Nouvelles

Mettre fin à la violence faite aux femmes et aux filles autochtones ne peut attendre : Chef national de l’APN Perry Bellegarde

on Décembre 14, 2018

(Ottawa, ON) – Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, a commenté aujourd’hui la conclusion du Processus de consignation de la vérité de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées.

« Je rends hommage aux membres des familles, aux survivantes et à toutes les personnes qui ont partagé leurs expériences et soumis des recommandations aux Commissaires de l’Enquête nationale », a déclaré le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde. « Leur courage et le souvenir de leurs êtres chers doivent être soulignés par l’Enquête nationale par l’entremise d’un rapport final proposant des recommandations concrètes visant à régler les causes fondamentales et les problèmes systémiques. Comme je l’ai dit par le passé, nous ne pouvons pas attendre la publication du rapport final avant de prendre des mesures pour assurer la sécurité des femmes et des filles des Premières Nations, dans leurs foyers et dans leurs communautés. Nous savons que certaines mesures peuvent être appliquées dès maintenant pour les soutenir et les protéger. Cette Enquête a connu quelques difficultés et il est important de garder à l’esprit que les familles passent en premier. Ce principe doit guider la rédaction du rapport final. L’APN continue d’épauler les survivantes et les familles dans leur cheminement vers la guérison. »

L’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées conclut son Processus de consignation de la vérité avec le dépôt de mémoires par les parties intervenantes à Ottawa cette semaine. L’APN a présenté son mémoire à Calgary le mois dernier. Les Commissaires rédigeront ensuite le rapport final et leurs recommandations. Ce rapport final devrait être soumis au gouvernement du Canada en avril 2019.

L’APN est l’organisation nationale qui représente les citoyens des Premières Nations au Canada. Suivez l’APN sur Twitter : @AFN_Updates.

Pour toute demande des médias ou de plus amples renseignements :

Jenna Young Castro
Conseillère principale en communication
Assemblée des Premières Nations
613-241-6789, poste 201
613-314-8157 (cellulaire)
[email protected]

Monica Poirier
Agente bilingue des communications
Assemblée des Premières Nations
613-241-6789, poste 382
613-292-0857
[email protected]

 

read more
Sid LeeMettre fin à la violence faite aux femmes et aux filles autochtones ne peut attendre : Chef national de l’APN Perry Bellegarde

Le Chef national de l’APN offre ses condoléances à la Première Nation de Wolf Lake et à la famille du Chef Harry St. Denis à la suite de son décès

on Novembre 16, 2018

(Ottawa, ON) : C’est avec une grande tristesse que l’Assemblée des Premières Nations (APN) a appris le décès du Chef Harry St. Denis de la Première Nation de Wolf Lake, au Québec.

« Le Chef St. Denis participait activement aux travaux de l’Assemblée des Premières Nations et a toujours beaucoup contribué aux discussions lors des Assemblées et rencontres de l’APN. Dirigeant de longue date des Premières Nations, le Chef St. Denis était un défenseur bien connu et respecté de la Nation algonquine et des Premières Nations de tout le pays », a déclaré le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde. « Nos pensées vont à la Première Nation de Wolf Lake et à la famille du Chef St. Denis en cette triste journée. En tant que l’un des Chefs des Premières Nations ayant servi le plus longtemps, nous nous souviendrons toujours de lui comme d’un leader qui a travaillé sans relâche en vue d’un avenir meilleur pour ses concitoyens et pour toutes les Premières Nations. »

Le Chef St. Denis était dévoué à sa communauté et a occupé le poste de Chef de 1986 jusqu’à son décès. Il s’est battu pour les droits fonciers, la protection des forêts et la reconnaissance des cultures et des croyances des Premières Nations. La Première Nation de Wolf Lake est l’une des cinq Premières Nations du Québec qui n’ont pas de terres de réserve mises de côté en vertu de la Loi sur les Indiens pour leur usage et leur profit. Le Chef St. Denis a milité inlassablement pour une amélioration et une efficacité accrues du processus de règlement des revendications globales du Canada.

