Nouvelles

BULLETIN DU CHEF NATIONAL Janvier 2015

on Janvier 30, 2015

Meilleurs vœux pour la nouvelle année 

Salutations et bonne année à toutes et à tous sur toute l’Île de la Tortue. J’espère que vous avez toutes et tous profité de cette saison des Fêtes, entourés de votre famille et de vos amis. 

Mon objectif immédiat en tant que Chef national est de mettre en œuvre notre plan pour le changement, tel que selon vos priorités. Cette tâche requiert aussi bien l’édification de relations que la mise en place de nouveaux canaux de communications, à Ottawa et partout au pays. 

J’ai tenu des réunions clés avec le premier ministre Stephen Harper, le ministre d’AADNC, Bernard Valcourt, le ministre québécois chargé des affaires autochtones, Geoffrey Kelley, le chef de l’opposition officielle, Thomas Mulcair, le chef libéral Justin Trudeau, la chef du Parti vert, Elizabeth May, ainsi qu’avec plusieurs premiers ministres provinciaux. Je m’assure actuellement de faire part des priorités des Premières Nations aux dirigeants des divers gouvernements du Canada. 

Le Comité exécutif de l’APN a aussi tenu sa première réunion de 2015. Je continuerai de vous tenir informés de nos travaux. Je prévois organiser une rencontre avec les anciens Chefs nationaux, dans le cadre de ma tâche de réorienter nos efforts, ainsi que de revitaliser et restructurer l’APN. 

N’oubliez pas de consulter régulièrement notre site Web à www.afn.ca ainsi que les médias sociaux pour d’autres bulletins tels que celui-ci et divers comptes rendus. Si vous ne nous suivez pas encore sur Twitter, n’attendez plus et consultez @AFN_Updates et @AFN_Comms. Surveillez aussi notre page officielle Facebook.

 

Table ronde nationale sur les femmes autochtones disparues ou assassinées – 27 février 2015 

Mettre fin à la violence envers les femmes et jeunes filles autochtones est une priorité pour les Premières Nations, et nous nous réjouissons de l’engagement des autres gouvernements de travailler avec nous pour garantir la sûreté et la sécurité de toutes et tous. Dans le but d’élaborer un plan d’action concerté pour sauver la vie de femmes et de jeunes filles autochtones, les organisations nationales autochtones et les gouvernements des provinces et des territoires se réuniront à Ottawa pour une discussion en table ronde le vendredi 27 février 2015. Le gouvernement fédéral a été invité à participer à cette journée importante de discussion. 

Les organisations nationales autochtones tiendront à Ottawa un rassemblement pour les familles, le jeudi 26 février 2015. De plus, une rencontre ouverte à tous sera organisée à l’université Carleton d’Ottawa le 27 février 2015, afin que toutes et tous puissent faire entendre leurs voix, exprimer leurs points de vue et proposer des solutions pour prévenir et éliminer la violence envers les femmes et les jeunes filles autochtones. De plus amples renseignements sur ces deux activités seront communiqués au cours du mois de février. 

L’objectif de cette table ronde nationale est de déterminer des solutions constructives et efficaces, ainsi que d’amorcer un dialogue continu et significatif afin de les mettre en œuvre pour parvenir à éliminer la violence envers les femmes et jeunes filles autochtones. 

Cette table ronde nationale n’est qu’une étape dans notre cheminement collectif vers la sûreté et la sécurité des familles des Premières Nations. Elle ne constitue pas la seule possibilité de dialogue et ne représente que l’un des volets de nos efforts de sensibilisation. Elle s’avère cependant une occasion tangible de réunir toutes les parties à la même table. C’est pourquoi nous pressons le gouvernement fédéral d’y prendre part, et c’est aussi pourquoi nous voulons recueillir vos opinions. 

L’APN a entendu vos préoccupations dans le cadre de forums et d’assemblées, ainsi que par l’entremise des médias sociaux. Nous avons entendu des victimes et des membres de leurs familles, qui ont courageusement partagé leurs récits. L’APN mettra de l’avant des priorités spécifiques et des recommandations en vue de l’adoption de diverses mesures, sur la foi des témoignages, des informations et des conseils que nous avons recueillis pendant plusieurs années, et qui ont été pris en compte dans le plan d’action national de l’APN pour éliminer la violence à l’encontre des femmes et jeunes filles autochtones. 

