Nouvelles

Le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, rencontre le Congrès national des Indiens d’Amérique en vue d’obtenir des appuis à l’égard des droits autochtones dans l’ALENA

on Octobre 16, 2017

OTTAWA, le 16 oct. 2017 /CNW/ – Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, s’adressera aux participants du congrès annuel du Congrès national des Indiens d’Amérique (CNIA) le mardi 17 octobre afin d’obtenir des appuis à l’égard de l’établissement d’un chapitre sur les Autochtones dans l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), qui veillera à ce que les droits des Premières Nations soient respectés et maintenus dans tout nouvel accord. Le CNIA est l’organisation la plus ancienne, la plus importante et la plus représentative des Indiens d’Amérique et des Indiens natifs de l’Alaska aux États-Unis.

« Je souhaite transmettre à nos frères et sœurs du sud de la frontière – une frontière que nous n’avons pas établie – un message indiquant que nous pouvons être solidaires afin de conserver nos droits sur nos terres natales », a déclaré le Chef national, Perry Bellegarde. « Les Premières Nations existaient bien avant qu’il y ait des frontières et nous avions nos propres traités orientant le contrôle territorial, les échanges commerciaux et les relations diplomatiques. Aujourd’hui, les accords internationaux peuvent avoir une incidence sur nos terres, nos vies et notre capacité à effectuer des échanges commerciaux et à se rendre visite les uns les autres. Nos droits inhérents, nos droits issus des traités et nos droits internationaux tels qu’établis dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones doivent être respectés tout au long des négociations et dans tout accord final. Le CNIA a indiqué qu’il appuyait l’établissement d’un chapitre sur les Autochtones dans l’ALENA et je suis impatient de rencontrer ses membres afin de discuter des prochaines étapes. »

Le Chef national, Perry Bellegarde, est un conseiller du conseil de l’ALENA du Canada et il a pris l’initiative de demander qu’un chapitre sur les Autochtones soit établi dans un nouvel accord. Le Canada a accepté d’appuyer cette demande. Un chapitre sur les Autochtones protégerait notamment les droits autochtones; il assurerait une représentation autochtone au sein des trois parties de l’ALENA; il améliorerait les possibilités économiques pour les peuples autochtones; et il comprendrait un mandat visant à mettre en œuvre les obligations du chapitre. Le Chef national souhaite que le libellé indique clairement que rien dans l’ALENA n’empêche le Canada de respecter ses obligations constitutionnelles à l’égard des peuples autochtones.

« Le fait de protéger les droits inhérents des Premières Nations et les droits issus des traités dans l’ALENA est d’une importance primordiale et c’est pourquoi j’ai accepté de devenir membre du conseil de l’ALENA », a indiqué le Chef national, Perry Bellegarde. « Je rencontre les membres du CNIA afin de veiller à ce que nous protégions et respections les droits de tous les peuples autochtones de l’île de la Tortue. Les trois pays qui participent à ces négociations ont approuvé la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones et ils doivent lui faire honneur dans les négociations et dans les résultats de celles-ci. »

Le 74e congrès annuel du Congrès national des Indiens d’Amérique aura lieu du 15 au 20 octobre à Milwaukee, au Wisconsin. Les délégués et les observateurs se rassembleront sous le thème « Nous sommes des nations fortes ». Le CNIA a été fondé en 1944.

L’APN est un organisme national qui représente les citoyens des Premières Nations du Canada. Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

Jamie Monastyrski, Attaché de presse, bureau du Chef national, 613 241-6789, poste 116, 343 540-6179 (cellulaire), jamiem@afn.ca ;

Alain Garon, Agent de communications bilingue, 613 241-6789, poste 382, 613 292-0857 (cellulaire), agaron@afn.ca ;

Michael Hutchinson, Agent de communications, 613 241-6789, poste 254, 613 299-6330 (cellulaire), mhutchinson@afn.ca

read more
Roy WhiteduckLe Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, rencontre le Congrès national des Indiens d’Amérique en vue d’obtenir des appuis à l’égard des droits autochtones dans l’ALENA

Le Chef national de l’APN Perry Bellegarde accueille favorablement la décision de la Cour suprême sur les droits des anciens élèves des pensionnats autochtones : « Leurs témoignages doivent être respectés »

on Octobre 10, 2017

Le 6 octobre 2017

(Ottawa, ON) – Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, a affirmé que la décision rendue aujourd’hui par la Cour suprême du Canada permet d’assurer que les droits des anciens élèves des pensionnats autochtones sont respectés dans le cadre des efforts menant à la justice, à la guérison et à la réconciliation.

Le 6 octobre 2017, la Cour suprême du Canada a rejeté l’appel du Canada visant à exercer le plein contrôle sur les documents et les transcriptions de nature délicate issus du Processus d’évaluation indépendant (PEI), un des éléments de la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens. Ces documents font mention des abus qu’ont subis ces anciens élèves et décrivent comment ils ressentent les effets de leur expérience à l’âge adulte.