L’APN est l’organisation nationale qui représente les citoyens des Premières Nations au Canada. Suivez l’APN sur Twitter : @AFN_Updates.

Pour toute demande des médias ou de plus amples renseignements :

Monica Poirier
Agente des communications bilingue
Assemblée des Premières Nations
613-241-6789, poste 382
[email protected]

read more
Sid LeeLe Chef national de l’APN offre ses condoléances à la Première Nation de Wolf Lake et à la famille du Chef Harry St. Denis à la suite de son décès

BULLETIN DE L’APN – Forum national de politique sur l’affirmation des droits, du titre et de la compétence

on Septembre 25, 2018

Gatineau (Québec) Le Chef national Perry Bellegarde a convoqué les 11 et 12 septembre à Gatineau (Québec), sur le territoire algonquin non cédé, un Forum national de l’Assemblée des Premières Nations (APN) sur l’affirmation des droits, du titre et de la compétence des Premières Nations, qui a été couronné de succès. Plus de 500 dirigeants et délégués des Premières Nations de partout au pays se sont réunis pour partager leurs points de vue sur les options stratégiques visant à promouvoir le respect des droits des Premières Nations.

Les Chefs-en-assemblée ont énoncé une orientation en matière de sensibilisation et de discussion par la voie de la résolution 39/2018, Détermination des Premières Nations sur la voie de la décolonisation. Entre autres points, cette résolution demande l’arrêt de l’initiative fédérale actuelle, le Cadre de reconnaissance et de mise en œuvre des droits autochtones. Elle appelle également l’élaboration d’un processus de négociation dirigé par les Premières Nations pour assurer la mise en œuvre de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, ainsi que d’un plan d’action conjoint en vue de cette mise en œuvre.

Un aperçu de l’histoire récente de la défense des droits des Premières Nations et des leçons apprises a été présenté aux délégués au Forum national par David Nahwegahbow, avocat membre des Premières Nations. Paul Joffe, expert en droit international, a quant à lui offert une analyse de l’importance croissante du droit international en matière de droits de la personne pour faire progresser le respect et l’application des traités et des droits inhérents, du titre et de la compétence.

Un aperçu de certaines positions régionales et des positions des OPT a également été proposé aux délégués. L’avocate Louise Mandell a notamment fait un exposé sur le travail mandaté par le First Nations Leadership Council de la Colombie-Britannique en vue d’élaborer des instructions en matière de rédaction dans le cadre de la législation fédérale. Le Grand Chef adjoint Gordon Peters, de l’Association des Iroquois et des Indiens alliés, a proposé un modèle pour les Premières Nations de l’Ontario, et le Yukon a distribué un document de travail exposant les obstacles relatifs à la mise en œuvre et aux ententes sur les revendications globales et l’autonomie gouvernementale (article 35, traités).

Les délégués ont eu l’occasion de commenter le processus fédéral de mobilisation du Canada et de s’adresser directement à la ministre des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett. Ils lui ont fait part de leurs préoccupations et souligné les lacunes de l’approche et de la mise en œuvre du processus fédéral, qui a été conçu et lancé unilatéralement par le Canada.

Les délégués ont assisté à des séances en petits groupes par région, puis ont fait rapport en salle plénière dans le cadre d’un dialogue approfondi. La discussion a révélé que les régions n’ont pas toutes eu des chances égales d’obtenir des fonds pour tenir des séances de mobilisation ou recueillir de l’information sur la proposition du Canada.

La proposition du Canada a été analysée le deuxième jour du Forum par le Grand Chef Ed John de la nation Tl’azt’en et le Grand Chef Wilton Littlechild du Traité no 6. La discussion en salle plénière a révélé que, en dépit de points de vue divergents sur les meilleures options stratégiques pour promouvoir le respect et la mise en œuvre des droits des Premières Nations, les délégués se sont entendus à l’unanimité sur le fait que toute initiative conjointe impliquant le Canada doit être fondée sur une compréhension précise de la portée et du contenu des droits des Premières Nations, des dispositions de l’article 35, des traités et du droit international. La proposition actuelle du Canada ne répond pas à ce critère et, par conséquent, les Premières Nations ont besoin de plus de temps et d’efforts pour élaborer une stratégie en vue d’aller de l’avant.

