Nouvelles

Selon le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, les chiffres recueillis par Nanos montrent que la majorité des Canadiens considèrent la prise en compte des préoccupations des Premières Nations comme une priorité, même pendant une pandémie

on septembre 7, 2020

(Ottawa, ON) – L’Assemblée des Premières Nations (APN) publie aujourd’hui un sondage Nanos qui montre que les Canadiens appuient l’orientation des mesures que prend l’APN pour défendre les intérêts des Premières Nations et qu’ils accordent une grande priorité aux enjeux relatifs aux Premières Nations, notamment en appuyant l’amélioration des résultats sociaux et économiques. Le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, se dit encouragé par les résultats du sondage.

« Ces chiffres prouvent que la plupart des Canadiens comprennent que les Premières Nations ont besoin de meilleures infrastructures et de meilleurs services pour améliorer la santé de leur famille, qu’il faut davantage de ressources pour mieux intégrer les Premières Nations à l’économie canadienne et que la Déclaration des Nations Unies sur les peuples autochtones offre une voie vers l’établissement de meilleures relations. Près de 80 % des Canadiens interrogés déclarent que les gouvernements doivent accroître leurs efforts en ce qui concerne les enjeux relatifs aux Premières Nations, car il s’agit également d’une priorité pour les Canadiens. Ces résultats s’avèrent incroyablement encourageants, a déclaré le Chef national Bellegarde. »

En avril 2020, Nanos Research a réalisé un sondage pour l’APN, en interrogeant 1021 Canadiens de 18 ans ou plus, par téléphone ou en ligne. On a demandé aux Canadiens de donner leur avis sur l’importance relative des enjeux des Premières Nations ainsi que de donner leur opinion sur l’environnement, les langues, l’éducation, le développement économique, le logement, la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones ainsi que les terres et traités.

En général, les chiffres montrent que les gouvernements doivent accroître leurs efforts en ce qui concerne les enjeux relatifs aux Premières Nations, car il s’agit également d’une priorité pour les Canadiens. Par ailleurs, 79 % des Canadiens interrogés considèrent les enjeux relatifs aux Premières Nations comme une priorité pour le Canada. Ce chiffre reste élevé, même dans le cadre de la pandémie de COVID-19. Les Canadiens sont deux fois plus susceptibles de déclarer que le Canada traite mieux les enjeux relatifs aux autochtones maintenant qu’en 2015.

Pour plus de détails, voir l’intégralité du sondage Nanos à l’adresse suivante Nanos .

L’APN est l’organisation nationale qui représente les citoyens des Premières Nations au Canada. Suivez l’APN sur Twitter : @APN_Nouvelles.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Michael Hutchinson
Directeur des communications par intérim
Assemblée des Premières Nations
613-859-6831 (cell.)
[email protected]

Karen Joyner
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
613-292-0857 (cell.)
[email protected]

read more
Angie TurnerSelon le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, les chiffres recueillis par Nanos montrent que la majorité des Canadiens considèrent la prise en compte des préoccupations des Premières Nations comme une priorité, même pendant une pandémie

Le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, félicite Paul Prosper, Chef régional de l’APN nouvellement élu pour la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve

on septembre 4, 2020

(Ottawa, ON) – Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, félicite le Chef régional de l’APN, Paul Prosper, qui a été élu par les Chefs des Premières Nations des provinces de la Nouvelle-Écosse et de Terre-Neuve aujourd’hui.

« Je souhaite la bienvenue au Chef régional Prosper au sein du Comité exécutif de l’APN et je le félicite pour son nouveau rôle », a déclaré le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde. « Comme il a été Chef de la Première Nation Paqtnkek en Nouvelle-Écosse pendant de nombreuses années, je connais le Chef régional Prosper depuis longtemps et je sais qu’il est une voix forte et dévoué envers son peuple, ce qui est la marque d’un dirigeant énergique. Je me réjouis de travailler avec le Chef régional Prosper pour continuer à faire avancer les priorités des Premières Nations de l’Est et de partout au pays. ».

