Nouvelles

Rapport : les enfants des Premières Nations sont les plus défavorisés au Canada

on Juillet 9, 2019

(Ottawa, ON) – Pendant que les premiers ministres et les dirigeants territoriaux se rencontrent en Saskatchewan aujourd’hui pour parler du bien-être des enfants, des jeunes et des familles autochtones, un nouveau rapport publié aujourd’hui, corédigé par l’Assemblée des Premières Nations (APN), révèle que les enfants des Premières Nations sont touchés par le niveau de pauvreté le plus élevé au Canada.

« Puisque le Canada n’étudie pas le niveau de pauvreté des Premières Nations dans les réserves, nous l’avons fait, a affirmé Perry Bellegarde, Chef national de l’APN. Les conclusions de ce rapport sont honteuses et mettent en lumière le besoin urgent d’investir pour les enfants, les familles et les collectivités des Premières Nations. Nos enfants font face aux pires conditions sociales et économiques au pays. Ils méritent d’obtenir une occasion de réussir. Le Canada n’a pas étudié le niveau de pauvreté dans les réserves, et c’est une des raisons pour lesquelles la situation ne s’améliore pas. Nous avons besoin d’une combinaison de volonté politique, d’action, de collaboration entre les gouvernements et de placement durable dans l’eau, l’infrastructure, le logement et l’éducation pour aider les enfants des Premières Nations à réussir et à avoir un bon départ dans la vie. Tous les Canadiens gagnent à combler le fossé sur le plan de la qualité de vie entre les Premières Nations et le reste du Canada ».

Le rapport , élaboré en collaboration avec l’APN, le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA) et publié par En amont : un institut pour une société en santé, dévoile que la moitié des enfants des Premières Nations dans les réserves vivent dans la pauvreté, avec un nombre encore plus important en Saskatchewan et au Manitoba. Les enfants dans les réserves sont quatre fois plus susceptibles que les enfants non autochtones au Canada de vivre dans la pauvreté et dans les pires conditions sociales et économiques, ce qui a une incidence négative sur le bien-être physique, mental et émotionnel. Le rapport fait état des taux de pauvreté infantile en s’appuyant sur le recensement de 2006, l’Enquête nationale auprès des ménages de 2011 et le recensement de 2016.

Le Chef national Bellegarde rencontre les premiers ministres et les dirigeants territoriaux aujourd’hui à la Première Nation Big River, en Saskatchewan, pour inculquer aux dirigeants l’importance de travailler avec les Premières Nations pour se pencher de manière urgente sur les barrières qui empêchent depuis longtemps de combler le fossé. Cela comprend une collaboration en vue de mettre en œuvre la loi fédérale adoptée récemment qui porte sur la compétence des Premières Nations relative au bien-être de leurs enfants. La réunion, organisée par le premier ministre de la Saskatchewan Scott Moe, porte sur le bien-être des enfants, des jeunes et des familles autochtones et se déroulera avant celle du Conseil de la fédération qui se tiendra mercredi à Saskatoon.

 

L’Assemblée des Premières Nations est l’organisme national qui représente les citoyens des Premières Nations du Canada. Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

 

-30-

 

Renseignements :

Jenna Young Castro
Conseillère principale en communications, Assemblée des Premières Nations
613 241-6789, poste 201
613 314-8157 (cellulaire)
[email protected]

Trish Hennessy
Directrice générale, En amont : un institut pour une société en santé
416 525-4927
[email protected]

Roy WhiteduckRapport : les enfants des Premières Nations sont les plus défavorisés au Canada
Assembly of First Nations
    ×