Toute initiative d’élaboration conjointe exigerait des dirigeants fédéraux qu’ils corrigent des déclarations inexactes et qu’ils rejettent la colonisation et les doctrines de supériorité. Un processus dirigé par les Premières Nations doit comporter des rôles et des responsabilités bien définis pour toutes les parties et être fondé sur une vision selon laquelle le Canada et les Premières Nations sont égaux. Les délégués Haudenosaunee et le Grand Chef adjoint Peters ont rappelé le principe de la ceinture Wampum à deux rangs : la notion de deux canots qui descendent ensemble une rivière sans qu’aucun des deux n’essaie de modifier la trajectoire de l’autre.

Les Premières Nations, avec l’appui de l’APN, font pression pour que le processus gouvernemental actuel soit redéfini et dirigé par les Premières Nations. Pour bien faire les choses, il faut que les Premières Nations dirigent et travaillent ensemble, et ce, conformément à leurs lois et coutumes, à leurs protocoles et à leurs responsabilités. Pour bien faire les choses, il faut travailler ensemble de manière à véritablement affirmer et mettre en œuvre les droits, le titre et la compétence des Premières Nations. Ce travail ne doit pas être précipité.

L’APN rédigera un rapport complet sur le Forum, qui sera distribué au cours des prochaines semaines. D’autres documents relatifs au forum peuvent être consultés à l’adresse www.afn.ca ou sur demande, y compris les résolutions de l’APN 08/2018 : Mettre en œuvre le Cadre de reconnaissance et de mise en œuvre des droits autochtones et clarifier le rôle de l’APN, et 39/2018 : Détermination par les Premières Nations de la voie vers la décolonisation.

read more
Sid LeeBULLETIN DE L’APN – Forum national de politique sur l’affirmation des droits, du titre et de la compétence

L’Assemblée des Premières Nations présente une déclaration sans équivoque aux Nations Unies sur la nécessité du consentement libre, préalable et éclairé

on Juillet 12, 2018

(Ottawa, ON) – Au nom de l’Assemblée des Premières Nations, Wilton Littlechild, Grand Chef du traité no 6, participe cette semaine à la session du Mécanisme d’experts sur les droits des peuples autochtones des Nations Unies, qui se déroule à Genève, en Suisse. Cette rencontre met l’accent sur une étude internationale sur le « consentement libre, préalable et éclairé », tel qu’il est défini dans la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Le Grand Chef Littlechild, ancien commissaire de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, émet des déclarations sur la nécessité du consentement libre, préalable et éclairé au nom de l’APN et de plusieurs membres de la Coalition pour les droits des peuples autochtones.

« Les voix des peuples autochtones du Canada doivent orienter cette étude internationale sur le consentement libre, préalable et éclairé, un élément essentiel du droit international, a déclaré le Grand Chef Wilton Littlechild. Le consentement libre, préalable et éclairé fait partie intégrante du droit inhérent des peuples autochtones à l’autodétermination et est une expression de ce droit. Il s’agit d’une norme de la protection rigoureuse des droits de la personne rendue nécessaire par les pratiques bien ancrées de colonialisme, de racisme et d’autres formes de discrimination qui ont marginalisé et dépossédé les peuples autochtones. L’étude finale du Mécanisme d’experts doit exprimer clairement et explicitement qu’il ne suffit pas que les États, y compris le Canada, s’engagent uniquement à ‘‘solliciter le consentement’’ des peuples autochtones dans une tentative pour respecter l’obligation du consentement libre, préalable et éclairé. Ils doivent également s’assurer que, chaque fois que le consentement libre, préalable et éclairé s’applique à des actions d’États et d’autres tierces parties, les décisions prennent effet seulement si les peuples autochtones donnent leur consentement libre, préalable et éclairé. »

L’APN est à Genève cette semaine pour contribuer à cette étude internationale sur le consentement libre, préalable et éclairé dans le droit international. Le consentement libre, préalable et éclairé est une norme internationale en matière de droits de la personne que les États membres des Nations Unies doivent respecter avant d’accepter tout projet ou de prendre toute décision ayant une incidence sur les droits des peuples autochtones en ce qui a trait à leurs territoires, à leurs vies et à leur bien-être.