« Le témoignage que livre une personne lui appartient. La Cour suprême a rendu aujourd’hui une décision adéquate et juste », a déclaré le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde. « Chaque personne a le droit de décider si les histoires et expériences personnelles qu’elle a racontées dans le cadre du Processus d’évaluation indépendant peuvent être rendues publiques ou si elles doivent rester confidentielles. C’est particulièrement vrai dans ces situations où les témoignages portent sur des expériences très personnelles de traumatismes et d’abus. Beaucoup d’anciens élèves ont raconté leurs histoires en présumant que les audiences du PEI étaient privées et confidentielles. Cette présomption doit être respectée. »

Le Chef régional des Territoires du Nord-Ouest Bill Erasmus, qui détient le portefeuille des pensionnats pour l’APN, a également exprimé son approbation à l’égard de la décision de la Cour suprême. « L’APN a toujours proposé que seuls les élèves des pensionnats avaient le plein contrôle sur leurs expériences et témoignages. La Cour suprême du Canada a maintenant adopté la position de l’APN. Toute tentative d’accéder aux dossiers du PEI nécessitera désormais le consentement explicitement écrit de la personne concernée. »

Le 21 juin 2017, le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, a envoyé une lettre à la ministre des Affaires autochtones et du Nord, Carolyn Bennett, pour demander des ressources à l’intention des anciens élèves des pensionnats afin de discuter de cette question et de veiller à ce qu’ils aient l’occasion de rencontrer la ministre.

Au cours de l’Assemblée générale annuelle tenue en juillet 2017, les chefs ont adopté la résolution no 39/2017, Soutien pour le Centre national Vérité et Réconciliation (CNVR). La résolution no 39/2017 a enjoint l’APN à travailler avec le CNVR et d’autres parties à la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens afin de faire progresser le mandat du CNVR, y compris la sensibilisation du public sur les conséquences dévastatrices des pensionnats sur les familles et les collectivités des Premières Nations.

L’APN va continuer à veiller à ce que les droits des anciens élèves soient respectés conformément au Secrétariat d’adjudication des pensionnats indiens (SAPI) et poursuivra ses efforts en vue de la justice, de la guérison et de la réconciliation.

Elle travaillera aussi avec le CNVR et les autres parties à la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens pour exécuter le mandat du CNVR.

L’APN est un organisme national qui représente les citoyens des Premières Nations du Canada.  Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

― 30 ―

Renseignements :

Jamie Monastyrski
Attaché de presse, bureau du Chef national
613 241-6789, poste 116
343 540-6179 (cellulaire)
jamiem@afn.ca

Alain Garon
Agent de communications bilingue
613 241-6789, poste 382
613 292-0857 (cellulaire)
agaron@afn.ca

Michael Hutchinson
Agent de communications
613 241-6789, poste 254
613 299-6330 (cellulaire)
mhutchinson@afn.ca

read more
Roy WhiteduckLe Chef national de l’APN Perry Bellegarde accueille favorablement la décision de la Cour suprême sur les droits des anciens élèves des pensionnats autochtones : « Leurs témoignages doivent être respectés »

Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, souligne la veille Sœurs par l’esprit en demandant que des mesures soient mises en place immédiatement en vue de soutenir les femmes et les familles autochtones

on Octobre 5, 2017

Le 4 octobre 2017

(Ottawa, ON) – Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, a souligné le 4 octobre, une journée où les veilles Sœurs par l’esprit se tiennent partout au pays en hommage aux femmes et aux filles autochtones disparues ou assassinées, en demandant que des mesures soient mises en place immédiatement en vue de procurer sûreté, sécurité et justice aux femmes et jeunes filles autochtones, ainsi qu’à leur famille.

« Les femmes et les filles autochtones ont également le droit de vivre dans un milieu sûr et sécuritaire », a déclaré le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, qui participe à une veille aujourd’hui à Ottawa. « Le fait de mettre fin à la violence contre les femmes et les filles est une priorité au quotidien. Cet été, l’Assemblée générale des Chefs de l’APN a adopté une résolution demandant que le mandat et le procédé de l’enquête soient révisés et modifiés. Nous demandons que l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées adopte une approche de travail axée sur les familles. Nous demandons que des mesures, du soutien et des ressources soient mis en place immédiatement pour ceux et celles qui sont touchés pendant que l’Enquête poursuit son travail important. »

« Aujourd’hui, nous rendons hommage à nos filles, à nos sœurs, à nos tantes, à nos mères et à nos familles et nous les saluons. Nous manifestons notre amour et notre soutien envers les familles des femmes disparues et assassinées des Premières Nations. Je demande à tous les Canadiens et Canadiennes de se joindre à nous aujourd’hui en vue de soutenir le changement et la réconciliation. »