Nous avons toutes et tous un rôle à jouer pour faire en sorte que cette table ronde soit utile. Nous tenons aussi à faire clairement comprendre qu’elle ne se substituera pas à nos appels en vue d’une Commission nationale d’enquête publique pour remédier aux causes profondes de la violence, et nous continuerons à exercer des pressions pour qu’une telle commission d’enquête soit mise sur pied. 

Pour plus de renseignements sur la Table ronde nationale sur les femmes autochtones disparues ou assassinées, veuillez consulter www.afn.ca ou rendez-vous directement à http://www.afn.ca/index.php/fr/secteurs-de-politique/mettre-fin-a-la-violence.

Crédits personnels en éducation – Prolongement obtenu 

Le 17 décembre 2014, la Cour suprême de Colombie-Britannique a accordé un prolongement des délais relatifs aux crédits personnels en éducation pour les anciens élèves des pensionnats indiens. Le 8 janvier 2015, de nouvelles dates limites ont été arrêtées comme suit par la Cour : 

Formulaires de reconnaissance – NOUVELLE date limite : 9 mars 2015

Formulaires d’échange – NOUVELLE date limite : 8 juin 2015

Finalisation des paiements – NOUVELLE date limite : 7 août 2015

Tous les programmes et services d’éducation doivent être complétés au plus tard le 31 août 2015.

 

L’APN a insisté pour que soit accordé un prolongement des délais en raison des graves préoccupations administratives exprimées par les survivants des pensionnats indiens et les membres de leurs familles partout au pays, et nous poursuivons nos efforts pour que ces préoccupations soient prises en compte rapidement afin que les anciens élèves des pensionnats indiens puissent plus facilement bénéficier de ce programme. 

Le programme de crédits personnels en éducation constitue la dernière phase d’indemnisation des survivants des pensionnats indiens, tel que stipulé dans la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens (CRRPI) de 2007. Ce programme prévoit l’octroi d’un crédit ponctuel d’une valeur pouvant atteindre 3000 dollars, à être utilisé pour des programmes ou services éducatifs individuels ou de groupe dispensés par des organismes ou des groupes éducatifs approuvés, aux anciens élèves des pensionnats indiens ayant perçu le paiement d’expérience commune. La démarche à entreprendre pour bénéficier de ces crédits personnels a été annoncée en janvier 2014 et est administrée par Crawford Class Action Services. 

Si vous avez besoin d’assistance, veuillez communiquer avec l’APN ou consulter les ressources, liens et vidéos d’information affichés sur www.afn.ca ou rendez-vous directement à http://www.afn.ca/index.php/fr/credits-personnels

Pour obtenir directement plus de renseignements de la part de l’administrateur du programme, veuillez communiquer avec Crawford Class Action Services au 1-866-343-1858 ou consulter www.residentialschoolsettlement.ca

read more
rdbrinkhurstBULLETIN DU CHEF NATIONAL Janvier 2015

BULLETIN DE L’APN Décembre 2014

on Décembre 19, 2014

Assemblée extraordinaire des Chefs de l’APN et élection du Chef national de l’APN 

Des dirigeants des Premières Nations de l’ensemble du pays ont participé à l’Assemblée des Chefs de l’APN et à l’élection du Chef national à Winnipeg, du 9 au 11 décembre 2014. L’Assemblée a attiré près de 2 000 dirigeants, aînés, techniciens, membres de communautés et observateurs des Premières Nations, qui ont débattu de dossiers importants et élaboré des stratégies. 

Le mercredi 10 décembre, le Chef de la Federation of Saskatchewan Indian Nations, Perry Bellegarde, a été élu Chef national de l’Assemblée des Premières Nations au premier tour en recueillant 63 % des voix. Le Chef national Bellegarde accomplira un mandat de trois ans et demi, conformément à la résolution no 02-2014 adoptée par les Chefs en assemblée lors de l’Assemblée générale annuelle 2014. 

Le Chef national Bellegarde a annoncé sa principale priorité qui lui a été confiée par les Premières Nations de l’ensemble du pays : le Canada doit respecter nos droits de citoyens et notre droit inhérent à l’autodétermination. Cela nécessite de nouvelles approches et un nouveau dialogue réellement fondés sur l’engagement de reconnaître et de respecter notre compétence inhérente, nos droits ancestraux, notre titre autochtone et la relation sacrée des traités conclus entre les Premières Nations et la Couronne. 