La Coalition pour les droits des peuples autochtones réunit autour d’un but commun des nations et des organisations autochtones, dont l’APN, ainsi que des experts et des organismes de défense des droits de la personne afin de favoriser la compréhension et de faire avancer la mise en œuvre complète de la Déclaration des Nations Unies et d’autres normes internationales en matière de droits de la personne.

The AFN is the national organization representing First Nations citizens in Canada. Follow AFN on Twitter @AFN_Updates.

For media requests or more information, please contact:

Jenna Young Castro
Communications Officer
613-241-6789, ext. 201
613-314-8157 mobile
[email protected]

Monica Poirier
Bilingual Communications Officer
613-241-6789 ext. 282
613-292-0857 mobile
[email protected]

read more
Sid LeeL’Assemblée des Premières Nations présente une déclaration sans équivoque aux Nations Unies sur la nécessité du consentement libre, préalable et éclairé

AFN National Chief Perry Bellegarde: Regional Health Survey Results Will Help Identify Ways to Close the Gap for First Nations

on Mars 16, 2018

March 14, 2018

(Ottawa, ON) – Assembly of First Nations (AFN) National Chief Perry Bellegarde stated that the release of the First Nations Information Governance Centre (FNIGC) Regional Health Survey (RHS) Phase 3, Volume 1 provides valuable information on the health and well-being of First Nations people living on reserve and in northern communities.

“The survey results released today by the FNIGC provides insight on the challenges facing First Nations as well as areas where we’re seeing progress,” said AFN National Chief Bellegarde. “I am particularly encouraged by some of the positive changes for First Nations youth, including enhanced educational outcomes and evidence of healthy behaviors. We know there is still a lot of work to do. We need to assess the findings to see what is working and where we can make investments that improve the lives of our people and help close the gap in the quality of life between First Nations and Canada.”

Among many other findings, the RHS 3, Volume 1 released today indicates that more youth are abstaining from alcohol and that there is a significant decrease in smoking on a daily basis. The data also shows higher education attainment and employment rates for First Nations adults. The study does show more work is needed to reduce the incidence of chronic conditions such as diabetes, and support is needed for continued healing initiatives to address inter-generational effects of residential schools.

The RHS is the first and only national health survey created, conducted and carried out by First Nations people for First Nations people. The RHS 3, Volume 1 is the most recent phase with data collection beginning in April 2015 and concluding 18 months later with 23,764 completed surveys across 253 First Nations communities. Volume 2 of the RHS 3 is expected to be released in July 2018.

 

The AFN is the national organization representing First Nations citizens in Canada. Follow AFN on Twitter @AFN_Updates.

―30―

For media requests or more information, please contact:

Jamie Monastyrski
Press Secretary
National Chief’s Office
343-540-6179 (cell)
[email protected]

Monica Poirier
Bilingual Communications Officer
613-241-6789 ext. 382
613-290-0706 (cell)
[email protected]

read more
Roy WhiteduckAFN National Chief Perry Bellegarde: Regional Health Survey Results Will Help Identify Ways to Close the Gap for First Nations

Le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, donnera des conseils dans le cadre des négociations liées à l’ALENA pour veiller à ce que les Premières Nations aient une voix forte

on Août 3, 2017

Le 2 août 2017

(Ottawa, ON) – Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, siégera au comité de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) pour veiller à ce que les Premières Nations aient une voix forte pour défendre leurs droits, leurs titres et leurs compétences lors des négociations internationales à venir qui auront pour but de « moderniser » l’ALENA.