Le Chef régional Prosper est un Mi’kmaq qui sert son peuple en tant que Chef de la Première Nation Paqtnkek depuis 2013. Avocat de profession, le Chef régional Prosper a une grande expérience du droit canadien et mi’kmaq. Il a enseigné la gouvernance mi’kmaq ainsi que les droits autochtones et issus de traités à l’université du Cap-Breton.

Au fil des ans, le Chef régional Prosper a travaillé avec ou pour de nombreuses organisations des Premières Nations, notamment la Confederacy of Mainland Mi’kmaq, le Nova Scotia Aboriginal Title Project, le Mi’kmaq Legal Support Network, la Mi’kmaq Confederacy of PEI, et en tant que conseiller juridique pour le Treaty & Aboriginal Rights Research Centre of Nova Scotia.

L’APN est l’organisation nationale qui représente les citoyens des Premières Nations au Canada. Suivez l’APN sur Twitter : @AFN_Updates.

Pour de plus amples informations :

Michael Hutchinson
Directeur des communications par intérim
Assemblée des Premières Nations
613-859-6831 (cell.)
[email protected]

Karen Joyner
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
613-292-0857 (cell.)
[email protected]

read more
Celso CercadoLe Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, félicite Paul Prosper, Chef régional de l’APN nouvellement élu pour la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve

Le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, se réjouit du consentement du Canada concernant la certification d’un recours collectif national visant les services à l’enfance et à la famille des Premières Nations, ainsi que de l’entente en vue d’une médiation

on septembre 3, 2020

(Ottawa, ON) – Le Chef national Perry Bellegarde de l’Assemblée des Premières Nations (APN) se félicite du consentement du Canada concernant la certification d’un recours collectif national visant le sous-financement des services aux enfants et aux familles des Premières Nations en matière de protection de l’enfance, y compris les personnes lésées dans le cadre du principe de Jordan.

« La discrimination systémique à l’encontre des enfants des Premières Nations est odieuse. La décision du Canada de collaborer avec l’APN et ses alliés pour remédier à cette tragédie est une étape importante », a déclaré le Chef national Bellegarde. « Il est crucial que le Canada agisse de bonne foi dans le cadre de ces négociations à venir, qu’il accorde une indemnisation équitable à tous ceux qui ont subi un préjudice et qu’il mette en œuvre un véritable changement. Ce n’est qu’alors que nous pourrons clore ce triste chapitre de notre histoire ».

Les parties au recours collectif, dont l’APN, et les équipes juridiques du Canada ont comparu aujourd’hui lors d’une séance extraordinaire de la Cour fédérale du Canada pour rendre compte de ces importantes avancées. Les parties et le Canada ont également convenu de recourir à la médiation et d’essayer de résoudre par la négociation les revendications ayant donné lieu au recours collectif. Les négociations auront aussi pour objectif de résoudre les questions actuellement en suspens dont est saisi le Tribunal canadien des droits de la personne (TCDP) concernant des faits et enjeux de même nature.

Outre les personnes victimes de discrimination dans le cadre du programme canadien de protection de l’enfance, le consentement du Canada concernant la certification de ce recours collectif englobe une catégorie de personnes qui ont invoqué le principe de Jordan à compter de 2007 et ont été victimes de discrimination selon le TCDP. L’APN et d’autres organismes continueront à défendre un recours collectif concernant les personnes lésées dans le cadre du principe de Jordan avant 2007. Les plaignants potentiels continueront à être informés des prochaines étapes.

Le Chef régional du Manitoba, Kevin Hart, est titulaire du portefeuille de la protection de l’enfance au sein de l’APN.

« Les enfants des Premières Nations sont au cœur de nos cultures et de nos familles. Il est essentiel que les Premières Nations disposent des infrastructures et des services sociaux nécessaires pour élever des jeunes en bonne santé. Le Canada doit s’engager à remédier à cette situation tragique de longue date et se présenter à la table des négociations en toute bonne foi », a déclaré le Chef régional Hart.

L’APN est l’organisation nationale qui représente les citoyens des Premières Nations au Canada. Suivez l’APN sur Twitter : @AFN_Updates.

