Langues et culture

La Loi sur les langues autochtones a reçu la sanction royale le 21 juin 2019. Conformément aux directives des Premières Nations, l’APN demande que la Loi établisse des approches appropriées, cohérentes, durables et à long terme pour soutenir les Premières Nations dans leurs efforts visant à se réapproprier, à réhabiliter, à maintenir et à normaliser leurs langues.

La Loi sur les langues autochtones a reçu la sanction royale le 21 juin 2019. Conformément aux directives des Premières Nations, l’APN demande que la Loi établisse des approches appropriées, cohérentes, durables et à long terme pour soutenir les Premières Nations dans leurs efforts visant à se réapproprier, à réhabiliter, à maintenir et à normaliser leurs langues.

Pourquoi les langues?

Nos langues nous permettent de communiquer et transmettre aux générations futures notre culture, nos visions du monde, nos systèmes de connaissances, nos valeurs, nos traditions, nos coutumes, notre histoire, notre spiritualité et notre identité sociale et politique. Nos langues sont vivantes; elles sont issues de la terre, font partie intégrante de notre identité et constituent un aspect essentiel de l’autodétermination. Au Canada, malgré leur importance, toutes les langues autochtones sont menacées d’extinction.

Après des années de plaidoyer de la part des Premières Nations, le gouvernement du Canada s’est finalement engagé par voie législative à respecter les langues autochtones. L’objectif de la Loi sur les langues autochtones est de permettre aux Autochtones d’exercer leurs droits linguistiques ancestraux en obtenant la garantie juridique d’un financement et d’un soutien adéquats, durables et à long terme pour diriger leurs projets destinés à se réapproprier, revitaliser, maintenir et renforcer leurs langues.

Locuteurs inspires Rapport de recommandations

Download

Locuteurs inspires Résumé des recommandations

Download

Boîte à outils linguistiques pour les partenaires régionaux

Download

Guide de la loi sur les langues autochtones

Download

Rapport national sur lesséances d’engagement

Download

Bulletin du Secteur deslangues et de la culture

Download

L’avis de possibilité de nomination aux postes de commissaire et directeur, Bureau du commissaire aux langues autochtones, est maintenant en ligne! Les candidatures doivent être soumises d’ici le 25 janvier 2021 en vue d‘être examinées par un comité de sélection jusqu’à ce que les candidats appropriés soient identifiés.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter : GIC – Commissaire et directeur, Bureau du commissaire aux langues autochtones

Nos langues sont au cœur de nos cérémonies, de nos liens avec nos terres et les animaux, de nos relations les uns avec les autres, de nos modes de perception, de nos mondes, y compris la nature, de notre histoire et de nos lois.

Chef national Perry BellegardeAllocution d’ouverture aux ministres fédéral, provinciaux et territoriaux responsables de la culture et du patrimoine, Orford (Québec), le 22 août 2017

AHKAMEYIMOK PODCAST

Why First Nations Traditions, Language and Knowledge Matter More Than EverDr. Dan Longboat, Roronhiakewan – « He Clears the Sky » – is the founding Director of Trent University’s Indigenous Environmental Studies and Sciences Program – the first of its kind in North America.

More Episodes

Loi sur les langues autochtones

Consultations du ministère du Patrimoine canadien sur la mise en œuvre de la Loi

Le gouvernement du Canada organise des séances de mobilisation en ligne dans tout le pays qui sont consacrées à la mise en œuvre de la Loi sur les langues autochtones. Les première séances porteront sur le commissaire aux langues autochtones, les directeurs et le modèle de financement des langues autochtones.

Les Chefs ou leurs délégués (au maximum deux par Première Nation) sont invités à participer aux consultations, ainsi que les organisations linguistiques autochtones.

Si vous n’êtes pas en mesure de participer à une séance régionale, vous pouvez remplir le questionnaire ci-dessous :

Questionnaire

Loi sur les langues autochtones

Qu’est-ce que cela signifie pour vous?