Les Chefs en assemblée ont adopté au total 17 résolutions portant sur divers domaines prioritaires, dont le financement de l’éducation des Premières Nations, le soutien aux familles des femmes autochtones assassinées ou disparues, le Plan d’action sur les services de santé non assurés, le programme des crédits personnels en éducation dans le cadre de la Convention de règlement relatif aux pensionnats indiens, la crise de l’abus de médicaments d’ordonnance, la Loi sur le Tribunal des revendications particulières, le droit issu de traités au logement, les ressources naturelles et le soutien à l’égard du jugement de la nation des Tsilhqot’in. Toutes les résolutions sont affichées sur www.afn.ca. Le présent bulletin a pour objectif de fournir un compte rendu sur les discussions et l’orientation relatives aux principaux points à l’ordre du jour de l’Assemblée extraordinaire des Chefs (AEC). 

Groupe de travail sur l’édification des nations et la restructuration de l’APN 

Les Chefs en assemblée ont pris connaissance du rapport du Groupe de travail sur l’édification des nations et la restructuration de l’APN, qui a été mis sur pied en 2013 pour examiner les processus et la structure de l’APN et s’assurer que l’organisation soutient les efforts d’édification des nations et qu’elle peut évoluer conformément à l’orientation des Premières Nations. Le Groupe de travail a cerné des domaines d’intérêt à court, moyen et long terme ainsi que des questions liées aux rôles de l’APN, du Chef national, du Comité exécutif et du Secrétariat, notamment l’organisation des votes, l’attribution des mandats par les Chefs et la participation des citoyens des Premières Nations aux processus décisionnels en tant que nations. Le Groupe de travail a aussi recommandé la mise sur pied d’un comité des Chefs sur l’édification des nations et la restructuration de l’APN qui serait chargé de passer en revue la Charte de l’APN, de s’inspirer des travaux précédents des dirigeants et de la Commission du renouvellement de l’APN et de s’engager directement auprès des Premières Nations, des organisations régionales, des organisations visées par des traités et des citoyens pour formuler des recommandations de changement. 

Plus de renseignements ainsi que des courts documents de discussion et de dialogue consacrés à ce sujet sont disponibles sur www.afn.ca

Le contrôle par les Premières Nations de l’éducation des Premières Nations 

Les Chefs en assemblée ont adopté la résolution no 35/2014, Loi fédérale pour financer l’éducation des Premières Nations. Cette résolution soutient l’élaboration conjointe d’un projet de loi qui décrit les responsabilités du gouvernement fédéral concernant le financement de l’éducation des Premières Nations. Elle est uniquement axée sur le financement et n’a aucun lien avec le projet de loi C-33. Il est clair que le travail accompli en vertu de cette résolution est subordonné au retrait du projet de loi C-33. La résolution propose un processus inclusif et transparent d’élaboration d’une loi et d’un règlement connexe auquel participeront les régions des Premières Nations du début jusqu’à la fin. En vertu de cette résolution, toute ébauche de loi résultant de ce travail devra, avant toute prochaine étape, être examinée et ratifiée par les Chefs en assemblée. La résolution exige du Canada qu’il honore son obligation constitutionnelle à l’égard du droit à l’éducation issu de traités. La mise en place d’un cadre législatif pour financer l’éducation des Premières Nations est le seul moyen de s’assurer systématiquement que toutes les communautés des Premières Nations bénéficient d’un accès à une éducation de qualité culturellement appropriée, et non seulement celles ayant la possibilité de négocier avec le gouvernement fédéral. 

Planification d’une table ronde nationale sur les femmes assassinées ou disparues et demande d’enquête nationale 

Le 9 décembre, les Chefs et les délégués ont rendu hommage à la jeune Rinelle Harper, âgée de 16 ans, qui a été sauvagement agressée il y a un mois le long de la rivière Assiniboine, à Winnipeg. Le groupe de joueurs de tambour Red Bear a interprété une pièce et le Chef régional du Manitoba, Bill Traverse, a remis une plume d’aigle à Rinelle Harper au nom de l’APN. Accompagnée de ses parents et de sa sœur, Rinelle Harper s’est adressée aux Chefs et aux délégués et a plaidé pour plus d’amour, plus de gentillesse et plus de respect, ainsi que pour le pardon. Elle a aussi demandé, d’une voix douce et assurée, la mise sur pied d’une commission d’enquête publique nationale sur les femmes autochtones assassinées ou disparues. Sa déclaration a constitué un moment fort et émouvant, qui a été suivi d’une ovation debout de la part de l’Assemblée. 

