Nouvelles

bulletin de l’APN Novembre 2014

on Novembre 14, 2014

Le point sur l’Assemblée extraordinaire des Chefs de l’APN 

L’Assemblée des Premières Nations (APN) tiendra son Assemblée extraordinaire des Chefs (AEC) 2014 ainsi que l’élection du Chef national de l’APN du 9 au 11 décembre 2014 au Centre des congrès RBC de Winnipeg, au Manitoba. L’organisation hôte sera Manitoba Keewatinowi Okimakanak (MKO), appuyée par le comité hôte local.

Cette année, le thème de l’AEC est « Nous, notre terre, notre heure », afin de réaffirmer notre orientation en canalisant l’énergie des premiers peuples de cette terre, en vue de saisir cette occasion de changement et d’agir maintenant pour nos citoyens en nous fondant sur nos droits et nos responsabilités. Afin que ces objectifs deviennent réalité et pour soutenir les Premières Nations dans leurs efforts, cette assemblée donnera lieu à un dialogue dans plusieurs domaines, notamment l’édification des nations et la restructuration de l’APN, les droits fonciers et les revendications territoriales, le contrôle par les Premières Nations de l’éducation des Premières Nations et l’élimination de la violence à l’encontre des femmes et des jeunes filles autochtones. De plus amples informations sur la logistique et l’ordre du jour seront affichées sur le site Web de l’APN, ainsi que des renseignements sur les nombreuses activités qui seront organisées dans le cadre de ce rassemblement annuel. 

MKO organisera plusieurs activités culturelles et sociales pendant toute la durée de l’AEC. Veuillez consulter le site Web du comité hôte à l’adresse suivante : www.ourlandourpeopleourtime.com pour plus de renseignements. 

Le vote pour l’élection du Chef national de l’APN débutera le mercredi 10 décembre 2014. Les noms des candidats seront bientôt communiqués par la directrice générale des élections. 

 

Sommet national des femmes autochtones (SNFA) 

Le Chef régional de l’APN pour la Nouvelle-Écosse et Terre-Neuve, Morley Googoo, accompagné de membres des Conseils des femmes, des jeunes et des aînés de l’APN, a participé au quatrième Sommet national des femmes autochtones (SNFA) qui s’est tenu à Membertou (Nouvelle-Écosse), du 20 au 22 octobre 2014. La coprésidente du Conseil des femmes de l’APN, Lorraine Netro, la présidente du Conseil des aînés de l’APN, Phyllis Googoo, et Suzie Obamsawin, membre du Conseil des jeunes de l’APN, ont pris part à ce sommet de trois jours organisé par l’Association des femmes autochtones du Canada et la province de Nouvelle-Écosse sous le thème : Promouvoir l’équité, l’autonomisation et le leadership ». 

Pour illustrer son appui au SNFA, le Conseil des femmes de l’APN a soumis un document comportant des recommandations pratiques dans les domaines proposés pour réflexion. On peut consulter ce document à l’adresse suivante : http://www.afn.ca/uploads/files/end_violence/afn_wc_nawsivsubmission.pdf

Un rapport sur le SNFA est en cours de préparation et un plan d’action socioéconomique pour les femmes autochtones est en cours d’élaboration par le comité directeur du SNFA, tel que recommandé par les dirigeants nationaux autochtones et les premiers ministres lors de leur rencontre d’août 2014. 

Au cours du sommet, des représentants des organisations nationales autochtones ont rencontré des dirigeants des provinces et des territoires et ont obtenu un engagement en vue de la tenue en février 2015 d’une table ronde nationale sur les femmes autochtones assassinées ou disparues. Bien que les détails restent encore à déterminer, les discussions autour de cette table ronde seront axées sur des mesures concrètes et coordonnées afin de prévenir et de mettre un terme à la violence à l’encontre des femmes et des jeunes filles autochtones. 

 

Transformer l’éducation des Premières Nations 

Les pressions se poursuivent en vue de la mise en œuvre d’un contrôle par les Premières Nations de l’éducation des Premières Nations, conforme à nos droits inhérents et issus de traités, et soutenu par un financement équitable, stable et prévisible ainsi que par des systèmes qui favorisent et valorisent les cultures et les langues des Premières Nations. Il est entendu que chaque Première Nation et chaque région, dont les régions signataires de traités, doivent définir leur propre voie à suivre, et le rôle de l’APN est de défendre et de soutenir leurs approches. Nous sommes plus résolus que jamais à transformer l’éducation des Premières Nations et instaurer un changement constructif pour nos enfants. 