« Les femmes autochtones sont 4,5 fois plus susceptibles d’être assassinées que les autres femmes », a indiqué Denise Stonefish, Grand chef et présidente du Conseil des femmes de l’APN.  « Il est important de reconnaître que ces femmes laissent souvent derrière elles une famille et des êtres chers. Les veilles annuelles du 4 octobre continuent de soutenir les familles des Sœurs par l’esprit et elles viennent rappeler que la violence vécue par les femmes et filles autochtones doit cesser. Cette journée vise à rendre hommage aux femmes et aux filles autochtones disparues ou assassinées et à se souvenir de nos Sœurs de partout. »

Tous les 4 octobre, les veilles Sœurs par l’esprit, présentées pour la première fois en 2006 par l’Association des femmes autochtones du Canada, se déroulent à l’échelle internationale en vue de rendre hommage aux femmes et aux filles autochtones disparues ou assassinées et de favoriser la guérison des familles des victimes. En 2006, 11 veilles se sont tenues. En 2014, il y en a eu 216 et ce nombre continue de croître.

L’APN est un organisme national qui représente les citoyens des Premières Nations du Canada.  Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

― 30 ―

Renseignements :

Jamie Monastyrski
Attaché de presse, bureau du Chef national
613 241-6789, poste 116
343 540-6179 (cellulaire)
jamiem@afn.ca

Alain Garon
Agent de communications bilingue
613 241-6789, poste 382
613 292-0857 (cellulaire)
agaron@afn.ca

Michael Hutchinson
Agent de communications
613 241-6789, poste 254
613 299-6330 (cellulaire)
mhutchinson@afn.ca

read more
Roy WhiteduckLe Chef national de l’Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, souligne la veille Sœurs par l’esprit en demandant que des mesures soient mises en place immédiatement en vue de soutenir les femmes et les familles autochtones

BULLETIN DU CHEF NATIONAL – Compte rendu sur la rencontre des premiers ministres

on Octobre 5, 2017

5 octobre 2017

Le 3 octobre, une délégation de l’Assemblée des Premières Nations (APN) a rencontré le Premier ministre Justin Trudeau et les premiers ministres de toutes les provinces et territoires, à l’exception de Brad Wall de la Saskatchewan, représenté par Don Morgan, vice-premier ministre.

La délégation de l’APN comprenait le Chef régional Ghislain Picard (Québec), le Chef régional Isadore Day (Ontario), le Chef régional Craig Mackinaw (Alberta) et la Chef Susan Miller de la Première nation Katzie (Colombie-Britannique).

Voici une liste des points que j’ai soulevés lors de l’entretien avec le Premier ministre Justin Trudeau qui a précédé la rencontre :

  • Effacer les prêts et avances consentis à la Colombie-Britannique dans le cadre de la réconciliation;
  • Le besoin pour la souveraineté proclamée de la Couronne de reconnaître et de garantir une place au droits inhérents, au titre et à la compétence des Premières Nations, et de les respecter;
  • Le besoin de participation de tous les ministres concernés à notre prochaine réunion dans le cadre du Protocole d’entente sur les priorités communes, prévue le 20 novembre;
  • La nécessité de discuter d’une approche à l’égard d’un cadre législatif pour appuyer la mise en œuvre de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, reposant sur le projet de loi C-262;
  • Maintenir la priorité d’une loi pour revitaliser et dynamiser nos langues des Premières Nations;
  • Établir un processus avec les Premières Nations en vue d’un examen conjoint des lois, des politiques et des pratiques opérationnelles fédérales;
  • Rappel de la nécessité d’investir la totalité des 180 millions de dollars pour régler le problème de la protection de l’enfance dans les réserves;
  • L’accès à des capitaux est un enjeu important pour les Premières Nations – rappel du potentiel des garanties de prêts du gouvernement fédéral et des obligations garanties par le gouvernement.

Nous avons ensuite rejoint le premier ministre et les premiers ministres pour environ 90 minutes. J’ai alors abordé les questions suivantes :