Le mercredi 10 décembre, les Chefs et les délégués ont participé à une séance de planification stratégique consacrée à la prochaine table ronde sur les femmes et jeunes filles assassinées ou disparues, qui devrait avoir lieu en février 2015. Les discussions ont porté sur le travail accompli à ce jour, tant les décisions que les mesures pour éradiquer la violence contre les femmes et jeunes filles autochtones, ainsi que sur trois résolutions précédentes exigeant la mise sur pied d’une commission d’enquête publique nationale et l’élaboration d’un cadre national visant à mettre fin à la violence. Deux résolutions ont été adoptées à l’AEC, la résolution no 35/2014, Soutien à l’égard de l’initiative Les familles d’abord, et la résolution no 36/2014, Engagement et représentation à la table ronde sur les femmes et jeunes filles assassinées ou disparues, qui renforcent le mandat de l’APN et lui permettent de s’engager d’une manière inclusive afin de s’assurer que les efforts et les opinions des communautés sont pris en compte dans tous les travaux mis en œuvre. 

Groupe de travail sur les ressources naturelles 

Le Groupe de travail sur les ressources naturelles (Groupe de travail) a été formé en décembre 2013 pour s’assurer que les citoyens et les communautés des Premières Nations ont la possibilité de participer aux projets d’exploitation des ressources naturelles et de recueillir une part (là où un intérêt existe) de tous les avantages découlant de l’exploitation des ressources. Le compte rendu du Groupe de travail était axé sur deux séances qui ont été organisées en novembre 2014 et sur le travail nécessaire à l’élaboration d’un premier rapport sommaire. À ce jour, le Groupe de travail a déterminé quatre principaux thèmes de discussion : gouvernance, environnement, prospérité et finances. 

Les Chefs en assemblée ont adopté la résolution no 38-2014, qui appelle le Chef national à soutenir le Groupe de travail dans ses travaux et l’aider à faire comprendre l’urgence de permettre la pleine participation des Premières Nations à l’économie et dans le secteur des ressources. La résolution soutient le Groupe de travail dans son intention de présenter un rapport sur l’exploitation des ressources naturelles, de coordonner une réunion avec d’autres ordres de gouvernement et d’autres administrations et d’élaborer un plan de communications afin de s’assurer que les Premières Nations, le gouvernement du Canada, l’industrie et les groupes d’intérêt internationaux prennent connaissance des résultats obtenus par le Groupe de travail. Les Chefs en assemblée ont aussi souligné la nécessité de reconnaître la compétence et les traités, de faciliter la participation au marché, de prendre en compte les sujets stratégiques, d’inclure les questions commerciales dans cette discussion et de considérer cette celle-ci comme un domaine prioritaire. Le Groupe de travail a présenté un rapport aux Chefs en assemblée en juillet 2014 et en décembre 2014; il compte en présenter d’autres sur son travail aux Premières Nations. 

Services de santé non assurés 

Les Chefs en assemblée ont approuvé le Plan d’action sur les services de santé non assurés (SSNA) en tant que document évolutif et ont demandé au Comité des Chefs sur la santé (CCS) de l’APN, au Réseau national des techniciens de la santé des Premières Nations (RNTSPN) et au personnel de l’APN de mettre en œuvre les mesures indiquées dans le Plan d’action. Le CCS et le RNTSPN tiendront une réunion en janvier 2015. 

Dans le cadre du Plan d’action sur les SSNA, l’APN travaille avec diligence à l’examen mixte des SSNA, qui est un travail de collaboration entre l’APN et la Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits (DGSPNI) de Santé Canada. La première réunion du Comité sur l’examen mixte des SSNA a eu lieu en octobre 2014. La prochaine est prévue en janvier 2015. 