Pour de plus amples informations :

Michael Hutchinson
Directeur des communications par intérim
Assemblée des Premières Nations
613-859-6831 (cell.)
[email protected]

Karen Joyner
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
613-292-0857 (cell.)
[email protected]

read more
Sid LeeLe Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, se réjouit du consentement du Canada concernant la certification d’un recours collectif national visant les services à l’enfance et à la famille des Premières Nations, ainsi que de l’entente en vue d’une médiation

Le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, se félicite du financement accordé pour soutenir la santé mentale des Premières Nations face à la pandémie de COVID-19

on août 25, 2020

(Ottawa, ON) – Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, se réjouit de ce que le gouvernement fédéral s’engage à fournir 82,5 millions de dollars pour soutenir les programmes de santé mentale destinés aux Autochtones, dont 55 millions de dollars particulièrement consacrés aux Premières Nations.

« Il est bon de constater que le gouvernement fédéral et le ministre Miller reconnaissent ce problème et fournissent des ressources supplémentaires pour aider les citoyens et les familles des Premières Nations à faire face à cette pandémie », a déclaré le Chef national Bellegarde à propos de l’annonce du gouvernement. « À l’approche de l’ouverture des écoles, les familles des Premières Nations doivent également disposer des ressources nécessaires pour protéger leurs proches. Les parents doivent pouvoir avoir accès à toutes les options disponibles, que leurs enfants fréquentent des écoles dans les réserves ou à l’extérieur de celles-ci ».

Aujourd’hui, le gouvernement canadien a annoncé l’octroi de 82,5 millions de dollars pour du soutien urgent au mieux-être mental des Autochtones, culturellement sûr et axé sur les communautés. Ce financement permettra d’adapter les aides existantes en matière de santé mentale et de mieux-être aux réalités actuelles de la COVID-19, notamment la transition de certains programmes vers des plateformes virtuelles, tout en permettant un meilleur accès à des services supplémentaires. Ce soutien financier aidera également les partenaires autochtones à développer de nouveaux moyens de lutte contre la toxicomanie et à améliorer l’accès à des traitements.

La Chef régionale du Yukon, Kluane Adamek, est titulaire du portefeuille de la santé mentale au sein de l’APN.

« Cette annonce est une première étape importante pour répondre aux problèmes de santé mentale et de mieux-être que les répercussions de la COVID-19 ont amplifié dans les communautés des Premières Nations. Les Premières Nations ont le droit de participer activement pour déterminer et répondre aux enjeux qui les concernent. Nos jeunes nous rappellent souvent cette approche importante : « rien pour nous, sans nous ». Nous savons que le mieux-être mental et les questions qui touchent les Premières Nations nécessitent des réponses culturellement sûres et pertinentes quant à leurs préoccupations. Les organisations des Premières Nations continueront à diriger le travail entrepris pour répondre à ces questions, et nous nous félicitons de cette nouvelle approche très attendue », a déclaré la Chef régionale Kluane Adamek.

L’APN est l’organisation nationale qui représente les citoyens des Premières Nations au Canada. Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

Pour plus d’informations :

Michael Hutchinson
Directeur des communications par intérim
Assemblée des Premières Nations
613-859-6831 (cell.)
[email protected]

Karen Joyner
Agente des communications
Assemblée des Premières Nations
613-292-0857 (cell.)
[email protected]

read more
Angie TurnerLe Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, se félicite du financement accordé pour soutenir la santé mentale des Premières Nations face à la pandémie de COVID-19

Le Chef national de l’APN se réjouit de la poursuite des investissements du Canada pour soutenir les Premières Nations qui continuent à subir les effets de la COVID-19

on août 12, 2020

(Ottawa, ON) – Le Chef national Perry Bellegarde de l’Assemblée des Premières Nations (APN) se réjouit du soutien du gouvernement fédéral qui a annoncé aujourd’hui son intention d’investir 305 millions de dollars supplémentaires pour aider les Premières Nations à faire face aux répercussions actuelles de la COVID-19. Ces fonds contribueront à atténuer ces répercussions et se préparer en vue d’une « deuxième vague » attendue dans les mois à venir. Ce montant, rendu disponible par le Fonds de soutien aux communautés autochtones toujours en vigueur, fait suite à des investissements initiaux de 380 millions de dollars et contribuera à garantir que les Premières Nations disposent des ressources dont elles ont besoin en matière de santé publique pour assurer la sécurité et la sûreté de leurs citoyens.