  • La nécessité de veiller à ce que les provinces utilisent efficacement les transferts du gouvernement fédéral pour les services aux Premières Nations.;
  • Les Premières Nations sont sous-utilisées et le Canada souffre d’une pénurie de main-d’œuvre; il faut investir dans le capital humain;
  • L’appui des provinces à un chapitre consacré aux peuples autochtones dans l’ALENA;
  • La mise sur pied par les premiers ministres de tables rondes en vue d’un dialogue avec les Premières Nations au sujet du partage des revenus, notamment des revenus tirés des ressources, et le respect de la compétence des Premières Nations en matière de régimes fiscaux;
  • Demander un changement de politique en ce qui concerne l’émission par les provinces de permis ou de licences pour des projets d’envergure, afin d’insister sur le fait qu’une entreprise doit avoir un plan ou une stratégie d’approvisionnement, d’emploi de membres des Premières Nations et de partage des bénéfices;
  • L’accès à des capitaux – par exemple, actionnariat, soutien du gouvernement concernant des obligations en guise de garantie pour des investissements dans des entreprises des Premières Nations, prêts garantis par le gouvernement;
  • La participation à la transition vers une économie axée sur l’énergie propre, en équilibrant l’environnement et l’économie – micro-réseaux;
  • Le cannabis est un élément émergent de l’économie; les Premières Nations ont été exclues du système de gestion de l’offre pour les produits laitiers et les œufs; par conséquent un pourcentage des licences devrait être attribué aux entrepreneurs des Premières Nations;
  • L’appui à des réserves urbaines en tant que zones de développement économique;
  • La mise en place de forums bilatéraux avec les Chefs et les dirigeants dans les provinces et les territoires – là où il n’y en a pas;
  • L’appui à la participation des Premières Nations aux tables fédérales-provinciales;
  • La nécessité d’un dialogue sur les droits inhérents, le titre et la compétence des Premières Nations parallèlement à la souveraineté proclamée de la Couronne.
  • La nécessité d’éliminer la doctrine de la découverte et le concept de Terra Nullius, des idéologies illégales et racistes;
  • Demander la tenue d’une réunion des premiers ministres en 2018 sur les questions prioritaires des Premières Nations, notamment le besoin d’un plan d’action national pour mettre en œuvre la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones; les obligations de la Couronne en matière de consultation et de consentement; les questions relatives aux terres et aux ressources et la collaboration requise pour répondre aux besoins financiers en matière de protection de l’enfance, d’éducation, de santé et de marché du travail en fonction des besoins.

Chefs, bien qu’aucune annonce n’était attendue dans le cadre de cette réunion, le message adressé au Premier ministre Trudeau et aux premiers ministres des provinces a été clair : nous devons faire plus de progrès, plus rapidement.

Le premier ministre s’est néanmoins engagé à poursuivre le dialogue et il a été officiellement invité à l’Assemblée extraordinaire des Chefs qui se tiendra à l’hôtel Westin, à Ottawa, du 5 au 7 décembre 2017.

Si vous avez des questions au sujet de la rencontre des premiers ministres sur l’économie ou des messages qui ont été transmis, veuillez communiquer directement avec moi.

Kinanâskomitin,

 

Perry Bellegarde

Chef national

read more
Roy WhiteduckBULLETIN DU CHEF NATIONAL – Compte rendu sur la rencontre des premiers ministres

Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations Perry Bellegarde demande que l’on passe à l’action au moyen d’une réunion des premiers ministres visant à aborder les priorités des Premières Nations

on Octobre 4, 2017

Le 3 octobre 2017

(Ottawa, ON) – Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, a réclamé aujourd’hui une réunion des premiers ministres en 2018 afin d’aborder les enjeux prioritaires des Premières Nations, affirmant que la pleine participation des Premières Nations à la population active et à l’économie nécessite de concilier la reconnaissance des droits inhérents, des titres et de la compétence des Premières Nations avec la souveraineté présumée de la Couronne.

« Nous avons une main-d’œuvre sous-employée qui a le potentiel d’injecter des milliards de dollars dans l’économie », a déclaré le Chef national, Perry Bellegarde. « La seule façon de favoriser ce potentiel est d’aborder la réalité des droits inhérents des Premières Nations, d’investir dans l’éducation et la formation axée sur les compétences, de fournir un accès aux capitaux ainsi qu’à l’infrastructure et aux services nécessaires pour éliminer l’écart socioéconomique. Afin de parvenir à une pleine participation des Premières Nations au sein de la population active et de l’économie, nous devons faire avancer les discussions avec les premiers ministres portant sur la compétence des Premières Nations et la souveraineté présumée de la Couronne. »

Le Chef national Perry Bellegarde a parlé aujourd’hui avec le premier ministre Trudeau et ses homologues provinciaux et territoriaux lors d’une réunion avec les premiers ministres des provinces et territoires axée sur l’économie.

Une étude du Conseil national de développement économique des Autochtones estime que le Canada pourrait bénéficier de 27,7 milliards de dollars additionnels, chaque année, grâce à la contribution d’une main-d’œuvre autochtone rémunérée, instruite et formée adéquatement. Un autre avantage de cette contribution serait l’économie de 2,2 milliards de dollars par année en matière de coûts sociaux.

Lors de la réunion d’aujourd’hui, le Chef national Bellegarde a invité tous les premiers ministres à appuyer la tenue d’une réunion des premiers ministres sur les enjeux prioritaires des Premières Nations en 2018 afin de discuter des points suivants :

  1. Un plan d’action national pour la mise en œuvre de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones
  2. Un dialogue afin d’en arriver à une nouvelle relation fiscale, y compris le partage des revenus et des recettes provenant des ressources, et le respect du pouvoir d’imposition du gouvernement des Premières Nations.
  3. La participation des Premières Nations à la transition vers une économie axée sur l’énergie propre.