Le Plan d’action sur les SSNA et les comptes rendus sur tous les domaines de la politique de santé sont affichés sur le site Web de l’APN à :  http://health.afn.ca/en 

Examen des revendications particulières 

Les Chefs en assemblée ont adopté la résolution no 40-2014 qui affirme l’importance de l’examen quinquennal de la Loi sur le Tribunal des revendications particulières et les processus connexes. Les Premières Nations sont très préoccupées par l’actuel processus de traitement des revendications particulières, y compris par la situation du financement des requérants et les menaces qui pèsent sur l’indépendance et la viabilité du Tribunal. Le Comité des Chefs sur les revendications (CCR) a été chargé de participer à l’examen et de s’assurer que toute Première Nation puisse donner son avis sur la situation actuelle du traitement des revendications par le gouvernement fédéral. Le CCR travaille à la finalisation d’un processus d’engagement et devrait tenir une réunion de dirigeants et d’experts pour contribuer à l’examen. De plus amples renseignements seront fournis aux Premières Nations dès que ce travail aura débuté. 

L’Assemblée des Premières Nations remercie toutes les personnes qui ont quitté pendant un moment leurs familles et leurs communautés pour venir participer à l’Assemblée extraordinaire des Chefs et contribuer à sa réussite. Nous vous souhaitons de joyeuses Fêtes. Prenez le temps de passer de bons moments avec votre famille, vos amis et les membres de votre communauté.

read more
rdbrinkhurstBULLETIN DE L’APN Décembre 2014

Les chefs de l’APNQL félicitent le chef national Perry Bellegarde pour son élection

on Décembre 17, 2014

WENDAKE, QC, le 11 déc. 2014 /CNW Telbec/ – Les chefs de l’Assemblée des Premières Nations du Québec-Labrador (APNQL) tiennent à féliciter et à exprimer leur appui au nouveau chef national de l’APN, Perry Bellegarde, un homme d’expérience qui saura relever les nombreux défis auxquels nos peuples et notre organisation nationale sont confrontés.

Les chefs des Premières Nations du Canada, réunis en assemblée spéciale cette semaine à Winnipeg, ont démontré une volonté très claire d’aller de l’avant, de rebâtir leur organisation nationale et de compter avant tout sur leurs propres forces, sur celles de leurs aînés, des femmes et des jeunes des Premières Nations. L’APNQL travaillera main dans la main avec toutes les Premières Nations au pays dans un esprit d’unité et de respect de la diversité.

Ghislain Picard reprend dès aujourd’hui ses fonctions de chef de l’APNQL. Les chefs de la Nation innue ont par ailleurs exprimé, par la voix du chef Jean-Charles Piétacho, leur fierté d’avoir appuyé l’un des leurs à la candidature nationale, tout en soulignant leur satisfaction de voir un homme de la stature de Ghislain Picard poursuivre son mandat politique auprès des Premières Nations du Québec-Labrador.

L’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador est l’organisme politique qui regroupe 43 chefs des Premières Nations au Québec et au Labrador. www.apnql-afnql.com.

 

SOURCE Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador

Renseignements : Mélanie Vincent : melanievincent21@yahoo.ca, Cell. : 418-580-4442 

read more
rdbrinkhurstLes chefs de l’APNQL félicitent le chef national Perry Bellegarde pour son élection

BULLETIN DE L’APN Mi-novembre 2014

on Novembre 14, 2014

Rencontre entre des dirigeants de l’APN et Douglas Eyford, représentant spécial ministériel pour la réforme de la politique sur les revendications globales 

Le 28 juillet 2014, Bernard Valcourt, ministre d’Affaires autochtones et Développement du Nord Canada (AADNC), a nommé Douglas Eyford représentant spécial afin de « mener les discussions avec les groupes autochtones et les intervenants clés en vue de renouveler et réformer la politique sur les revendications globales ». À la fin de l’été 2014, AADNC a affiché sur son site Web un document intitulé « Renouvellement de la politique fédérale sur les revendications territoriales globales », comportant une nouvelle « politique provisoire » sur les revendications globales destinée à servir de point de départ à l’action de Douglas Eyford, ainsi qu’un portail visant à recueillir des commentaires à propos de cette politique provisoire. 

Le 4 novembre 2014, le Chef national par intérim de l’APN, Ghislain Picard, accompagné de cadres de l’(APN), a eu l’occasion de rencontrer M. Eyford pour discuter de sa récente nomination, du processus qu’il mène, et de la politique provisoire qui a été mise en place. Une discussion ouverte et respectueuse s’est tenue avec M. Eyford, qui a rappelé que son rôle de représentant spécial ministériel était de privilégier l’engagement plutôt que la consultation. Il a précisé que la politique provisoire constituait le point de départ de son engagement avec les groupes autochtones et les intervenants clés plutôt qu’une simple politique qu’il serait chargé de promouvoir. 