Les Premières Nations ont rejeté le projet de loi fédéral C-33, mais nous demeurons déterminés à transformer l’éducation des Premières Nations pour assurer la réussite de nos enfants. Nous continuons de partager cet objectif et cet engagement. Au cours des derniers mois et des dernières semaines, des dirigeants et des experts en éducation des Premières Nations se sont réunis pour discuter d’une nouvelle voie à suivre en vue d’améliorer les résultats des apprenants et de mettre en œuvre un véritable contrôle par les Premières Nations de l’éducation des Premières Nations. 

Les 20 et 21 octobre derniers, l’APN a tenu avec le Comité national indien de l’éducation (CNIE) une réunion au cours de laquelle un plan de travail national en matière d’éducation a été proposé et confirmé. D’autres réunions sont prévues au début du mois de novembre entre le CNIE et le CCEd en vue de poursuivre cette initiative. 

Le 5 novembre 2014, l’APN réunira à Ottawa une délégation de dirigeants nationaux, régionaux et locaux des Premières Nations dans le but d’informer les députés, les sénateurs et leur personnel d’une nouvelle voie à suivre en ce qui a trait à l’éducation des Premières Nations. 

 

Le Tribunal canadien des droits de la personne saisi du mieux-être des enfants des Premières Nations 

L’APN et la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations (la Société de soutien) ont déposé conjointement le 27 février 2007 une plainte en matière de droits de la personne à l’encontre du gouvernement du Canada pour discrimination au niveau des services à la famille et à l’enfance dispensés dans les réserves. Cette plainte conjointe allègue que, en matière de services de protection de l’enfance dispensés aux enfants des Premières Nations dans les réserves, le financement octroyé par le gouvernement du Canada est depuis longtemps inférieur à celui dont bénéficient les enfants non autochtones, avec pour conséquence des services de moindre qualité. Les répercussions de cette situation sont nombreuses et néfastes pour toutes nos communautés. Bien des Canadiennes et des Canadiens sont indignés d’apprendre que le nombre d’enfants des Premières Nations confiés aux services de protection de l’enfance est plus élevé aujourd’hui que lors de l’apogée des pensionnats indiens. 

Les derniers plaidoyers dans cette cause ont été entendus du 20 au 24 octobre 2014. Dans sa plaidoirie finale, l’APN a de nouveau insisté sur le besoin immédiat et urgent de remédier au sous-financement des services à l’enfance et à la famille dispensés dans les réserves, qui est complètement inacceptable et place un trop grand nombre d’enfants en péril. Il est temps que le gouvernement fédéral préconise enfin l’équité et la justice pour les enfants des Premières Nations au lieu d’y faire obstacle. C’est une question d’équité pour les membres les plus vulnérables de notre société. 

L’APN tient à remercier la docteure Cindy Blackstock, directrice exécutive de la Société de soutien à l’enfance et à la famille des Premières Nations, pour ses efforts inlassables déployés à cet égard au cours des sept dernières années. Malgré les nombreuses manœuvres du gouvernement fédéral en vue d’entraver l’audition de cette plainte, l’APN et la Société de soutien ont fait front commun devant le gouvernement au nom de tous les enfants des Premières Nations. Une décision finale doit être rendue par le Tribunal au début de la nouvelle année, peut-être en février 2015. 

 

Dons à l’APN 

En poursuivant ses efforts incessants pour devenir plus autonome et indépendante sur le plan financier, l’APN a lancé une campagne de dons en ligne sur son site Web, dans le cadre d’une initiative plus globale de levée de fonds. Nous avons entendu l’appel des Premières Nations qui nous demandent de prendre des mesures pour faire en sorte que l’APN demeure une organisation forte militant en faveur des Premières Nations, en dépit de plusieurs années successives de réductions budgétaires imposées par le gouvernement fédéral. 

Vous pouvez obtenir toutes les informations nécessaires à l’adresse suivante : http://www.afn.ca/index.php/en/donations afin de soutenir l’Assemblée des Premières Nations et accroître nos capacités en matière de défense d’intérêts, de politiques et de recherche au profit de toutes les Premières Nations et de l’ensemble du Canada.

L’APN diffuse régulièrement des comptes rendus sur les travaux en cours au bureau national. Pour plus de renseignements, veuillez consulter www.afn.ca.
rdbrinkhurstbulletin de l’APN Novembre 2014
Assembly of First Nations
    ×