« Bien que les mesures précoces du gouvernement fédéral et des Chefs à l’échelle locale aient aidé les Premières Nations à éviter les situations désastreuses que nous avons constatées dans des communautés autochtones de nombreux autres pays, beaucoup trop d’entre elles demeurent en état d’urgence », a déclaré le Chef national Bellegarde. « Ce financement supplémentaire aidera les Premières Nations à mieux se préparer aux mesures de santé publique supplémentaires rendues nécessaires par la COVID-19. Toutefois, il en faut encore plus et je continuerai à plaider pour un financement durable afin de combler les besoins cruciaux pendant cette crise. Le Canada doit demeurer engagé à répondre à ces besoins particuliers aussi longtemps que la COVID-19 continuera de sévir. »

Lors d’une conférence de presse, le ministre de Services aux Autochtones Canada, Marc Miller, s’est exprimé ainsi : « La santé et la sécurité demeurent notre priorité et nous continuerons à travailler en partenariat avec les communautés et organisations autochtones pour appuyer des mesures fermes et globales face à la pandémie. Ce financement offre un soutien concret supplémentaire pour des solutions communautaires sur le terrain qui répondent aux besoins et aux circonstances uniques des Premières Nations, des Inuits et des Métis, peu importe leur lieu de résidence. »

Les Premières Nations, les conseils tribaux ainsi que les organisations autochtones en milieu urbain et en dehors des réserves sont admissibles à un financement supplémentaire dans le cadre d’une liste élargie d’activités visant à faire face à la COVID-19. Cette semaine, le Canada a également alloué un financement de 24,6 millions de dollars pour soutenir les Autochtones en milieu urbain par l’entremise de l’Association nationale des centres d’amitié, de la Fondation 2Spirits in Motion et du Congrès des peuples autochtones.

L’APN est l’organisation nationale qui représente les citoyens des Premières Nations au Canada. Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

SOURCE : Assemblée des Premières Nations

Pour plus d’informations :
Karen Joyner
Agente des communications, Assemblée des Premières Nations,
613-292-0857 (cell)
[email protected]

read more
Celso CercadoLe Chef national de l’APN se réjouit de la poursuite des investissements du Canada pour soutenir les Premières Nations qui continuent à subir les effets de la COVID-19

LES GARDIENS DU SAVOIR DE L’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS MESSAGE À PROPOS DE LA COVID-19

on juillet 24, 2020

La pandémie de COVID-19 n’est pas terminée. Nous devons continuer à écouter, à apprendre, à être prudents et à prendre soin les uns des autres – un message du Conseil des gardiens du savoir de l’Assemblée des Premières Nations

Nous tenons à remercier le Créateur d’avoir assuré la sécurité de nos familles, de nos communautés et de nos dirigeants en ces temps difficiles de pandémie de COVID-19. Merci au Créateur d’accompagner nos familles qui ont perdu des êtres chers pendant cette période et d’assurer leur sécurité. Prions le Créateur de veiller à la sécurité de nos jeunes.

Les derniers mois ont été une source de nouveaux défis pour nos communautés et nos nations. Des membres de nos familles et de nos communautés ont quitté ce monde prématurément en raison de complications liées à la COVID-19. Nous honorons leur mémoire et partageons la peine que beaucoup d’entre vous ressentent. Nous savons qu’il a été difficile d’être séparé de ses amis et de sa famille et de ne pas pouvoir participer à toutes les activités et cérémonies qui contribuent à notre mieux-être. Nous remercions l’ensemble du personnel infirmier et des travailleurs de première ligne qui prennent soin de nous.