Les points saillants de la rencontre avec M. Eyford sont notamment les suivants : 

  • Il s’attend à rencontrer environ 200 groupes et citoyens autochtones de divers horizons pendant l’accomplissement de son mandat.
  • Il a fait part de son intérêt d’en apprendre plus à propos du Comité principal de surveillance (CPS), proposé par le premier ministre en janvier 2013 et qui devait aussi mettre l’accent sur la réforme de la politique des revendications globales, mais qui n’a fait l’objet d’aucun suivi de la part du Canada depuis la fin de 2013.
  • M. Eyford a indiqué que son rapport comporterait un historique axé sur le concept de titre autochtone et de son évolution jusqu’à aujourd’hui.
  • Il a pris note de nombreuses plaintes de la part de divers groupes dénonçant « l’extinction » en tant qu’élément implicite de la politique fédérale sur les revendications globales, ainsi que le financement d’emprunts (entre autres préoccupations).
  • Tout en rappelant que la politique provisoire ne reflétait pas le récent arrêt de la Cour suprême concernant la nation Tsilhqot’in, il a précisé que son mandat n’excluait pas d’en tenir compte et que son rapport en ferait mention.
  • Son rapport sera déposé au début de 2015 plutôt que le 15 décembre 2014, tel qu’annoncé précédemment. Il sera rendu public. 

 

Les Premières Nations et l’APN n’ont perçu aucun financement pour soutenir leur engagement dans ce processus avec M. Eyford, ce qui en soi constitue un frein pour les groupes souhaitant y prendre part. Le Secrétariat de l’APN travaille à la rédaction d’un mémoire en partenariat avec une coalition ad hoc d’organisations de justice sociale. 

On peut télécharger une copie du document intitulé « Renouvellement de la politique fédérale sur les revendications territoriales globales » à l’adresse suivante : https://www.aadnc- andc.gc.ca/fra/1408631807053/1408631881247. 

Des mémoires peuvent être soumis à Douglas jusqu’au 30 novembre 2014 à l’adresse suivante : https://www.aadnc-aandc.gc.ca/fra/1405693409911/1405693617207.

Groupe de travail sur l’exploitation des ressources naturelles 

Le Groupe de travail sur l’exploitation des ressources naturelles (le Groupe de travail) a poursuivi ses travaux, tel que selon les informations fournies aux dirigeants lors de l’Assemblée générale annuelle de l’APN et conformément à la résolution no 80/2011 de l’APN. 

À la fin du mois de septembre 2014, le Groupe de travail s’est entendu pour tenir tout d’abord deux séances de travail réunissant jusqu’à 25 participants. La première de ces séances a eu lieu les 6 et 7 novembre et la seconde les 13 et 14 novembre, et les discussions ont principalement porté sur la gouvernance, la prospérité et le développement durable, ainsi que sur des considérations financières et des approches équilibrées respectant l’environnement, entre autres.

Le Chef régional de l’APN, Cameron Alexis, qui est aussi membre du Comité des Chefs sur le développement économique (CCDE) de l’APN, agit à titre de coprésident du Groupe de travail, de concert avec son collègue au sein du CCED, M. Richard Nerysoo, et de membres désignés par le gouvernement fédéral, M. Douglas Turnbull, coprésident, et M. Patrick McGuinness. 

Le Groupe de travail sur l’exploitation des ressources naturelles est une instance bénévole indépendante. Il soumettra un rapport sur les travaux accomplis jusqu’à présent à la fin du mois de novembre 2014, ainsi que dans le cadre de la prochaine Assemblée extraordinaire des Chefs 2014 qui se tiendra à Winnipeg (Manitoba) au mois de décembre. Leurs conclusions ne sont pas considérées comme mettant fin à la discussion sur ces sujets. Elles ont pour but de proposer des idées en vue d’amorcer ce dialogue à l’échelle nationale. 

