Principle de Jordan – Rapport

Le rapport du Groupe de travail sur le Principe de Jordan dévoile les résultats de nouvelles recherches sur les lacunes des services aux enfants des Premières Nations du Canada

Le 10 février 2015 

(Ottawa, ON) – À l’occasion d’une journée d’appui consacrée à la nécessité de prodiguer des services justes et adéquats aux enfants des Premières Nations, l’Assemblée des Premières Nations (APN), de concert avec UNICEF Canada, la Société canadienne de pédiatrie, l’Université McGill et l’Université du Michigan, a rendu public un rapport qui souligne les inégalités dont sont victimes les enfants des Premières Nations qui ont besoin de services gouvernementaux.  

Intitulé Sans déni, délai ou interruption : veiller à ce que les enfants des Premières Nations bénéficient de services équitables par l’entremise du Principe de Jordan, ce rapport décrit comment la confusion bureaucratique entre les gouvernements provinciaux, territoriaux et fédéral a pour effet de priver des enfants des Premières Nations de soins nécessaires, et souligne que le Principe de Jordan n’est pas mis en application là où il le devrait.  

« Il faut donner la priorité aux enfants », a déclaré le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, qui s’est joint à des enfants et des défenseurs des Premières Nations sur la Colline du Parlement aujourd’hui, à l’occasion de la journée « Ayez un cœur », pour demander des services adéquats pour les jeunes. « Nous réclamons de toute urgence une réponse globale de tous les paliers de gouvernement afin de régler les problèmes exposés dans ce rapport, de sorte qu’aucun enfant ne souffre du report ou du refus de services importants. C’est exactement ce qu’énonce le Principe de Jordan : éviter que les soins et le soutien à un enfant qui a besoin de services ne soient compromis par des formalités administratives. Trop d’enfants et de familles des Premières Nations échouent au milieu de longs conflits entre paliers de gouvernement. Il s’agit des droits humains fondamentaux des enfants autochtones, et tous les ordres de gouvernement doivent prendre acte des recommandations de ce rapport. » 

Les recommandations visent à garantir un traitement équitable aux enfants des Premières Nations, comme le stipulent la Convention relative aux droits de l’enfant, la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, la Charte canadienne des droits et libertés, la Loi canadienne sur les droits de la personne, et d’autres lois et ententes fédérales, provinciales, territoriales et des Premières Nations. 

« Le Principe de Jordan est la promesse qu’a faite le Parlement aux enfants des Premières Nations, pour qu’ils puissent avoir accès aux services gouvernementaux aux mêmes conditions que les autres enfants; or, les documents d’Ottawa prouvent que le délestage entre les paliers gouvernementaux perdure, tout comme les souffrances », a déclaré Cindy Blackstock, défenseure des droits de l’enfant et présidente de la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations du Canada. « Ce rapport démontre que le gouvernement est bien loin d’appliquer le Principe de Jordan. Il est temps de mettre fin aux inégalités dans les services gouvernementaux fédéraux d’éducation, de santé et de bien-être de l’enfance. Le gouvernement du Canada le sait mieux que quiconque, et aujourd’hui, nous nous joignons à des milliers de Canadiens qui ont un cœur pour veiller à ce qu’ils agissent mieux pour les enfants des Premières Nations. » 

Le Principe de Jordan, ainsi nommé en hommage à Jordan River Anderson, a pour but d’assurer aux enfants des Premières Nations un accès égal et équitable aux services ordinairement disponibles pour les autres enfants et de les mettre à l’abri des différends juridictionnels. Jordan River Anderson est décédé tragiquement après avoir séjourné inutilement pendant deux ans et demi à l’hôpital parce que, comme il était membre des Premières Nations, des fonctionnaires ne sont pas arrivés à décider qui devrait défrayer ses soins à domicile.  

Lors de la journée Ayez un cœur, les Premières Nations et les Canadiens sympathiques à leur cause s’unissent pour honorer le Principe de Jordan et pour mettre fin aux inégalités dans les autres services offerts aux enfants. Pour plus de détails sur la façon de manifester votre appui, consultez la pagehttp://www.fncaringsociety.com/fr/ayez-un-coeur-pour-les-enfants-des-Premieres-Nations.

 

L’Assemblée des Premières Nations est l’organisme national qui représente les citoyens des Premières nations au Canada. Suivez l’APN sur Twitter : @AFN_Comms, @AFN_Updates.

 

-30-

 

Personnes-ressources : 

Jenna Young Castro, agente de communications, APN, 613-241-6789, poste 401; 613-314-8157 ou[email protected] 

Alain Garon, agent de communications bilingue, APN, 613-241-6789, poste 382; 613-292-0857 ou[email protected]

Post Left

Angie TurnerPrinciple de Jordan – Rapport