« La richesse de ce pays se trouve dans les territoires traditionnels et les terres ancestrales des Premières Nations », a soutenu le Chef national Bellegarde. « Toute mise en valeur doit être durable et respecter les droits et les responsabilités que nous avons à l’égard de nos territoires. Cela signifie respecter les droits issus de traités et inhérents ainsi que la Déclaration des Nations Unies. Il s’agit d’un partenariat et d’un engagement réels à toutes les étapes des mises en valeur proposées. »

En 2014, la croissance de l’investissement dans la valorisation des ressources a été estimée à 650 milliards de dollars sur 10 ans. Une grande partie de cette valorisation aurait lieu dans les territoires traditionnels, les terres ancestrales et les zones visées par les traités des Premières Nations. La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones représente la feuille de route vers la réconciliation, y compris la réconciliation économique. Les Premières Nations réclament sa pleine mise en œuvre, soutenue par un plan d’action national et des lois fédérales.

L’APN est un organisme national qui représente les citoyens des Premières Nations du Canada. Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

― 30 ―

Renseignements :

Jamie Monastyrski
Attaché de presse, bureau du Chef national
613 241-6789, poste 116
343 540-6179 (cellulaire)
jamiem@afn.ca

Alain Garon
Agent de communications bilingue
613 241-6789, poste 382
613 292-0857 (cellulaire)
agaron@afn.ca

Michael Hutchinson
Agent de communications
613 241-6789, poste 254
613 299-6330 (cellulaire)
mhutchinson@afn.ca

read more
Roy WhiteduckLe Chef national de l’Assemblée des Premières Nations Perry Bellegarde demande que l’on passe à l’action au moyen d’une réunion des premiers ministres visant à aborder les priorités des Premières Nations

« Donnons de l’espoir et des perspectives d’avenir à nos enfants », déclare le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, en cette 5e Journée annuelle du chandail orange

on Septembre 29, 2017

Le 29 septembre 2017 

(Ottawa, ON) – Afin de souligner, le 30 septembre, la Journée du chandail orange à la mémoire des anciens élèves des pensionnats indiens, le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, demande à tous les Canadiens d’en apprendre davantage sur ce pan de l’histoire, de soutenir les changements significatifs et de proclamer que « tous les enfants comptent ».

« Je suis fier de soutenir la Journée du chandail orange et de sensibiliser les gens à cette période tragique de l’histoire du Canada lors de laquelle les enfants étaient enlevés à leurs familles et envoyés de force dans des pensionnats, a déclaré le Chef national, Perry Bellegarde. Nous nous souvenons des préjudices dont ils ont souffert à long terme et nous nous engageons à exiger des changements significatifs afin de parvenir à la réconciliation. Tous les enfants ont le droit de vivre avec leur famille et entourés d’amour dans un environnement sécuritaire. Faisons de cela notre objectif, car tous les enfants comptent. »

En cette 5e Journée annuelle du chandail orange, l’APN encourage tout le monde à en apprendre davantage sur cette partie de l’histoire du Canada et à soutenir les mesures qui visent à changer les choses pour les Premières Nations d’aujourd’hui.

« Les pensionnats n’existent peut-être plus, mais leur héritage subsiste. Trop d’enfants sont pris en charge par les organismes de protection de la jeunesse. Le Tribunal canadien des droits de la personne (TCDP) a statué que des milliers d’enfants des Premières Nations sont pris en charge par des organismes de protection de la jeunesse largement moins financés que leurs pendants provinciaux, a poursuivi le Chef national Perry Bellegarde. Nous devons soutenir les services d’aide à l’enfance et nous assurer que le Canada se conforme à la décision du TCDP selon laquelle les enfants des Premières Nations doivent recevoir un financement juste et équitable. Grâce à l’engagement et à l’action, nous pouvons donner de l’espoir, des perspectives d’avenir et une chance de réussir à nos enfants. C’est dans l’intérêt du Canada dans son ensemble. »

La Journée du chandail orange, qui est soulignée le 30 septembre de chaque année, découle des événements de commémoration et de réunion du pensionnat de la mission Saint-Joseph tenus en 2013 à Williams Lake, en Colombie-Britannique. À cette occasion, Phyllis Webstad a raconté une histoire de l’époque où elle vivait dans un pensionnat : on lui a enlevé son nouveau chandail orange, un cadeau de sa grand-mère, et tout le monde semblait s’en moquer. Le chandail orange est devenu un symbole des préjudices qu’ont subis les enfants dans les pensionnats. Cette date est importante, car c’est à cette période de l’année que beaucoup d’enfants étaient retirés de leurs foyers et envoyés dans les pensionnats. Le 30 septembre est une journée consacrée à la commémoration, à la réflexion et à la réconciliation.

