ministère ou à une autre administration (p.ex. les questions liées à la santé et les troubles civils).

c) Les mécanismes et la structure de prestation du programme liés aux quatre piliers de la gestion des urgences : atténuation, préparation, intervention et rétablissement.

d) L'engagement horizontal des autres programmes pertinents d'AINC qui pourraient contribuer à une approche tous risques de la gestion des urgences, telles les grandes infrastructures dans les projets d'atténuation ou les revendications territoriales dans les questions liées aux troubles civils.

Il est recommandé qu'AINC envisage une structure de financement révisée afin d'atténuer les conséquences sur les régions, les autres domaines du programme et les communautés, et de fournir un financement de base garanti pour les activités d'urgence du ministère. Pour permettre cette transition, AINC doit décrire en détail son financement actuel pour les programmes de gestion des urgences et établir des prévisions pour les dépenses futures liées à une approche tous risques de la gestion des urgences.

AINC doit aussi cibler les ressources appropriées en fonction de ses rôles et responsabilités. Il doit surtout s'assurer de fournir la prestation de services de préparation et d'atténuation conformément aux obligations ministérielles et en vertu de la Loi sur les gestions des urgences.

Ces deux organismes ont affaire avec la gestion des risques, et l'état de préparation de secours et la réponse en cas d'une crise ; ils sont énumérés comme fournisseur d'information valable et applicable.


Ces organismes sont énumérés en tant que fournisseurs non-natifs de programme de pompiers qui ont des raccordements aux premiers sapeurs-pompiers de nations ; ils sont énumérés comme source si l'information sur le feu.


Ces organismes traitent la gestion et la réponse de secours pendant une crise et ont des liens aux premières nations à travers le pays ; ils sont énumérés comme ressource.

L'armée du salut est une organisation chrétienne internationale qui a commencé son travail au Canada en 1882 et l'a devenu le plus grand fournisseur direct non gouvernemental des Services Sociaux dans le pays. L'armée du salut donne l'espoir et l'appui aux personnes vulnérables aujourd'hui et le journalier dans les 400 communautés à travers le Canada et plus de 120 pays autour du monde. L'armée du salut offre l'aide pratique pour des enfants et des familles, souvent tendant aux nécessités de base de la vie, fournissant l'abri pour le sans domicile fixe et la réadaptation pour les personnes qui ont perdu la commande de leurs vies à un penchant.


AANDC est énuméré comme emplacement de parent avec des liens à l'information à leur service aux premières nations ; elles sont énumérées comme ressource pour cette information.


La sécurité publique est énumérée comme emplacement de parent avec des liens à leur service aux premières nations ; elles sont énumérées comme ressource pour les documents fédéraux sur la gestion et l'état de préparation de secours.


La santé publique est énumérée comme emplacement de parent avec des liens à leurs programmes sur l'état de préparation et la réponse de secours, à leur trousse à outils universelle, et à leur centre pour l'état de préparation et la réponse de secours ; ils ont des liens aux premières nations et sont énumérés comme source d'information valable et applicable.


SCHL est une organisation qui fournit des services de logement pour le Canada ; en particulier aux premières nations ils fournissent un programme de protection contre l'incendie en construisant une maison.

Assemblée des Premières Nations