Vous pouvez obtenir plus de renseignements à l’adresse suivante : www.naturalresourcedev.com

read more
rdbrinkhurstBULLETIN DE L’APN Mi-novembre 2014

bulletin de l’APN Novembre 2014

on Novembre 14, 2014

Le point sur l’Assemblée extraordinaire des Chefs de l’APN 

L’Assemblée des Premières Nations (APN) tiendra son Assemblée extraordinaire des Chefs (AEC) 2014 ainsi que l’élection du Chef national de l’APN du 9 au 11 décembre 2014 au Centre des congrès RBC de Winnipeg, au Manitoba. L’organisation hôte sera Manitoba Keewatinowi Okimakanak (MKO), appuyée par le comité hôte local.

Cette année, le thème de l’AEC est « Nous, notre terre, notre heure », afin de réaffirmer notre orientation en canalisant l’énergie des premiers peuples de cette terre, en vue de saisir cette occasion de changement et d’agir maintenant pour nos citoyens en nous fondant sur nos droits et nos responsabilités. Afin que ces objectifs deviennent réalité et pour soutenir les Premières Nations dans leurs efforts, cette assemblée donnera lieu à un dialogue dans plusieurs domaines, notamment l’édification des nations et la restructuration de l’APN, les droits fonciers et les revendications territoriales, le contrôle par les Premières Nations de l’éducation des Premières Nations et l’élimination de la violence à l’encontre des femmes et des jeunes filles autochtones. De plus amples informations sur la logistique et l’ordre du jour seront affichées sur le site Web de l’APN, ainsi que des renseignements sur les nombreuses activités qui seront organisées dans le cadre de ce rassemblement annuel. 

MKO organisera plusieurs activités culturelles et sociales pendant toute la durée de l’AEC. Veuillez consulter le site Web du comité hôte à l’adresse suivante : www.ourlandourpeopleourtime.com pour plus de renseignements. 

Le vote pour l’élection du Chef national de l’APN débutera le mercredi 10 décembre 2014. Les noms des candidats seront bientôt communiqués par la directrice générale des élections. 

 

Sommet national des femmes autochtones (SNFA) 

Le Chef régional de l’APN pour la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve, Morley Googoo, accompagné de membres des Conseils des femmes, des jeunes et des aînés de l’APN, a participé au quatrième Sommet national des femmes autochtones (SNFA) qui s’est tenu à Membertou (Nouvelle-Écosse), du 20 au 22 octobre 2014. La coprésidente du Conseil des femmes de l’APN, Lorraine Netro, la présidente du Conseil des aînés de l’APN, Phyllis Googoo, et Suzie Obamsawin, membre du Conseil des jeunes de l’APN, ont pris part à ce sommet de trois jours organisé par l’Association des femmes autochtones du Canada et la province de Nouvelle-Écosse sous le thème : Promouvoir l’équité, l’autonomisation et le leadership ». 

Pour illustrer son appui au SNFA, le Conseil des femmes de l’APN a soumis un document comportant des recommandations pratiques dans les domaines proposés pour réflexion. On peut consulter ce document à l’adresse suivante : http://www.afn.ca/uploads/files/end_violence/afn_wc_nawsivsubmission.pdf

Un rapport sur le SNFA est en cours de préparation et un plan d’action socioéconomique pour les femmes autochtones est en cours d’élaboration par le comité directeur du SNFA, tel que recommandé par les dirigeants nationaux autochtones et les premiers ministres lors de leur rencontre d’août 2014. 

Au cours du sommet, des représentants des organisations nationales autochtones ont rencontré des dirigeants des provinces et des territoires et ont obtenu un engagement en vue de la tenue en février 2015 d’une table ronde nationale sur les femmes autochtones assassinées ou disparues. Bien que les détails restent encore à déterminer, les discussions autour de cette table ronde seront axées sur des mesures concrètes et coordonnées afin de prévenir et de mettre un terme à la violence à l’encontre des femmes et des jeunes filles autochtones. 

 

Transformer l’éducation des Premières Nations 

Les pressions se poursuivent en vue de la mise en œuvre d’un contrôle par les Premières Nations de l’éducation des Premières Nations, conforme à nos droits inhérents et issus de traités, et soutenu par un financement équitable, stable et prévisible ainsi que par des systèmes qui favorisent et valorisent les cultures et les langues des Premières Nations. Il est entendu que chaque Première Nation et chaque région, dont les régions signataires de traités, doivent définir leur propre voie à suivre, et le rôle de l’APN est de défendre et de soutenir leurs approches. Nous sommes plus résolus que jamais à transformer l’éducation des Premières Nations et instaurer un changement constructif pour nos enfants. 