L’APN est un organisme national qui représente les citoyens des Premières Nations du Canada. Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

― 30 ―

Renseignements :

Jamie Monastyrski
Attaché de presse, bureau du Chef national
613 241-6789, poste 116
343 540-6179 (cellulaire)
jamiem@afn.ca

Alain Garon
Agent de communications bilingue
613 241-6789, poste 382
613 292-0857 (cellulaire)
agaron@afn.ca

Michael Hutchinson
Agent de communications
613 241-6789, poste 254
613 299-6330 (cellulaire)
mhutchinson@afn.ca

read more
Roy Whiteduck« Donnons de l’espoir et des perspectives d’avenir à nos enfants », déclare le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, en cette 5e Journée annuelle du chandail orange

Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, demande que la sénatrice Lynn Beyak soit exclue du caucus conservateur à la suite de ses récents commentaires

on Septembre 21, 2017

Le 20 septembre 2017

(Ottawa, ON) – Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, a fait la déclaration suivante en réponse aux récents commentaires de la sénatrice Lynn Beyak :

« En cette ère de réconciliation, le genre d’idées dépassées et erronées qu’a exprimées la sénatrice Lynn Beyak n’a pas sa place », a déclaré le Chef national, Perry Bellegarde. « Bon nombre de personnes ont communiqué avec elle pour la renseigner et l’aider à comprendre notre histoire commune et pourtant, elle refuse de reconnaître la réalité. Ses commentaires sont blessants et disgracieux. Elle devrait démissionner et, si elle ne démissionne pas, elle devrait être expulsée du caucus par le chef conservateur afin de démontrer l’engagement de son parti à l’égard de la vérité et de la réconciliation. Ce genre de réflexion n’a pas sa place dans le Canada d’aujourd’hui. »

En mars de cette année, à la suite de commentaires mal éclairés portant sur la tragédie des pensionnats indiens, le Chef national, Perry Bellegarde, a envoyé une lettre personnelle à la sénatrice Lynn Beyak, s’opposant fermement à ses remarques et lui offrant un exemplaire du livre A National Crime, de l’historien réputé John S. Milloy, qui dresse un portrait global de l’histoire et de la réalité du système des pensionnats indiens. La sénatrice Lynn Beyak n’a pas accusé réception de cet envoi.

 

L’APN est un organisme national qui représente les citoyens des Premières Nations du Canada. Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

―30―

Renseignements :

Jamie Monastyrski
Attaché de presse, bureau du Chef national
613 241-6789, poste 116
343 540-6179 (cellulaire)
jamiem@afn.ca

Alain Garon
Agent de communications bilingue
613 241-6789, poste 382
613 292-0857 (cellulaire)
agaron@afn.ca

read more
Roy WhiteduckLe Chef national de l’Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, demande que la sénatrice Lynn Beyak soit exclue du caucus conservateur à la suite de ses récents commentaires

Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, définit les priorités pour la rentrée parlementaire : « Nous voulons voir des actions et des avancées »

on Septembre 19, 2017

le 18 sept. 2017

(Ottawa) – Alors que s’ouvre la 42e session parlementaire, le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, a souligné le besoin de se concentrer, pour tous les partis, sur des mesures concrètes et pratiques en vue de bâtir des relations de nation à nation entre les Premières Nations et le Canada.

« Il est temps que le Canada transforme son engagement en actions. Les Premières Nations ont une vision d’une nouvelle relation de nation à nation avec le Canada, a déclaré le Chef national Perry Bellegarde. Nous avons basé notre programme sur la réalisation de notre vision, en prenant des mesures concrètes qui nous permettront de bâtir un pays plus fort pour nous tous. Nous devons mettre pleinement en œuvre la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, y compris la législation appuyant cette mise en œuvre. Nous voulons voir des actions et des avancées dans nos processus communs d’examen des lois et des politiques fédérales pour nous assurer qu’elles sont cohérentes avec les droits des Premières Nations. Nous nous attendons à ce que les progrès se poursuivent quant à notre travail visant à élaborer conjointement avec le gouvernement canadien une Loi sur les langues autochtones, afin de préserver et de renforcer nos langues. Je continue d’insister sur les efforts à faire pour réduire les inégalités en matière de qualité de vie entre les Premières Nations et le Canada, au moyen d’investissements continus et plus efficaces ».

Alors que des processus sont mis en œuvre pour des travaux à plus long terme, le Chef national Perry Bellegarde a lancé un appel pour mener immédiatement des actions afin de mettre fin à la discrimination dans des domaines où les propres tribunaux du Canada exigent que des mesures soient prises.