L’APN a préparé un guide à l’intention des détenteurs de droits des Premières Nations, des spécialistes du domaine des langues et des entités (organisations) linguistiques qui souhaitent lancer ou qui ont déjà entrepris des activités de revitalisation des langues autochtones. Le guide donne un aperçu du contexte, de la Loi elle-même et du rôle de chaque citoyen dans la revitalisation des langues des Premières Nations.

Guide de mise en œuvre de la Loi sur les langues autochtones

Rapports et ressources de l’Assemblée des Premières Nations

Lancer ou mener à terme un projet de revitalisation linguistique est un travail qui peut s’avérer difficile. Cette trousse à outils donne à chaque Première Nation un aperçu des ressources et outils qui pourraient l’aider à fixer des objectifs de revitalisation linguistique et à déterminer les éléments dont elle a le plus besoin pour les atteindre.

L’Assemblée des Premières Nations s’emploie à rappeler l’importance de l’enseignement et de la revitalisation des langues des Premières Nations. À cet effet, elle a préparé un guide à l’intention des citoyens, des Premières Nations, des spécialistes et des entités linguistiques (organisations) qui souhaitent lancer ou poursuivre des activités de revitalisation des langues autochtones.
Par sa conception, cette trousse à outils vous aidera à communiquer des renseignements à vos réseaux et à souligner l’importance de revitaliser les langues des Premières Nations.

Les 17 et 18 octobre 2020, l’APN a tenu en ligne (sur Zoom) le Rassemblement national des jeunes, Voix Inspirées: nos langues, notre avenir, qui a rassemblé des jeunes des quatre coins du Canada. Le rapport ci-dessous est un recueil des commentaires, suggestions et avis sur la revitalisation des langues autochtones qui ont été émis par les jeunes durant l’évènement.

Rapport sur les séances nationales de mobilisation de l’Initiative sur les langues autochtones 2017

En prévision de l’élaboration conjointe d’une loi sur les langues autochtones, l’Assemblée des Premières Nations (APN) a tenu un ensemble de séances de mobilisation dans tout le pays, de juin à octobre 2017, qui ont réuni plus de 500 Chefs régionaux, Chefs, conseillers, aînés, personnes parlant couramment une langue autochtone, gardiens du savoir, défenseurs des langues autochtones, universitaires autochtones et linguistes. L’APN a organisé ces séances de mobilisation dans le cadre de son Initiative sur les langues autochtones, conformément à la motion du Comité exécutif de l’APN, qui a reçu l’appui du Comité des Chefs sur les langues de l’APN et des résolutions 06-2015 et 01-2015. Le présent rapport constitue un bref résumé des nombreux commentaires recueillis durant les séances et récapitule les sujets importants qui en ont découlé. Il servira de guide aux représentants de l’APN qui participeront à l’élaboration de la loi en collaboration avec le ministère du Patrimoine canadien, l’Inuit Tapiriit Kanatami et le Ralliement national des Métis.

Comment puis-je contribuer aux travaux de l’APN consacrés aux langues autochtones?

  • Aidez à relayer l’information sur la Loi sur les langues autochtones, notamment par l’intermédiaire de vos réseaux.
  • Partagez des outils et des ressources pour l’apprentissage des langues autochtones.
  • Consultez le guide ci-dessus pour en apprendre davantage sur l’élaboration d’un plan linguistique, le renforcement des capacités, l’évaluation ou l’analyse de l’état d’une langue et l’élaboration de votre propre loi et/ou vos propres politique locales sur les langues.

Joignez-vous à la discussion

Faites connaître vos besoins pour revitaliser les langues des Premières Nations

Matériel de ressources

Législation existante sur les langues autochtones

Nunavut

Loi sur les langues officielles 2008 – Renseignements généraux  La Loi confère un statut officiel à la langue inuit, à l’anglais et au français. Elle prévoit les droits suivants :

  • La Loi confère un statut officiel à la langue inuit, à l’anglais et au français. Elle prévoit les droits suivants :
  • Toute personne a le droit de communiquer avec le siège ou l’administration centrale d’une institution territoriale ou d’en recevoir des services dans une langue officielle, et les autres bureaux ont également l’obligation de fournir un service dans une langue officielle lorsque celle-ci fait l’objet d’une demande.