À la jeune génération : sachez que vous êtes dans nos prières et que vous pouvez demander de l’aide à tout moment. Grâce à la technologie d’aujourd’hui, nous sommes là pour vous aider, ou nous pouvons trouver l’aide dont vous avez besoin.

Depuis que la pandémie de COVID-19 a atteint le Canada, les Premières Nations ont travaillé sans relâche pour protéger les membres et les familles de leurs communautés. Nous pouvons faire face au nombre de cas déclarés, dont la plupart sont résolus au sein des communautés. En nous adaptant et en travaillant ensemble, nous avons une fois de plus démontré que nous continuons à faire preuve de résilience. Certaines communautés n’ont déclaré aucun cas jusqu’à présent, mais cela ne signifie pas que nous pouvons relâcher notre vigilance. La pandémie n’est pas encore terminée. Le risque d’une deuxième vague existe, et nous devons tous continuer à être prudents et à écouter nos aînés, nos dirigeants et nos responsables de la santé.

Avec le changement de saison, beaucoup d’entre nous vont sur la terre pour participer à des cérémonies, pêcher, récolter des baies, et chasser. Nous devons continuer à tirer de la force de ces pratiques et à honorer nos croyances traditionnelles, tout en reconnaissant le rôle de la médecine occidentale pour nous protéger des maladies. Avec l’arrivée de l’automne, le vaccin contre l’influenza (vaccin anti-grippe) sera disponible et, cette année plus que jamais, il est important que nous nous fassions vacciner et que nous encouragions nos amis et les membres de notre famille à se faire vacciner également.

Avec la réouverture progressive des communautés, des entreprises et des écoles, nos cercles sociaux vont s’élargir et nous allons interagir avec de plus nombreuses personnes à l’intérieur et à l’extérieur de nos communautés. Veuillez respecter les directives de nos dirigeants et pratiquer la distanciation physique, lavez-vous régulièrement les mains, évitez les grands rassemblements et portez un masque dans les espaces publics. Vous ne vous sentirez peut-être pas malade, mais vous pouvez être porteur du virus. Rappelez-vous qu’il est recommandé de s’isoler, de consulter un médecin et de se faire tester pour la COVID-19 si vous vous sentez malade ou si vous êtes en contact avec un cas confirmé.

En prenant ces précautions, vous prenez soin de vous et, surtout, de ceux qui vous entourent et qui peuvent être plus vulnérables à la maladie, en particulier nos aînés. Continuez à écouter et à vous renseigner sur ce que l’on sait de la COVID-19, sur la façon dont le virus se répand et sur ce qui est efficace pour en réduire la propagation, car les informations évoluent constamment. Nous avons toujours pris soin les uns des autres, nous continuerons à le faire maintenant, surtout en cette période d’incertitude, pour nous protéger toutes et tous, et pour protéger nos communautés et nos nations.

read more
Celso CercadoLES GARDIENS DU SAVOIR DE L’ASSEMBLÉE DES PREMIÈRES NATIONS MESSAGE À PROPOS DE LA COVID-19

BULLETIN DU CHEF NATIONAL – Protocole relatif à la Loi sur les services aux enfants et aux familles autochtones

on juillet 12, 2020

SOMMAIRE :

  • Le 7 juillet 2020, le Chef national Bellegarde a signé un protocole avec le ministre des Services autochtones, Marc Miller, qui confirme pour les Premières Nations une approche fondée sur les distinctions en ce qui concerne la mise en œuvre de la Loi sur les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations,des Inuits et des Métis.
  • Le Comité des Chefs sur les services à l’enfance et à la famille et l’autodétermination (le Comité des Chefs) a examiné et soutenu l’ébauche de de protocole entre l’Assemblée des Premières Nations (APN) et Services aux Autochtones Canada (SAC).
  • Le protocole est un mécanisme visant à garantir que les Premières Nations jouent un rôle clé dans l’élaboration des principes et des processus liés à la nouvelle législation sur les services à l’enfance et à la famille autochtones et que celle-ci n’entrave pas les droits inhérents ou la compétence des Premières Nations.

D’autres mises à jour seront publiées au fur et à mesure que de plus amples informations sur les prochaines étapes seront déterminées.