Les Premières Nations ont rejeté le projet de loi fédéral C-33, mais nous demeurons déterminés à transformer l’éducation des Premières Nations pour assurer la réussite de nos enfants. Nous continuons de partager cet objectif et cet engagement. Au cours des derniers mois et des dernières semaines, des dirigeants et des experts en éducation des Premières Nations se sont réunis pour discuter d’une nouvelle voie à suivre en vue d’améliorer les résultats des apprenants et de mettre en œuvre un véritable contrôle par les Premières Nations de l’éducation des Premières Nations. 

Les 20 et 21 octobre derniers, l’APN a tenu avec le Comité national indien de l’éducation (CNIE) une réunion au cours de laquelle un plan de travail national en matière d’éducation a été proposé et confirmé. D’autres réunions sont prévues au début du mois de novembre entre le CNIE et le CCEd en vue de poursuivre cette initiative. 

Le 5 novembre 2014, l’APN réunira à Ottawa une délégation de dirigeants nationaux, régionaux et locaux des Premières Nations dans le but d’informer les députés, les sénateurs et leur personnel d’une nouvelle voie à suivre en ce qui a trait à l’éducation des Premières Nations. 

 

Le Tribunal canadien des droits de la personne saisi du mieux-être des enfants des Premières Nations 

L’APN et la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations (la Société de soutien) ont déposé conjointement le 27 février 2007 une plainte en matière de droits de la personne à l’encontre du gouvernement du Canada pour discrimination au niveau des services à la famille et à l’enfance dispensés dans les réserves. Cette plainte conjointe allègue que, en matière de services de protection de l’enfance dispensés aux enfants des Premières Nations dans les réserves, le financement octroyé par le gouvernement du Canada est depuis longtemps inférieur à celui dont bénéficient les enfants non autochtones, avec pour conséquence des services de moindre qualité. Les répercussions de cette situation sont nombreuses et néfastes pour toutes nos communautés. Bien des Canadiennes et des Canadiens sont indignés d’apprendre que le nombre d’enfants des Premières Nations confiés aux services de protection de l’enfance est plus élevé aujourd’hui que lors de l’apogée des pensionnats indiens. 

Les derniers plaidoyers dans cette cause ont été entendus du 20 au 24 octobre 2014. Dans sa plaidoirie finale, l’APN a de nouveau insisté sur le besoin immédiat et urgent de remédier au sous-financement des services à l’enfance et à la famille dispensés dans les réserves, qui est complètement inacceptable et place un trop grand nombre d’enfants en péril. Il est temps que le gouvernement fédéral préconise enfin l’équité et la justice pour les enfants des Premières Nations au lieu d’y faire obstacle. C’est une question d’équité pour les membres les plus vulnérables de notre société. 

L’APN tient à remercier la docteure Cindy Blackstock, directrice exécutive de la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations, pour ses efforts inlassables déployés à cet égard au cours des sept dernières années. Malgré les nombreuses manœuvres du gouvernement fédéral en vue d’entraver l’audition de cette plainte, l’APN et la Société de soutien ont fait front commun devant le gouvernement au nom de tous les enfants des Premières Nations. Une décision finale doit être rendue par le Tribunal au début de la nouvelle année, peut-être en février 2015. 

 

Dons à l’APN 

En poursuivant ses efforts incessants pour devenir plus autonome et indépendante sur le plan financier, l’APN a lancé une campagne de dons en ligne sur son site Web, dans le cadre d’une initiative plus globale de levée de fonds. Nous avons entendu l’appel des Premières Nations qui nous demandent de prendre des mesures pour faire en sorte que l’APN demeure une organisation forte militant en faveur des Premières Nations, en dépit de plusieurs années successives de réductions budgétaires imposées par le gouvernement fédéral. 

Vous pouvez obtenir toutes les informations nécessaires à l’adresse suivante : http://www.afn.ca/index.php/en/donations afin de soutenir l’Assemblée des Premières Nations et accroître nos capacités en matière de défense d’intérêts, de politiques et de recherche au profit de toutes les Premières Nations et de l’ensemble du Canada.

L’APN diffuse régulièrement des comptes rendus sur les travaux en cours au bureau national. Pour plus de renseignements, veuillez consulter www.afn.ca.
read more
rdbrinkhurstbulletin de l’APN Novembre 2014
Assembly of First Nations
    ×