Le Nunavut dispose aussi de la Loi sur la protection de la langue inuit, 2008

  • Les enfants de la maternelle à la troisième année ont le droit de recevoir un enseignement dans la langue inuit.
  • Une nouvelle autorité linguistique est créée pour établir des normes linguistiques.
  • Les Inuits ont le droit de travailler pour le gouvernement dans leur propre langue.
  • Les municipalités doivent offrir des services en langue inuit.
  • D’ici 2019, tous les niveaux scolaires auront droit à un enseignement en langue inuit. Cependant, ce processus sera probablement retardé : [cliquez ici]

Yukon

Le français et l’anglais sont les langues officielles, mais les services peuvent être fournis en langues autochtones (Loi sur les langues, 2002).

Manitoba

Loi sur la reconnaissance des langues autochtones, 2010 Le cri, le dakota, le déné, l’inuktitut, le michif, l’ojibwé et l’oji-cri i n’ont pas de statut officiel, mais elles sont reconnues en tant que langues autochtones parlées et utilisées au Manitoba.

Territoires du Nord-Ouest

Loi sur les langues officielles, 1988

  • Le chipewyan, le cri, l’esclave du Nord, l’esclave du Sud, le gwich’in, l’inuinnaqtun, l’inuktitut, l’inuvialuktun et le tåîchô sont les langues officielles des Territoires du Nord-Ouest (y compris le français et l’anglais).
  • La Loi accorde des droits et privilèges égaux quant à leur usage dans les institutions gouvernementales (corps législatif, tribunaux).
  • Les citoyens peuvent recevoir des services gouvernementaux dans une langue où l’emploi de cette langue fait l’objet d’une demande importante.
  • Il existe un commissaire aux langues et un conseil de revitalisation des langues autochtones.

Nouvelle-Zélande

  • Déclare que le maori est une langue officielle de la Nouvelle-Zélande.
  • Donne aux personnes le droit de s’exprimer en maori dans certaines procédures juridiques.
  • Établit une commission qui est chargée de surveiller la mise en œuvre des politiques, procédures, mesures et pratiques destinées à mettre en vigueur la déclaration du maori en tant que langue officielle.

Consultez la Māori Language Act 1987

États-Unis d’Amérique : Hawaii

En 1978, l’hawaïen est devenu une langue officielle d’Hawaï (aux côtés de l’anglais) et son enseignement bénéficie d’une promotion particulière de la part de l’État.

Royaume-Uni : Pays de Galles

Le gallois n’est pas une langue autochtone, mais, en tant que langue maternelle minoritaire du pays de Galles, il a fait face à de nombreux défis semblables.

  • Adoptée en 2011, la Welsh Language (Wales) Measure confirme le statut officiel du gallois et promeut le poste de commissaire aux langues et de nouvelles dispositions sur la langue.
  • The Welsh Language (Wales) Measure was passed in 2011 confirming official status, creating a language commissioner and new provisions for the language.
  • Stratégies linguistiques détaillées et renseignements connexes

Suède, Norvège et Finlande

Le same, la langue des Samis, bénéficie d’un statut officiel en Suède et dans certaines municipalités de Norvège et de Finlande.

  • Par exemple, la législation suédoise s’applique aux régions où les Samis ont une longue tradition et autorise les personnes à s’exprimer en same auprès des organismes administratifs et dans les tribunaux.
  • La législation donne le droit de recevoir un enseignement préscolaire et des soins pour les personnes âgées partiellement ou entièrement dans la langue minoritaire.
  • Politique suédoise sur les minorités nationales et les langues minoritaires

Communiquez avec le personnel du Secteur des langues

Alexandra Mcgregor
Analyste principale des politiques


Crystal Ireland
Adjointe administrative


Isabelle Zwicker
Analyste subalterne des politiques


Julia Stockdale-Otarola
Analyste principale des politiques


Ken Medd
Analyst des politiques


Sid LeeLangues et culture