Je publie ce bulletin pour que les dirigeants des Premières Nations disposent de tous les détails concernant le protocole que j’ai signé avec le ministre des Services autochtones, Marc Miller, le 7 juillet 2020. Je tiens à préciser à tous les Chefs que rien dans ce protocole n’oblige une Première Nation ou un organe directeur des Premières Nations à travailler à l’intérieur de ce cadre.

Les discussions relatives à ce protocole ont débuté peu après l’adoption du projet de loi C-92, Loi concernant les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuits et des Métis (la Loi). En tant que Chef national, le Canada m’a assuré, pendant le processus d’élaboration de la loi, qu’un accord sur une voie de mise en œuvre propre aux Premières Nations serait conclu, ce qu’officialise ce protocole.

J’ai souvent parlé « d’occuper le terrain » en tant que première étape importante pour retrouver notre autorité légitime et souveraine en matière d’élaboration de lois. La Loi confirme les droits et la compétence des Premières Nations en matière de services à l’enfance et à la famille, y compris le pouvoir des Premières Nations d’établir des lois fondées sur leur culture, leurs croyances et leurs valeurs, et définit des normes et des principes nationaux visant à soutenir le mieux-être des enfants et des familles des Premières Nations. Le protocole est la première étape en vue de déterminer comment sera mise en œuvre la Loi, tel que déterminé par les Premières Nations. Il a principalement pour objet de définir la façon dont le Canada et l’APN examineront les principes et les processus qui appuieront la transformation des services à l’enfance et à la famille des Premières Nations, et l’inclusion d’une participation accrue, d’un contrôle accru et d’une prise de décisions accrue des Premières Nations.

Dans ce protocole, le Canada et l’APN reconnaissent que des discussions bilatérales sur la mise en œuvre de la Loi sont nécessaires; toutefois, elles ne remplaceront pas un dialogue direct entre le Canada et les Premières Nations et leurs organes directeurs en matière de services à l’enfance et à la famille. Le Protocole précise que tout travail bilatéral doit respecter les droits inhérents, l’autonomie et l’autorité des Premières Nations.

Le protocole mentionne également la nécessité d’envisager de nouvelles relations financières et de nouveaux modèles de financement pour soutenir les services à l’enfance et à la famille des Premières Nations.

Les Premières Nations-en-assemblée ont adopté la résolution 16/2019 de l’APN, Loi concernant les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuits et des Métis – Planification de la transition et de la mise en œuvre, qui a conféré au Comité des Chefs le mandat de faire part de ses commentaires, de prodiguer des conseils et de surveiller la mise en œuvre de la Loi. Le Comité des Chefs comprend des membres des Premières Nations de toutes les provinces et territoires du Canada. Le Comité des Chefs a préconisé un protocole de mise en œuvre de la Loi fondé sur les distinctions et a négocié les dispositions de ce protocole avec SAC pour veiller à ce que les Premières Nations soient au cœur de ce travail. Le Comité des Chefs a passé en revue et appuyé ce protocole en mars 2020, et je suis reconnaissant envers ses membres pour leur travail acharné et leur détermination tout au long de ce processus. Le Comité exécutif de l’APN a par la suite approuvé la signature du protocole le 5 mai 2020.

Pour la première fois dans l’histoire du Canada, la Loi affirme que les lois des Premières Nations sont primordiales pour les lois fédérales, provinciales et territoriales. En tant que Chef national, je crois que ce protocole est une étape positive qui contribuera à garantir que les besoins uniques des enfants, des jeunes et des familles des Premières Nations sont satisfaits. La signature de ce protocole était pour moi une priorité, car il garantit qu’un cadre fondé sur les distinctions est employé pour mettre en œuvre la Loi de façon significative et respectueuse.

https://www.afn.ca/wp-content/uploads/2020/07/AFN-ISC-Protocol-Final_FR.pdf

 

read more
Angie TurnerBULLETIN DU CHEF NATIONAL – Protocole relatif à la Loi sur les services aux enfants et aux familles autochtones