« Je participerai au comité pour représenter les intérêts des Premières Nations », a déclaré M. Bellegarde. « C’est la première fois que le Canada demande à un Chef national de l’APN de participer à un accord commercial international. Il est crucial que nous soyons entendus et représentés. Un accord, quel qu’il soit, doit reconnaître nos droits, nos titres et nos compétences. Notre participation permettra de veiller à ce que l’accord tienne compte des intérêts des Premières Nations et du pays tout entier. »

Le comité de l’ALENA, dont les membres ont été annoncés aujourd’hui, a comme mission de conseiller la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, tout au long des négociations liées à l’ALENA. M. Bellegarde a été invité la semaine dernière à participer au comité. Dans une lettre envoyée à la ministre le 1er août 2017, M. Bellegarde a indiqué être intéressé, à la condition que sa participation ne soit pas considérée comme un prétexte pour minimiser les responsabilités internationales, constitutionnelles et autres de la Couronne envers les Premières Nations.

La première rencontre du comité devrait avoir lieu au cours du mois d’août et il sera possible d’offrir des conseils avant et après chaque ronde de négociations. Le Canada, le Mexique et les États-Unis seront à tour de rôle l’hôte d’une ronde avant la fin de l’année. Il est prévu que les négociations durent jusqu’en 2019.

La résolution no 36 de l’APN, Relations commerciales des Premières Nations, a été adoptée lors de l’assemblée générale annuelle 2017 de l’APN la semaine dernière. Elle donne à l’APN pour mission de défendre le droit des Premières Nations de participer aux initiatives de nature commerciale ainsi qu’aux mécanismes existants, en vertu de la reconnaissance des droits inhérents des Premières Nations et des droits issus des traités, qui a été affirmée et qui est protégée par l’article 35 de la Loi constitutionnelle de 1982 et les lois internationales, et conformément aux droits inhérents des Premières Nations de négocier avec les nations de l’Amérique du Nord et du monde.

L’Assemblée des Premières Nations est un organisme national qui représente les citoyens des Premières Nations du Canada. Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

―30―

Renseignements :

Jamie Monastyrski
Attaché de presse, bureau du Chef national
613 241-6789, poste 222
343 540-6179 (cellulaire)
[email protected]

Alain Garon
Agent de communications bilingue
613 241-6789, poste 382
613 292-0857 (cellulaire)
[email protected]

Michael Hutchinson
Agent de communication
613 241-6789, poste 254
613 299-6330 (cellulaire)
[email protected]

read more
Roy WhiteduckLe Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, donnera des conseils dans le cadre des négociations liées à l’ALENA pour veiller à ce que les Premières Nations aient une voix forte

Le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde annonce des changements majeurs donnant aux Premières Nations un contrôle financier accru

on Juillet 26, 2017

Le 25 juillet 2017

(Regina, Saskatchewan) – Alors que des dirigeants, des aînés, des femmes et des jeunes des Premières Nations de tout le Canada se sont réunis aujourd’hui à Regina, Saskatchewan, pour l’ouverture de l’Assemblée générale annuelle de l’Assemblée des Premières Nations (APN), le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, et l’honorable Carolyn Bennett, ministre fédérale des Affaires autochtones et du Nord, ont annoncé que les Premières Nations auront un contrôle accru des ressources financières d’une année à l’autre.

« Les changements que nous annonçons aujourd’hui sont les premières grandes mesures servant à bâtir des Premières Nations plus fortes, de meilleures collectivités pour nos familles ainsi qu’une économie plus solide pour tous les Canadiens », a déclaré le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde. « Les Premières Nations pourront bientôt reporter le financement d’une année à l’autre, ce qui signifie qu’elles auront plus de souplesse et d’indépendance afin d’améliorer la planification et de mieux dépenser en vue de meilleurs résultats. De plus, nous allons travailler ensemble sur une nouvelle approche afin de financer les services essentiels pour les Premières Nations, comme les services d’urgence et d’incendie et l’eau potable. La politique actuelle est inadéquate, désuète et inéquitable. Notre objectif consiste à nous assurer que les gouvernements des Premières Nations peuvent offrir ces services à leurs peuples selon les besoins réels de nos collectivités et familles. Les changements que nous annonçons aujourd’hui profitent aux Premières Nations et à tous les Canadiens et montrent qu’il est avantageux de travailler ensemble pour trouver des solutions. »