« Nous devons mettre fin à la discrimination dans le système de protection de l’enfance des Premières Nations et exhorter le Canada à mettre en place immédiatement et dans leur intégralité les ordonnances du Tribunal canadien des droits de la personne, a affirmé le Chef national Perry Bellegarde. Nos enfants ne peuvent pas attendre. Le parlement a déjà voté à l’unanimité en faveur de l’injection de 155 millions de dollars pour honorer le Principe de Jordan. Cela doit se faire maintenant. Nous sommes également inquiets de la discrimination sexuelle dans la Loi sur les Indiens et nous pensons qu’il faut y mettre fin, conformément à l’ordonnance de la Cour dans la décision Descheneaux. Les Premières Nations exhortent le Canada à abroger les dispositions problématiques de la Loi sur les Indiens favorisant l’autorité des Premières Nations sur la citoyenneté des Premières Nations. Personne ne devrait avoir à attendre pour obtenir justice. »

Le Chef national et l’APN confronteront les parlementaires de tous les partis au cours de la session et au-delà, pour s’assurer que ces priorités sont comprises et qu’ils les appuient.

L’APN est un organisme national qui représente les citoyens des Premières Nations du Canada. Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

―30―

Renseignements :

Jamie Monastyrski,
Attaché de presse, bureau du Chef national,
613 241-6789, poste 116,
343 540-6179 (cellulaire),
jamiem@afn.ca

Alain Garon,
Agent de communications bilingue,
613 241-6789, poste 382,
613 292-0857 (cellulaire),
agaron@afn.ca;

Michael Hutchinson,
Agent de communications,
613 241-6789, poste 254,
613 299-6330 (cellulaire),
mhutchinson@afn.ca

read more
Roy WhiteduckLe Chef national de l’Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, définit les priorités pour la rentrée parlementaire : « Nous voulons voir des actions et des avancées »

Le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, souligne la Journée mondiale de la prévention du suicide en misant sur « La culture pour la vie » afin de promouvoir la santé et le mieux-être

on Septembre 8, 2017

(Ottawa, ON) –2 – Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegarde, soulignera la Journée mondiale de la prévention du suicide, le 10 septembre, en misant sur la culture comme moyen de promouvoir la vie et le mieux-être, mettant l’accent sur la « promotion de la vie » plutôt que sur la « prévention du suicide ». Dans le cadre de cet effort, une campagne de médias sociaux intitulée « La culture pour la vie » sera mise sur pied afin d’encourager les jeunes des Premières Nations à communiquer la façon dont ils s’ouvrent à leur culture.

« À titre de peuples des Premières Nations, nous avons vécu de grandes souffrances, mais au fil de notre longue histoire, nos cultures, notre spiritualité et les connaissances de nos Aînés nous ont soutenus en nous apportant force, orientation et guérison, a déclaré le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde. Nous cheminons tous ensemble vers le mieux-être en rebâtissant les fondations de notre santé spirituelle, émotive, mentale et physique. Appuyons nos langues, appuyons nos traditions et appuyons-nous les uns les autres en vue de nous ouvrir à nos cultures. »

Le chef régional de l’Ontario, Isadore Day, président du Comité des Chefs sur la santé de l’APN, a déclaré que plusieurs dirigeants des Premières Nations œuvrent à éliminer le suicide dans leurs collectivités, un travail difficile qui exige une approche pangouvernementale et un effort de l’ensemble des collectivités.

« Aller à la rencontre de nos collectivités et encourager les gens à demander de l’aide lorsqu’ils en ont le plus besoin, voilà comment se concrétise La promotion de la vie, a indiqué le chef régional, Isadore Day. Plus nous pourrons créer de possibilités, de sécurité et de protection au sein de nos collectivités, plus nos peuples auront de l’espoir et plus ils choisiront la vie. Nos progrès les plus importants en vue de sauver des vies seront réalisés en accueillant à bras ouverts nos cultures et nos langues, et en renouant avec l’essence vitale de la terre. »

Cette année, l’APN a conclu un partenariat avec la Thunderbird Partnership Foundation et le First Peoples Wellness Circle afin de promouvoir « La culture pour la vie », une campagne dans les médias sociaux destinée aux jeunes des Premières Nations, qui les encourage à mettre en lumière la force que l’on peut tirer de la culture. Pour participer, les jeunes des Premières Nations ont été invités à envoyer des photos, des récits ou des vidéos avant le 10 septembre, en décrivant la façon dont ils s’appuient sur la culture pour promouvoir le mieux-être et la vie. Toutes les propositions peuvent être visionnées sur le site Web www.cultureforlife.ca/index_fr.html.

