Relations financières

Il est temps qu’une nouvelle relation soit établie entre les Premières Nations et le Canada, et cela comprend une nouvelle relation financière. Les Premières Nations ont besoin d’un financement adéquat, prévisible et durable pour soutenir leurs citoyens, ainsi que pour édifier des communautés fortes et des nations dynamiques.

L’heure est venue d’établir une nouvelle et une meilleure relation.

Les chefs des Premières nations reconnaissent que le financement n’a pas suivi l’inflation ni les besoins de la population qui connaît la croissance la plus rapide dans le pays. Cela oblige les Premières nations à essayer de faire plus avec moins et le résultat est un écart croissant dans la qualité de vie entre les Premières nations et le Canada.

L’heure est venue d’établir une nouvelle et meilleure relation conforme à la relation initiale de nation à nation basée sur le partenariat, le respect mutuel, la reconnaissance mutuelle et le partage. Le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, s’efforce d’éliminer l’écart en matière de qualité de vie entre les Premières Nations et le Canada, d’éliminer l’écart en matière de financement, et d’établir une nouvelle relation financière assortie de clauses d’indexation équitables en vue d’un financement durable.

L’heure est venue pour une nouvelle relation fiscale avec les Premières nations qui donne à vos collectivités un financement suffisant, prévisible et soutenu. C’est une promesse que nous avons faite et une promesse que nous garderons.

Le premier ministre Justin Trudeau à l’Assemblée des chefs spéciaux de l’APN 2015

Pendant l’Assemblée générale annuelle 2016 de l’APN, le Chef national Bellegarde et la ministre d’AANC, Carolyn Bennett, ont signé un protocole d’entente (PE) en vue d’un groupe de travail sur les relations financières.

En vertu de ce PE, l’APN et AANC étudieront diverses possibilités concernant une nouvelle relation financière qui précisera la signification de l’expression financement « suffisant ». Il ne s’agit pas seulement d’éliminer le plafond de 2 pour cent. Il s’agit de répondre aux véritables besoins, actuels et futurs. Il s’agit de changer les mécanismes utilisés pour déterminer les allocations financières. Il s’agit d’étudier les moyens les plus efficaces de transférer des fonds pour favoriser une planification stratégique et des résultats sur le terrain. Il s’agit d’analyser comment les gouvernements des Premières Nations rendent compte à leurs citoyens. Il s’agit d’élaborer des outils pour mesurer si l’écart se résorbe, et à quel rythme. Il s’agit de s’attaquer à toutes ces questions.

Ces efforts donneront lieu à un rapport et à des projets de prochaines étapes qui seront soumis aux Chefs-en-Assemblée pour examen et afin de recueillir leurs commentaires sur la voie à suivre. Les recommandations découlant de ce travail ne seront pas exécutoires.

Communiquer avec l’équipe du domaine des politiques

Amber Potts
Directrice


Yancy Craig
Conseiller principal


Ken Medd
Analyste subalterne des politiques


Daniel Wilson
Conseiller spécial


Chris Barney
Administrative Assistant


rdbrinkhurstRelations financières