Le Chef national de l’APN Perry Bellegarde se réjouit d’apprendre que le litige à propos des rentes découlant du Traité Robinson-Huron franchit une nouvelle étape qui permettra aux Premières Nations d’obtenir justice

on juillet 2, 2020

OTTAWA, ON, le 30 juin 2020 /CNW/ – Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, s’est dit heureux de la conclusion de la deuxième phase de contestations judiciaires liées au litige des rentes découlant du Traité Robinson-Huron. Le processus passera maintenant à l’étape de détermination de l’indemnisation appropriée pour l’utilisation par le Canada de terres traditionnelles que les Premières Nations ont convenu de partager.

« Les dirigeants des Premières Nations qui ont conclu ce traité avec la Couronne souhaitaient améliorer la vie de leurs communautés, et croyaient qu’ils acceptaient un partenariat qui leur permettrait de partager la richesse de leurs terres. Malheureusement, ce n’est pas ce qui s’est produit, a déclaré le Chef national. Tous nouveaux fonds obtenus dans le cadre de ce litige judiciaire serviront à améliorer le bien-être socioéconomique de nos collectivités. »

« Les Premières Nations croyaient qu’elles participeraient à la prospérité future du Canada lorsqu’elles ont conclu ce traité avec la Couronne. Les conclusions de la Cour devraient avoir une incidence sur tous les traités et s’appliquer aux rentes qui n’ont pas été indexées en fonction de l’augmentation du coût de la vie. »

Le Traité Robinson-Huron, conclu entre les Premières Nations locales et la Couronne en septembre 1850, autorisait le partage de plus de 60 000 kilomètres carrés de terres avec le Canada. En septembre 2014, vingt et une Premières Nations ont déposé collectivement une requête associée au litige des rentes. En décembre 2018, lors de la première phase des contestations judiciaires, la Cour a statué que le Canada et l’Ontario n’avaient pas respecté l’obligation de la Couronne d’accroître les paiements de rentes au fil du temps, au fur et à mesure que les terres étaient exploitées et que les ressources étaient extraites.

L’APN est l’organisme national qui représente les citoyens des Premières Nations du Canada. Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

Michael Hutchinson, Conseiller principal en communications, Assemblée des Premières Nations, 613 241-6789, poste 244, 613 859-6831 (cellulaire), [email protected]

Monica Poirier, Agente de communications bilingue, Assemblée des Premières Nations, 613 241-6789, poste 382, 613 292-0857 (cellulaire), [email protected]

read more
Brent NolanLe Chef national de l’APN Perry Bellegarde se réjouit d’apprendre que le litige à propos des rentes découlant du Traité Robinson-Huron franchit une nouvelle étape qui permettra aux Premières Nations d’obtenir justice

Le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, se réjouit de l’octroi de nouveaux fonds visant à appuyer le développement économique et l’industrie du tourisme des Premières Nations

on juin 12, 2020

(Ottawa, ON) – Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, a déclaré se réjouir de l’octroi récemment annoncé de nouveaux fonds qui visent à soutenir les initiatives de développement économique des Premières Nations et à aider l’industrie du tourisme à surmonter la pandémie de COVID-19. Aujourd’hui, le ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller, a annoncé qu’une somme supplémentaire de 133 millions de dollars est destinée à aider les entreprises touristiques et les entreprises des Premières Nations qui ont été grandement touchées lorsque les gouvernements fédéraux, provinciaux et territoriaux ont demandé à la population de rester chez elle.

« Il s’agit d’un financement indispensable qui sera accordé à nos entreprises, à nos projets de développement économique et à notre industrie du tourisme, qui a été dévastée, partout au pays. Je tiens à remercier le ministre Miller d’avoir répondu à la demande de ressources de l’APN et des Premières Nations pour aider nos entrepreneurs et nos employeurs à traverser cette période difficile, a déclaré le Chef national. Les Premières Nations comptent parmi certaines des collectivités les plus vulnérables du pays, non seulement en ce qui concerne la pandémie et notre santé, mais aussi lorsqu’il s’agit de relancer l’économie une fois la pandémie passée. Les Premières Nations ne doivent pas être oubliées! Nous devons mieux reconstruire et reconstruire de la bonne façon. Le financement annoncé aujourd’hui confirme que, lorsque le Canada écoute les Premières Nations pour obtenir des conseils en réponse à une crise, tout le monde obtient de meilleurs résultats. J’ai hâte de voir le déploiement immédiat de ces investissements en vue de soutenir nos entrepreneurs et nos employeurs en cette période difficile. »