Carol Hopkins, directrice générale de la Thunderbird Partnership Foundation, a déclaré : « Ce que le Créateur nous a donné dès le début à titre de Premières Nations nous a été donné pour toujours et en tout temps – nos langues, nos cultures et les connaissances autochtones sont le fondement de ce qui nous procure de l’espoir pour demain, un sentiment d’appartenance au sein du monde, un sens de la vie et un but lié à ce que nous faisons. C’est à nous tous qu’il incombe de veiller à ce que les jeunes aient accès à tout ce qui leur donnera de l’espoir, un sentiment d’appartenance, un sens et un but. »

Dr Brenda M. Restoule, présidente du First Peoples Wellness Circle, s’est exprimée en ces mots : « La force et la résilience des peuples des Premières Nations se trouvent au sein même de notre culture, de nos langues et de notre perspective sur le monde. Tant nos pratiques culturelles et nos enseignements que nos cérémonies possèdent les vérités qui permettent de vivre une bonne vie, ou  » mino-biimadzawin  ». Lorsque nous nous ouvrons à notre culture, nous nous ouvrons aux connaissances de nos ancêtres. En tant que famille et collectivité, nous avons tous le devoir de soutenir les jeunes pour qu’ils s’ouvrent à leurs dons, à leurs forces, à leurs connaissances et à leur culture. En ayant tout cela, ils ont également l’espoir, l’appartenance, un sens et un objectif, qui sont les clés du mieux-être. »

L’APN est un organisme national qui représente les citoyens des Premières Nations du Canada.  Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

La Thunderbird Partnership Foundation est un organisme national qui représente les Premières Nations du Canada en matière de mieux-être mental.  Suivez Thunderbird sur Twitter @ThunderbirdPF.
Le First Peoples Wellness Circle est un organisme national canadien qui représente les Premières Nations en matière de mieux-être mental. Suivez First Peoples sur Twitter @FPWellnessC.

Renseignements :

Jamie Monastyrski,
Attaché de presse, bureau du Chef national,
613 241-6789, poste 222,
343 540-6179 (cellulaire),
jamiem@afn.ca;

Alain Garon,
Agent de communications bilingue,
613 241-6789, poste 382,
613 292-0857 (cellulaire),
agaron@afn.ca;

Michael Hutchinson,
Agent de communications,
613 241-6789, poste 254,
613 299-6330 (cellulaire),
mhutchinson@afn.ca

read more
Angie TurnerLe Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, souligne la Journée mondiale de la prévention du suicide en misant sur « La culture pour la vie » afin de promouvoir la santé et le mieux-être

Le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, appuie les Premières Nations qui occupent les fermes salmonicoles de la Colombie-Britannique. La Couronne doit respecter les droits inhérents, les titres et les compétences des Premières Nations.

on Septembre 5, 2017

Le 1er septembre 2017

(Ottawa, ON) – Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, est solidaire des membres de la communauté des Premières Nations de la Colombie-Britannique qui occupent pacifiquement les fermes salmonicoles et réaffirment les droits et les titres inhérents à leurs terres et à leurs eaux.

« Je suis solidaire des Premières Nations de la Colombie-Britannique dans leur longue lutte avec les gouvernements, tant fédéral que provincial, dans le but de faire reconnaître pleinement et de traiter la menace des fermes salmonicoles à l’endroit des saumons sauvages », a déclaré le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde. « L’APN appuie entièrement les Premières Nations dans l’affirmation et l’exercice de leurs droits et titres inhérents. Les Premières Nations ont depuis longtemps pris connaissance de la menace que l’industrie des fermes salmonicoles représente à l’égard des saumons sauvages qui ont assuré la survie de nos peuples depuis des générations. Le saumon sauvage fait partie intégrante de notre écosystème, et il est au cœur des cultures des Premières Nations sur la côte ouest. Cette situation représente une bonne occasion pour les gouvernements (fédéral et provincial) de respecter la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, et de prendre des mesures liées à leurs obligations prévues par celle-ci, y compris la norme du consentement libre, préalable et éclairé. Le moment est venu pour la Couronne de participer à une rencontre avec les Premières Nations touchées dans le but de régler le problème. »

Les citoyens et les dirigeants de la Première Nation Musgamagw Dzawada’enuxw se trouvent à la ferme salmonicole de Wicklow Point. Les Premières Nations Namgis, Tlowitsis et Mamalilikulla occupent Swanson Island, et d’autres Premières Nations offrent du soutien.

L’APN est un organisme national qui représente les citoyens des Premières Nations du Canada. Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

Renseignements :

Jamie Monastyrski
Attaché de presse, bureau du Chef national
613 241-6789, poste 222
343 540-6179 (cellulaire)
jamiem@afn.ca

Michael Hutchinson
Agent de communications
613 241-6789, poste 254
613 299-6330 (cellulaire)
mhutchinson@afn.ca

Alain Garon
Agent de communications bilingue
613 241-6789, poste 382
613 292-0857 (cellulaire)
agaron@afn.ca

read more
Angie TurnerLe Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, appuie les Premières Nations qui occupent les fermes salmonicoles de la Colombie-Britannique. La Couronne doit respecter les droits inhérents, les titres et les compétences des Premières Nations.
Assembly of First Nations
    ×