L’annonce a été faite aujourd’hui lors de l’Assemblée générale annuelle de l’APN à Regina, Saskatchewan. Les changements sont le résultat de modifications mises de l’avant par l’entremise du groupe de travail conjoint sur les nouvelles relations financières entre le Canada et les Premières Nations. Ce groupe a été établi en vertu du protocole d’entente sur une nouvelle relation financière signé par l’APN et Affaires autochtones et du Nord Canada.

« Ces changements sont tout simplement logiques. Ils représentent les premières étapes de nos efforts se concentrant sur la relation financière et je trouve encourageant de constater qu’ils ont déjà un effet bénéfique sur notre peuple et nos gouvernements. Nous jouissons maintenant d’un élan vers des progrès et des changements réels », a soutenu le Chef national Perry Bellegarde.

Le premier changement annoncé aujourd’hui permet aux Premières Nations de reporter le financement d’une année à l’autre. Souvent, les Premières Nations devaient retourner les fonds, non pas parce qu’elles n’en avaient pas besoin, mais parce qu’il n’y avait pas suffisamment de temps pour dépenser l’argent de façon appropriée. Le problème est aggravé par le fait que les Premières Nations reçoivent souvent des fonds tard au cours de l’exercice financier, augmentant la pression sur les dépenses. Le changement annoncé aujourd’hui diminue ces problèmes et permettra aussi d’augmenter la certitude des ressources pour les projets et programmes pluriannuels. Ce changement entrera en vigueur au cours du prochain exercice financier commençant le 1er avril 2018.

Le deuxième changement annoncé aujourd’hui porte sur la politique de financement pour le fonctionnement et l’entretien, du gouvernement fédéral. En vertu de cette politique, le gouvernement fédéral finance seulement une partie des coûts estimés des services gouvernementaux essentiels comme les services d’urgence ou l’eau potable et s’attend à ce que les Premières Nations financent le reste. Nombre de Premières Nations sont déjà sous-financées et ne peuvent couvrir ces coûts, donc il n’est pas possible d’assurer ces services essentiels. Cette situation cause des problèmes critiques pour beaucoup trop de collectivités.

Le groupe de travail conjoint sur les nouvelles relations financières entre le Canada et les Premières Nations travaillera sur une nouvelle approche afin de veiller à ce que toutes les Premières Nations puissent offrir ces services et proposera des options dans un rapport conjoint qui sera déposé en décembre 2017. Ces efforts font partie du travail visant à définir des options et des occasions en lien avec les nouvelles relations financières entre le Canada et les Premières Nations qui sont appropriées dans le cadre d’une relation de gouvernement à gouvernement.

L’Assemblée générale annuelle de l’APN se poursuit à Regina, Saskatchewan, du 25 au 27 juillet et est diffusée sur le site Web de l’APN à www.afn.ca.

L’Assemblée des Premières Nations est un organisme national qui représente les citoyens des Premières Nations du Canada. Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

―30―

Renseignements :

Jamie Monastyrski
Attaché de presse, bureau du Chef national
613 241-6789, poste 222
343 540-6179 (cellulaire)
[email protected]

Alain Garon
Agent de communications bilingue
613 241-6789, poste 382
613 292-0857 (cellulaire)
[email protected]

Michael Hutchinson
Agent de communication
613 241-6789, poste 254
613 299-6330 (cellulaire)
[email protected]

read more
Roy WhiteduckLe Chef national de l’APN, Perry Bellegarde annonce des changements majeurs donnant aux Premières Nations un contrôle financier accru
Assembly of First Nations
×