Réagissant aux répercussions économiques de la pandémie de COVID-19, le gouvernement fédéral a annoncé qu’il versera un financement de 133 millions de dollars pour les initiatives de développement économique des Premières Nations (117 millions de dollars) et pour les entreprises touristiques des Premières Nations (16 millions de dollars). L’APN surveillera de près la façon dont le financement sera mis en œuvre par le gouvernement fédéral.

L’APN est l’organisme national qui représente les citoyens des Premières Nations du Canada. Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Michael Hutchinson
Conseiller principal en communications
Assemblée des Premières Nations
613 241-6789, poste 244
613 859-6831 (cellulaire)
[email protected]

Monica Poirier
Agente de communications bilingue
Assemblée des Premières Nations
613 241-6789, poste 382
613 292-0857 (cellulaire)
[email protected]

 

read more
Sid LeeLe Chef national de l’APN, Perry Bellegarde, se réjouit de l’octroi de nouveaux fonds visant à appuyer le développement économique et l’industrie du tourisme des Premières Nations

Déclaration du Conseil des femmes de l’APN face au retard du plan d’action national

on juin 8, 2020

(Ottawa, Ont.) – Un an après la publication du rapport final de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (FFADA), les taux élevés de violence contre les femmes et les filles des Premières nations se poursuivent. La présidente du Conseil des femmes de l’Assemblée des Premières Nations (APN), la Chef Connie Big Eagle, a déclaré qu’il était urgent d’élaborer un plan d’action national qui traite des questions de violence, des services de police et de justice.

« Mes pensées et mes prières vont à la famille de Chantel Moore. C’est un autre événement tragique qui souligne la nécessité de mettre en œuvre les appels à la justice de l’Enquête nationale. Le rapport de l’Enquête nationale contient de nombreuses recommandations qui traitent des services de police et des interactions entre la police et les femmes et les filles des Premières Nations », a déclaré la Chef Big Eagle. « La pandémie de COVID-19 a mis en évidence le problème de la violence domestique dans tout le pays et nous savons que les femmes et les filles des Premières Nations sont confrontées à des taux de violence plus élevés. Le Conseil des femmes de l’APN estime que l’accent doit être mis sur l’élimination de la violence à l’encontre des femmes et des filles des Premières Nations, ainsi que des 2ELGBTQQIA ».

L’APN et le Conseil des femmes de l’APN n’ont cessé de réclamer des mesures immédiates telles qu’un financement accru pour les refuges et les espaces sûrs, un soutien en santé mentale, des programmes pour les hommes et les garçons, la prévention, ainsi qu’un financement accru pour que les Premières Nations puissent élaborer des programmes de prévention et de guérison axés sur la terre.

Plusieurs études, dont le rapport final de l’Enquête nationale, ont révélé que la violence à l’encontre des femmes et des filles des Premières Nations et des 2ELGBTQQIA est liée à un préjugé systémique et institutionnel de longue date à l’égard des membres des Premières Nations. Un plan d’action national doit aborder ces questions de façon exhaustive et adaptée aux besoins particuliers des Premières Nations.

L’APN est l’organisation nationale qui représente les citoyens des Premières Nations au Canada. Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

Pour de plus amples informations :

Michael Hutchinson
Conseiller principal en communications
Assemblée des Premières Nations
613-241-6789, poste244
613-859-6831 (cell.)
[email protected]

Monica Poirier
Agente bilingue des communications
Assemblée des Premières Nations
613-241-6789, poste 382
613-292-0857 (cell.)
[email protected]

 

read more
Sid LeeDéclaration du Conseil des femmes de l’APN face au retard du plan d’action national